"Espaces publics", késako ? De Ganesh au burkini, ça baigne ?

 |   |  1530  mots
L'espace public est un espace fondateur de la société. Dans notre modernité, il représente des lieux de pluralité, de différence, de liberté, mais aussi des lieux ouverts aux étrangers dans un contexte de monde globalisé, ceux du cosmopolitisme, du mélange, qui est une réalité urbaine, au cœur d'un monde qui change.
L'espace public est un espace fondateur de la société. Dans notre modernité, il représente des lieux de pluralité, de différence, de liberté, mais aussi des lieux ouverts aux étrangers dans un contexte de monde globalisé, ceux du cosmopolitisme, du mélange, qui est une réalité urbaine, au cœur d'un monde qui change. (Crédits : © Stringer . / Reuters)
Se sentir menacé dans notre identité par l'usage de l'espace public est l'expression d'une faiblesse qui ne peut pas être résolue par des interdictions... Par le professeur Carlos Moreno.

Les projecteurs se sont braqués sur la France à propos de la polémique sur le « burkini », suivie par la décision du Conseil d'État. Elle va certainement continuer à se propager en écho, alors que d'autres situations du même type viennent nous confirmer le climat délétère qui s'installe dans l'Hexagone.

Bien entendu, la proximité de l'élection présidentielle constitue un élément moteur dans cette course aux déclarations et propositions de toutes sortes.

Sans aucun doute, l'un des points majeurs à soulever concerne la notion de l'espace public et la manière de l'appréhender, par les usagers, les citoyens, ainsi que ses normes, règles et lois afférentes. Des propositions fusent pour transformer en loi, l'interdiction du « burkini » sur la plage mais aussi de tout signe ostentatoire religieux dans l'espace public, pour n'en citer que deux.

La triste réalité que nous pouvons constater dans cette course à la polémique est que dans le XXIe siècle, celui des villes-mondes, dans une planète globalisée, urbanisée et massivement ubiquitaire, nous assistons, pour le moins, à une très grande incapacité par nombre de responsables politiques à entamer un débat digne, autour d'une vision, définition et compréhension claires et objectives de ce que l'espace public signifie, dans nos vies devenues majoritairement urbaines et, il faut le dire, également de plus en plus cosmopolites.

Les espaces publics pour tous, une chance

Ce sujet est au cœur des grandes mutations qui s'opèrent sous nos yeux dans toutes nos villes, du nord au sud et de l'est à l'ouest de notre planète. Les espaces publics pour tous sont aussi une chance pour nos vies urbaines.

Les questions non réglées en matière d'urbanisme et d'éducation, les sentiments de peurs qui découlent de notre incapacité à comprendre et à agir en rapport avec les évolutions démographiques, sociologiques, culturelles, religieuses, ou de toute autre nature, ne doivent pas se focaliser -a posteriori- sur l'arène de l'espace public, en réponse, même à de graves problèmes, dont les racines et les traitements sont ailleurs.

Au nom de la laïcité de la République, et du juste combat pour les droits des femmes, les espaces publics, lieux qui se trouvent au cœur de la vie urbaine, ne peuvent pas devenir les otages d'un combat politique ou idéologique, empreint de rhétorique et de subjectivité, à l'encontre même des lois de la République, qui fondent le bien-vivre ensemble.

Espace public ≠ sphère publique

Assumer un comportement religieux, afin qu'il s'exprime dans la sphère privée et dans l'apaisement, demande des efforts considérables à tous, de surcroît dans un monde en forte tension. L'éducation, la culture, la formation, le sport, les pratiques collectives ou individuelles sont a fortiori indispensables dans la crise sociétale et la forte vulnérabilité de nos vies et de nos territoires. Mais cela exige aussi que nous soyons capables de faire la différence entre l'espace public et la sphère publique, confusion au cœur de la polémique sur le burkini et ses effets collatéraux.

Comment expliquer que la traînée de poudre du premier incident grave, en Corse, ait donné lieu aux arrêts anti-burkini sur la plage, quand en réalité, il s'est agi d'une bagarre, certes entre Maghrébins et Corses, mais sans aucun lien avec ce vêtement ?

Les arrêtés pris par les communes n'ont jamais fait état d'actes illégaux commis à l'égard d'autrui dans l'espace public - ici, la plage -, mais ont été promulgués au nom de « possibles troubles de l'ordre public », bien au-delà de la manière de s'habiller.

Des défilés avec chants, prières et costumes traditionnels... indiens

Au même moment à Paris, le 28 août, une magnifique fête religieuse a eu lieu, dans l'espace public, les rues, celle de la divinité indienne Ganesh, avec des défilés en costume traditionnel, chantant et priant, avec des noix de coco à casser : la coquille symbolise l'illusion du monde, la chair le Karma individuel, et l'eau l'ego humain. En cassant la noix de coco, on rappelle l'impératif de dépasser l'illusion et son ego.

Alors quid de cette attitude vestimentaire, festive, religieuse dans l'espace public ? Faut-il aussi la supprimer, et au nom de quoi ?

La réponse entendue devient presque automatique : le burkini est ressenti comme une menace car il représente l'enfermement de la femme, ainsi qu'un signe ostentatoire de ralliement politique, et par ailleurs, Ganesh n'a jamais été invoqué pour tuer dans nos rues...

Nous voilà à ne plus débattre objectivement et sereinement au sujet de l'espace public et son utilisation pour tous, dans le respect des lois de la République, mais à vouloir le faire autour de notions subjectives, faisant appel à d'« intimes convictions » ou postures idéologiques, portées à haute voix sur ce que l'on appelle « la place publique ». Elles deviennent l'expression politique, la sphère publique de certains, portant une vision particulière, même à l'encontre de ce que la République a établi pour les espaces publics, comme bien commun.

Des notions à éclairer avec la mémoire historique

La notion d'espace public elle-même a évolué au travers le temps... Quelques souvenirs...

La Place de l'Hôtel de Ville de Paris, par exemple, est devenue aussi « Esplanade de la Libération », en 2013, en souvenir de combats pour sa liberté, il y a soixante-douze ans, maintenant.

Ce qui était admis ou pas, dans les espaces publics sous l'Occupation, pendant la Deuxième Guerre mondiale, bien que gravé dans nos mémoires, n'est pas inutile à rappeler en ce mois d'août, à l'anniversaire de la Libération.

Nous souvenons-nous que cette place fût la place de Grève à ses lointaines origines ? Avec sa plage de sable, grève, au bord de la Seine, c'était le site de chargement et de déchargement... La Grève était donc le lieu où les sans-emploi venaient trouver une occupation, travaillant sur les bateaux. La même grève, par ailleurs, devenue par la suite, le contraire, un arrêt de travail - pour demander de meilleures conditions d'emploi... Mais cette place publique, sous l'Ancien régime, était aussi un lieu de tortures publiques, d'exécutions, de barbaries... Les temps ont bien changé, fort heureusement...

Espace public, espace fondateur de notre société

Des exemples d'évolution de l'espace public dans la République Française sont nombreux.

Qu'est-ce donc que l'espace public ? Il faut prendre conscience qu'il s'agit d'une conquête majeure des français devenus citoyens libres, car l'espace public est un espace fondateur de la société. Dans notre modernité, il représente des lieux de pluralité, de différence, de liberté, mais aussi des lieux ouverts aux étrangers dans un contexte de monde globalisé, ceux du cosmopolitisme, du mélange, qui est une réalité urbaine, au cœur d'un monde qui change.

Se sentir menacé dans notre identité par l'usage de l'espace public est l'expression d'une faiblesse qui ne peut pas être résolue par des interdictions...

L'espace public obéit à deux notions fondamentales : son accessibilité à tous et son hospitalité. A ce titre, il doit permettre sa fréquentation et l'expression de tous, sans qu'il soit conquis ou confisqué par une majorité ou une minorité, au détriment de sa qualité de bien commun. Il fut question, par exemple, de rappeler à tous ces principes fondateurs lors de « Nuit Debout » sur la Place de la République à Paris.

C'est un lieu de socialisation de toutes les expressions, tant qu'elles respectent le pacte Républicain du bien vivre, inscrit dans les lois et la Constitution.

Enfermer la ville dans de nouvelles murailles et la voir péricliter

L'espace public ne doit pas être confondu avec la sphère publique, qui elle, constitue une interprétation, individuelle ou collective de ce qui se passe, y compris dans l'espace public. L'espace public doit porter intrinsèquement les valeurs fortes de tolérance, d'ouverture, de respect ; il doit incarner le brassage, la mixité, la diversité qui sont une caractéristique des espaces publics à l'heure d'une urbanisation devenue massive et des villes devenant métropoles, mégalopoles et villes-monde.

Les espaces publics à l'heure de l'ubiquité sont à la portée d'un statut ou d'un tweet, qui en quelques minutes, font le tour du monde et grâce à leur viralité, peuvent faire parfois basculer, dans un sens ou dans l'autre, le degré d'attractivité d'un lieu.

Alors oui, avec le débat sur le burkini, nous assistons à une polémique, empreinte d'une très grande confusion, à un amalgame, voire à une manipulation, entre ce qui est de l'ordre de l'espace public et de la sphère publique, sur les tenues vestimentaires féminines, sujets sur lesquels le Conseil d'Etat a rappelé les principes fondateurs.

Refuser la diversité, le brassage, le cosmopolitisme des espaces publics d'une ville au XXIe siècle signifie vouloir fermer la ville pour ériger ses anciennes murailles et la condamner à péricliter.

Le débat à venir doit porter sur notre vision de l'espace public comme lieu de libre expression, de brassage, de vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2016 à 17:04 :
Est-ce trop de demander aux auteurs, lorsqu’ils écrivent un mot qui n’est pas en français mais en langue d’oc, de respecter son orthographe et d’écrire "qu’es aquó ?" au lieu de "késako" ?
a écrit le 05/09/2016 à 15:30 :
J'ai lu tout les commentaires et même plus sur d'autres sites mais je suis effarée de comprendre que peu de personnes ne voient pas le danger et le grand danger qu'ils veulent nous toucher car c'est bien plus qu'un vêtement ou un objet !. C'est nous faire régresser dans notre vie de tout les jours, notre culture DANS TOUS LES DOMAINES, et nous imposer leur point de vue, leur moeurs et la femme un "ventre" au service d'un homme, sans plus !!................
a écrit le 03/09/2016 à 19:35 :
La France est un pays qui aime l'art. Les processions religieuses, les fêtes annuelles traditionnelles indiennes ou chinoises sont les bienvenues. Mais certaines tenues de plage, tenues de bain font tiquer pour des raisons de longueur mais aussi de couleur. En été il fait chaud et il est conseillé de s'habiller en coton, blanc de préférence au noir.
a écrit le 03/09/2016 à 11:44 :
Propos simpliste . Analyse a la limite de l'infantilisme.Quand on parle d'un sujet on s'informe . J'admire cette tentative de démontrer l'hospitalité quand on parle de prosélytisme . Le fond du débat est de savoir ce que signifie cet objet provocateur et moralisateur dans notre société .
On parle de liberté . Laquelle ? Celle de ces jeunes musulmanes qui sont jugées dévisagées conspuées par ces extrémistes qui n'accepte pas de dissocier l'islam religion a un islam politique . Par un idéalisme aveugle de certains penseurs on sacrifie la liberté du plus grand nombre au nom d'une idéologie stupide . La majorité des musulmanes qui ne souhaitent pas s'afficher dans cet accoutrement qui se veut un refus de l'autre n'auront bientôt plus le choix ? Je suis effaré de penser que l'on est train de faire la même chose que des état islamistes par le biais d'une idéologie
a écrit le 03/09/2016 à 8:56 :
Enfermer une société dans des usages fussent ils vestimentaires pour imposer aux autres ses propres convictions c'est construire une sociéte fermée .Em thermo dynamique un systême qui se ferme engendre inevitablement le chaos en son sein ,le parralléle se fait aisement avec ce qu'il peut advenir de notre monde . La solution passe par l'echange ,l'information ;rien n'empéche qui que ce soit d'exprimer ses convictions en respectant celles des autres et surtout en acceptant de faire evoluer les siennes .L'essort des technologies de l'information offre de ce point de vue une opportunité sans commune mesure avec le contexte du passé .Les musulmans mais pas que ,seraient bien inspirés de s'ouvrir à ces echanges ,de dire leur sentiments ,leurs attentes ..d'accepter d'evoluer en fonction d'un monde qui n'est plus celui du 4eme siecle ..ce faisant ils sortiraient de la prison des usages et interdits avec lesquels ils s'emprisonnent !
a écrit le 01/09/2016 à 9:12 :
Encore un fil pollué par un groupuscule d'extrême droite, faites attention à la modération je vous prie, toute cette haine affichée, tout ces gens malades de leurs peurs, enfin ils ne sont certainement que deux tout au plus, ça ne donne vraiment pas du tout envie de lire, on a plutôt envie de partir en courant, merci.
a écrit le 31/08/2016 à 19:54 :
La n'est pas la nuance, sphère publique - espace public. Les entreprises, centre commerciaux, hôpitaux publics ou privés sont aussi concernés. Les questions sont:
Sous couvert de tolérance et de liberté doit on voir notre modèle de vie et de culture disparaître?
Pourquoi ce qui ne faisait pas question depuis des siècles pose problème maintenant?
La loi de 1905 a mis fin au dicta de la religion sure fonctionnent du pays, doit on accepter un retour imposer par un groupe minoritaire?
etc etc
Réponse de le 01/09/2016 à 9:08 :
Interdisons les religions en effet et arrêtons du coup de financer les écoles catholiques privées et tous les lieux de cultes, rien qu'avec les églises nous feront des économies énormes.
a écrit le 31/08/2016 à 17:53 :
regardez le lien :

http://www.oasiria.com/tarifs,




Entrée du célèbre complexe aquatique OASIRIA de Marrakech ...
Donc, ce qui ne fait pas polémique au Maroc, royaume musulman,
fait débat en France, pays de laïcité ... Cherchez l'erreur ...
a écrit le 31/08/2016 à 16:22 :
Le multiculturalisme se mondialise...sauf dans les états musulmans !
En France, il faut distinguer les processions religieuses ponctuelles, autorisées par les pouvoirs publics et qui souvent attirent les curieux, du prosélytisme religieux de tous les membres d'une même religion (et non des seuls membres du culte, ou de monastères) qui envahit l'espace et la sphère publiques au quotidien à travers des habits marqueurs d'une religion, une alimentation , une discrimination hommes-femmes, tous signes annonciateurs de désordres . A l'inverse, dans les états islamistes, il serait inopportun pour un européen de ne pas se conformer au quotidien aux règles vestimentaires et alimentaires du dit pays.
a écrit le 31/08/2016 à 16:21 :
Je voudrais savoir si l'auteur de cet article accepterait d'être contraint de se vêtir avec un sac à patates pour aller se baigner ? Et je voudrais connaître son point de vue sur l'obligation faîte aux fillettes de 5 ans de porter le voile dans "l'espace public".
a écrit le 31/08/2016 à 15:34 :
Bien d'accord avec les deux commentaires de hello.... et citoyen blase car C'est ESSENTIELLEMENT de la PROVOCATION.
Un groupe de femmes voilées qui parlaient en arabe je leur ai dit de parler Français alors l'une m'a repondu en se tapant la poitrine : - c'est à nous la France !
Je suis une indigène mais je ne pense pas que beaucoup de mes concitoyens auraient dit ça !
a écrit le 31/08/2016 à 14:00 :
Et dans 10 ans c'est eux qui nous dirigent...merci les français.
a écrit le 31/08/2016 à 10:15 :
Merci beaucoup pour ces paroles d'une si grande sagesse là encore tellement différentes de la folie furieuse qu'on lit et entend au sein des médias de masse hystériques car incapables de prendre le moindre recul sur les phénomènes.

Nos politiciens de droite (dure dorénavant puisque le PS a pris la place de la droite classique) par ces arrêts qui pour moi sont illégitimes, sont en train de faire passer quel message ? "Nous exigeons que les femmes soient en maillot de bain sur les plages et dans les piscines !" ?

Alors que le plus gênant dans tout cela c'est afficher sa soumission à un dieu qui n'existe pas ils en font une dictature de l'apparence, tout ceci est déplorable mais de part le niveau exponentiellement bas de nos politiciens et de nos médias peu surprenant convenons en.
Réponse de le 31/08/2016 à 19:42 :
Quand le naturisme sera libre sur les plages, j'accepterai le burkini. La tolérance ne peux pas être à sens unique.
Réponse de le 01/09/2016 à 17:58 :
La tolérance n'est pas un bien que l'on peut échanger comme tel, la tolérance c'est subjectif comme tout concept moral parce que chacun lui donne sa propre valeur liée à sa propre expérience.

Pour ma part je préfère le burkini, je préfèrerais d'ailleurs le terme de maillot intégral, au naturisme mais je trouve les deux totalement légitimes.
a écrit le 31/08/2016 à 10:09 :
Je vais vous raconter quelque chose, avant j'allais sur un beau champ de foire dans une ville du sud pour y pratiquer mes passions, faire du footing et jouer aux boules, et puis il y a quelques années ont commencé à apparaître des femmes voilées et leurs maris...Au début cela ne posait pas de problème et ne dérangeait personne et puis de mois en mois ça a augmenté ils sont devenus de plus en plus nombreux, et maintenant je n'ai plus envie d'y aller, j'ai eu un ou deux accrochages avec eux et ils m'ont fait comprendre que désormais ce bel endroit était à eux...Je n'y vais plus et je n'irai plus...Ce qui est étrange c'est qu'une autre communauté (latino celle là) tente désormais de s'approprier cet endroit et qu'il y a de grosses frictions...Mon exemple est hélas transposable à des plages, des places ou des endroits en France qui ne sont plus vraiment des espaces publics...Alors faisons attention SVP. Sous couvert de Liberté n'acceptons pas tout et ne laissons pas gagner la barbarie. Merci.
Réponse de le 31/08/2016 à 19:39 :
Ce que vous racontez est exactement ce qui c'est passé dans les cités construites dans les années 60-70. On dit maintenant que ce sont des guettos, au départ il y avait des famille de toutes origines, de toute religions, de tout niveau sociaux culturel.
Il en reste encore parfois comme à Sarcelle, mais c'est de plus en plus rare.
a écrit le 31/08/2016 à 8:33 :
Que signifie le mot "Dérobade"? Que signifie le mot "Capitular"? Je ne me souvient plus? A quand des penseurs à la hauteur du défis qui nous est lancé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :