A l’issue du 10e Forum Santé Publique, Sanofi confirme son engagement

 |   |  715  mots
Philippe Tcheng, Vice-Président, Relations Gouvernementales France chez Sanofi lors du Forum Santé Publique
Philippe Tcheng, Vice-Président, Relations Gouvernementales France chez Sanofi lors du Forum Santé Publique (Crédits : Sanofi/Jean Chiscano.)
Les participants au Forum Santé Publique ont débattu autour de huit propositions centrées sur le patient. Plusieurs d’entre elles devraient se réaliser grâce au soutien de Sanofi.

Vendredi 2 décembre 2016, sur le campus Sanofi à Gentilly, les conversations allaient bon train dans les groupes de participants venus assister au 10e Forum Santé Publique, sur le thème de l'accès à l'innovation en santé. Ce n'était  qu'un échauffement pour les deux débats  qui allaient se dérouler durant cette journée. Lors de l'ouverture du Forum santé publique, Philippe Tcheng, Vice-Président, Relations Gouvernementales France a rappelé  les objectifs de cet événement annuel.

« Depuis dix ans, Sanofi réunit chaque année plus de 200 professionnels et experts afin d'échanger sur les problématiques de santé publique. Cette manifestation permet aux participants de partager leur vision des enjeux de santé publique en région. Cette journée est un moment d'échanges et de concertation entre tous les acteurs autour de projets concrets dans les territoires. »

Les intervenants étaient d'horizons variés -  médecins,   économiste de la santé,  sociologue,  philosophe ou encore  spécialistes des nouvelles technologies.  L'originalité  de cette 10e édition, reposant sur l'organisation d'ateliers de réflexion en amont dans 8 régions, a beaucoup contribué à la productivité des échanges qui ont permis d'aboutir à plus de 30  propositions concrètes. Des propositions qui avaient en commun de mettre le patient au cœur des réflexions, un thème cher à Sanofi. Jugez plutôt.

L'innovation en santé

Lors du premier débat sur le thème  «Comment favoriser l'innovation en santé au service de la dynamique sociale et territoriale? », les propositions ont beaucoup fait référence à l'innovation organisationnelle qui, de l'avis de tous, fait encore défaut dans un secteur pourtant connu pour son innovation technologique : « Créer une fonction de coordinateur territorial pour fluidifier les parcours de santé », «  Reconnaître et valoriser financièrement le temps consacré à la coordination entre les acteurs de santé »,  «  Renforcer les sciences humaines dans l'enseignement médical ». Concernant cette dernière proposition, les témoignages des intervenants venus assistés aux débats ont fusé. « Mais qui enseigne les sciences humaines en fac de médecine ? Le plus souvent des psychiatres », « Les étudiants devraient être plus tôt au contact des patients », « On peut apprendre les gestes sur des mannequins, grâce à des jeux de rôle avec des patients ou à des acteurs filmés. »

Le patient moteur des progrès de la recherche

Dans l'après-midi, le thème s'était recentré sur le patient. « Le patient sera-t-il demain le principal moteur des progrès de la recherche et de la transformation du système de santé ? ». Des propositions  ancrées sur des expériences existantes comme les Universités des Patients où des patients experts accompagnent d'autres malades tout au long de leur parcours : «Créer un nouveau droit des citoyens leur permettant de représenter les usagers dans les instances de santé », « Créer un espace régional de concertation pour favoriser l'adhésion des patients à la recherche ». Des initiatives existent, elles demandent à être généralisées. Les débats ont laissé une large place aux participants dont de nombreux représentants d'associations de patients et de professionnels de santé, libéraux ou universitaires...

Sanofi

En clôture du Forum, Guillaume Leroy, le nouveau Directeur Pays Sanofi France et Directeur Général  Médecine Générale France, a rappelé son expérience dans le domaine de la santé publique et tout particulièrement dans la recherche d'un vaccin contre la dengue qui a été le fruit d'un modèle très ouvert avec plus de 100 collaborations et 40 000 patients impliqués dans le monde. Guillaume Leroy a souligné deux points qui lui paraissent essentiels :

« Tout d'abord l'importance de capitaliser sur le potentiel existant de notre système de santé et de ses acteurs mais aussi l'importance d'adopter le point de vue du patient et de l'usager comme l'a clairement montré ce Forum ».

Il a réaffirmé le fait que « Sanofi continuera à l'avenir à promouvoir et à rendre possible la mise en place d'initiatives au bénéfice de la santé publique », souhaitant d'ailleurs que Sanofi  étudie la mise en œuvre concrète de certaines idées évoquées lors de cette journée.  Avant de conclure : « Toutes les initiatives, les idées, les propositions sur lesquelles nous avons échangé aujourd'hui peuvent devenir une véritable chance pour la santé de tous ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :