Twitter : plus d'un milliard d'inscrits mais à peine 25% d'actifs !

 |   |  388  mots
(Crédits : Reuters)
En sept ans d'existence, le site de mini-messages aurait attiré 1 milliard de membres, mais il n'en reste que 241 millions d'actifs aujourd'hui. Un faible taux de rétention révélateur de la complexité de l'outil par rapport à Facebook.

Un milliard, comme Facebook ? En sept ans et demi d'existence, Twitter aurait enregistré plus d'un milliard d'inscrits à son service de mini-messages en 140 caractères, selon une personne proche de la société citée par le site spécialisé américain Re/code. Ce milliard recouvre bien sûr de nombreux faux comptes, des robots qui envoient des spams, que le service propose de signaler ou bloquer et tente d'éradiquer (ils sont estimés entre 5% et 10%). Ce chiffre est cohérent avec celui du site Twopcharts qui évalue à 932 millions le nombre de comptes actuellement sur Twitter. Or aujourd'hui, le réseau social préféré des célébrités, des journalistes et des adolescents ne revendique en réalité que 241 millions de membres actifs (à fin décembre), c'est-à-dire s'étant connectés à leur compte au moins une fois dans le mois. Ce qui montre un taux de rétention de 25% seulement… Ce chiffre de 241 millions, en hausse de « seulement » 9 millions en trois mois (+3,8%) a d'ailleurs déçu Wall Street la semaine dernière : l'action a perdu plus de 8 milliards de dollars de capitalisation en une séance.

Plus complexe que Facebook

Cette difficulté à élargir son audience et sa base d'utilisateurs tient notamment à la plus grande complexité de Twitter, notamment par rapport à Facebook, et qui désarçonne les débutants : de nombreux inscrits renoncent au bout de quelques jours, sceptiques sur l'utilité du service, faute d'avoir trouvé les comptes à suivre correspondant à leurs centres d'intérêts. D'autres se prennent au jeu quelques mois puis délaissent cet outil de communication et de veille. Y compris chez les patrons : par exemple, au sein du CAC 40 où les « twittos » sont peu nombreux, Hubert Sagnières, le PDG d'Essilor, n'a pas twitté depuis octobre 2009 (soit avant de devenir DG puis PDG) et Jean-Paul Chifflet le directeur général de Crédit Agricole n'a que trois tweets à son actif et plus un seul depuis novembre 2012… En France, selon Comscore, Twitter aurait 5,7 millions de visiteurs uniques par mois (en décembre 2013), contre 31,7 millions pour Facebook.

 

 

Lire aussi : 

>> Pages, tendances, "fans" : des tarifs pas toujours sociaux

>> Réseaux sociaux : de nouveaux métiers à foison

>> Facebook; 10 ans… et déjà vieux !

>> Facebook contre Twitter : le duel des géants des médias sociaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2014 à 16:39 :
La NSA est suffisamment renseignée sur les inscrits à cette base de donnée, l'activité n'est pas monétisée donc cela n'engendre aucune perte pour ce "réseau".
a écrit le 11/02/2014 à 8:08 :
C'est vraiment dramatique !!
euh...au fait ...à quoi ça sert ce machin là ?
a écrit le 10/02/2014 à 16:42 :
un actif sur quatre? mais c'est énorme pou ce "bidule"
a écrit le 10/02/2014 à 15:38 :
La vraie difficulté sur Twitter est de publier en 140 caractères quelque chose d'intéressant.et d'utile sur le long terme, afin de pouvoir durer. Pour une personnalité, l'accompagnement d'un community manager est souhaitable. Pour les autres, rédaction pertinente et soignée indispensables, donc beaucoup se lassent ou n'en sont pas capables, ce qui renforce la qualité du contenu.
a écrit le 10/02/2014 à 15:32 :
La vraie difficulté sur Twitter est de publier en 140 caractères quelque chose d'intéressant.et d'utile sur le long terme, afin de pouvoir durer. Pour une personnalité, l'accompagnement d'un community manager est souhaitable. Pour les autres, rédaction pertinente et soignée indispensables, donc beaucoup se lassent ou n'en sont pas capables, ce qui renforce la qualité du contenu.
a écrit le 10/02/2014 à 14:42 :
Franchement dubitative sur l'argument "plus complexe que Facebook". J'utilise les 2 mais avec des optiques et des publics différents. A quelques exceptions près, je n'y diffuse pas les mêmes informations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :