Du G20 chez Alibaba au C40 et la lutte pour le climat

 |   |  1284  mots
(Crédits : Reuters)
Après la COP21 et l'accord sur le climat de Paris, le sommet du G20 s'est tenu les 4 et 5 septembre dans la ville chinoise de Hangzhou. C'est une rencontre qui appelle à redoubler nos efforts pour que les villes soient écoutées.

Notre monde change de manière accélérée sous le double effet de l'urbanisation et de l'hyper connectivité. La mobilisation pour que nos villes deviennent respirables est devenue un enjeu majeur planétaire. La qualité de la vie citadine passe par le fait de retrouver la biodiversité urbaine, redonner sa place à l'eau, libérer les villes de l'emprise automobile toute puissante, mettre en place de nouvelles sources énergétiques renouvelables, construire des circuits courts d'approvisionnement, utiliser la puissance des nouvelles technologies. Il s'agit d'engagements planétaires majeurs pour faire face aux enjeux climatiques et énergétiques qui nous menacent.

Après la COP21 et l'accord sur le climat de Paris, le sommet du G20 s'est tenu les 4 et 5 septembre dans la ville chinoise de Hangzhou. C'est une rencontre qui appelle à redoubler nos efforts pour que les villes soient écoutées. En octobre, également cette année, à Quito (Equateur), les chefs d'Etats de la planète seront réunis pour parler de nos vies urbaines à la conférence mondiale Habitat III.

Ce n'est pas anecdotique de rappeler que Hangzhou est une ville de presque 10 millions d'habitants qui possède un riche patrimoine architectural avec un lac de 15 km de circonférence et 15 millions de m3 d'eau, doté d'un pont piéton assez unique qui le traverse. Mais c'est aussi une ville, comme beaucoup sur cette vaste planète, qui étouffe de par les innombrables bouchons automobiles. La possession d'une voiture, comme dans beaucoup de villes au monde, est avant tout l'expression sociale d'une classe moyenne, qui a émergé et qui fait de la voiture un symbole de réussite et un statut, avant même d'être un moyen de transport. Situation qui se complexifie par les sous-dimensionnements urbains ou l'absence d'infrastructures, ainsi que de moyens de substitution.

L'histoire du fondateur d'Alibaba, emblématique des temps nouveaux

Dans la bascule du monde de l'axe géopolitique Nord-Ouest, dominant après la 2e guerre vers l'axe Est-Sud, rappelons aussi que Hangzhou est la ville natale de Jack Ma et le siège de la société technologique Alibaba.

Jack Ma est une personnalité et un entrepreneur autodidacte, professeur d'anglais, refusé non seulement pour diriger l'un des premiers KFC chinois lors de leur installation, mais également 10 fois à Harvard, et qui, revanche de l'histoire et signe des temps qui changent, a acquis une réputation mondiale en tant que fondateur d'Alibaba en 1999. Celle-ci est devenue aujourd'hui l'une des sociétés chinoises les plus puissantes au monde, leader de la vente au détail par Internet. Alibaba a fait en 2014 la plus grosse entrée dans l'histoire de la Bourse au monde avec une valorisation de 170 milliards de dollars pour une levée de 25 milliards à Wall Street. Alibaba avec Tencent et Xiaomi, font partie du trio de tête des sociétés technologiques chinoises, leaders dans le monde, au coeur des profondes transformations des vies chinoises urbaines, et qui se trouvent dorénavant en concurrence directe avec les grands succès high-tech de l'économie occidentale, les GAFA, que nous avons connus jusqu'à maintenant.

Hangzhou, épicentre de la nouvelle donne mondiale?

Plus qu'une coïncidence, la tenue du G20 dans la ville de Jack Ma et d'Alibaba, est aussi une reconnaissance de ce fait. C'est la première fois qu'un sommet du G20 est organisé en Chine, devenue entre-temps la 2e puissance économique mondiale. Les 20 chefs de gouvernement, considérés les plus influents de la planète, vont évoquer la situation actuelle de crise, sous ses diverses formes.

C'est à la veille de cette rencontre, que les maires des 30 plus importantes villes au monde et faisant partie des 85 villes du réseau C40 Cities, sous la récente présidence de la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont décidé de lancer un appel aux dirigeants du G20 pour leur rappeler l'urgence de se mobiliser dans la lutte pour le climat. Au delà de la ratification des accords de Paris, cet appel presse les Etats de compter dans ce siècle des villes, avec les maires comme alliés puissants dans ce combat qui les mobilise au premier chef.

Engagement total des maires pour la défense de la santé urbaine

Les maires de Paris, Londres, Rome, Berlin, New York, San Francisco, Boston, Vancouver, Toronto, Buenos Aires, Mexico, Rio, Tokyo, Sydney, Le Cap, Jakarta, Seoul, parmi d'autres, renouvellent leur total engagement, pour des villes à faibles émissions de CO2, contre les énergies fossiles, la lutte contre la pollution, pour la défense de la santé urbaine et la qualité de vie des citadins

Du nord au sud et de l'est à l'ouest de la planète, les effets du changement climatique se font sentir chaque jour, avec vagues de chaleur ou de froid, inondations, pollution de l'air, villes irrespirables, sècheresses, montée du niveau de la mer...etc.

Les Maires de ces mégalopoles mondiales, rappellent que limiter l'augmentation de la température de la planète à 1,5°C est avant tout un enjeu politique et économique, pour que les émissions de gaz à effet de serre trouvent leur limite à l'horizon de 2020. Plus que jamais, les chefs d'Etat doivent travailler étroitement avec les Maires de ces grandes villes -monde, qui bénéficient de la confiance et la proximité des urbains, au quotidien.

Les Maires ne sont pas une courroie de transmission entre la vie politique nationale et la vie locale ! Les Maires sont la colonne vertébrale et des acteurs à part entière de la vie politique dans nos pays à majorité citadine. Rien ne peut se faire sans la vision stratégique que chacun porte, sans leur dynamique, sans leur engagement et présence permanente dans la vie urbaine.

Impérieuse nécessité d'un monde bas carbone

La capacité de mobilisation que représente un réseau comme le C40 Cities, est un élément clé dans l'irruption de la voix urbaine partout dans le monde. Rajouté à la présence d'autres réseaux de Maires, qui s'engagent comme le C40, nous assistons aujourd'hui à un changement déterminant dans la prise de conscience de l'émergence politique du monde urbain, des villes-monde comme force de propositions, pour un monde qui doit changer, si nous voulons survivre.

Heureuse nouvelle, la Chine et les USA ont annoncé leur décision de ratifier les Accords de Paris. Nous pouvons nous réjouir de cet évènement. Il constitue une motivation considérable pour redoubler le combat de toutes les villes et de tous les urbains dans le monde, pour que ces engagements deviennent des actions concrètes. Nos villes seront à la pointe de ce combat mondial et leur action est donc capitale.

Un monde bas carbone est bien une nécessité impérieuse pour nous et les générations futures.

Bus électriques, fermetures de centres villes aux voitures, récupération d'autoroutes urbaines pour en faire des lieux de promenades, construction de parcs urbains sur les berges de rivières et de fleuves, modernisation de bâtiments pour les rendre énergétiquement performants ou à énergie positive, végétalisation de toits et murs, redécouverte de l'agriculture urbaine, implication des citoyens pour être capteurs de la qualité de l'air et bien au-delà, acteurs de la vie de la ville, à tous les niveaux... etc... Beaucoup de villes, et parmi elles, les signataires l'ont déjà réalisé... Le futur leur appartient et leur combat est aussi celui de chacun de nous. Au siècle des villes-monde, soyons à leur côtés, soutenons-les, et restons avec eux plus que jamais mobilisés pour que nos vies urbaines changent... Certes pour nous, mais surtout pour les générations futures.

Vivre dans une ville vivante, aujourd'hui et demain...Live in a Living City !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2016 à 5:55 :
C'est connu seul le carbone pollue! Quand le sage pointe la lune le sot regarde le doigt..
Les pollutions de l'eau des sols on s'en fout ....
a écrit le 16/09/2016 à 20:12 :
VASTE PROGRAME MAIS PEU DE REALITE? LA VERITE EST QUE DES MEGAPOLES FONT SE FAIRE APRES LES METROPPOLES ET QUE LA DENSITE DE CETTE POPULATION QUI VIVRAS EN VILLES AURAS BIEN DES PROBLEMES PRATIQUEMENT PLUS DE VEGETATION? LE MOINDRE TERRAIN ET DEVENUE CONSTRUCTIF? JE LE VOIE DANS MA REGION? OU LES BATIMENT POUSENT A UNE VITESSEVERTIGINEUSE SUPRIMENT TOUS LES DERNIERS PARCS DE VERDURE? ET GAGNE MEME SUR LES MONTAGNES OU L AGRICUTURE ET SACRIFIE AUX PROFIE DES PROMOTEURS IMOBILIERS QUI FONT PLUS QUE LEURS BEURRE?OU LES FLEUVES SONT TELLEMENT CANALISE QUE PARFOIES ILS DEBORDENT? EN INNODENTS DES ZONNES QUI SONT DEVENUE CONSTRUCTIBLES PARS DES DESITIONS DES POLITIQUES AVIDE DE VOTE ET DE RENUMERATION DE GENS VEULENT SE RAPROCHE DU CONFORT URBAIN? CAR A LA CANPAGNE LES MEMES POLITIQUES SUPRIMENT LES HOPITAUX OU LES BATIMENTS UTILE A LA VIE SOCIAL BREF L AVENIR DES HABITANTS DE CES GRANDES FUTURE METROPOLES ET MEGAPOLES BIEN TRISTE???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :