Avec son nouveau réseau, Reliance veut convertir l’Inde à la 4G

 |   |  285  mots
L'arrivée du réseau de Reliance était très attendue en Inde, où la couverture mobile est notoirement inégale et les prix varient de manière importante.
L'arrivée du réseau de Reliance était très attendue en Inde, où la couverture mobile est notoirement inégale et les prix varient de manière importante. (Crédits : Reuters)
Le conglomérat indien va déployer le très haut débit mobile dans le pays à compter du 5 septembre. Couplé à des prix attractifs, il espère convaincre les jeunes de souscrire à ses offres.

Le conglomérat indien Reliance a annoncé jeudi le lancement de son très attendu réseau 4G dans ce pays de 1,25 milliards d'habitants, où le gigantesque marché de la téléphonie mobile est l'objet d'une féroce compétition. Lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires à Bombay, le Pdg du groupe Mukesh Ambani, homme le plus riche d'Inde, a annoncé que le réseau mobile de télécommunications Reliance Jio Infocomm serait déployé à partir du 5 septembre.

Annoncée de longue date et d'abord prévue pour 2015, l'entrée en service de ce réseau 4G avait été reportée à plusieurs reprises. Son arrivée était très attendue en Inde, où la couverture mobile est notoirement inégale et les prix varient de manière importante. Le conglomérat ambitionne de toucher 90% de la population indienne sous six mois avec sa couverture 4G.

Des appels nationaux gratuits

Avec des tarifs attractifs, le groupe espère notamment attirer dans son escarcelle les jeunes usagers, cruciaux dans un marché mobile estimé à 952 millions de consommateurs. "Nous pouvons transformer l'Inde d'un marché où les données sont coûteuses à un marché aux taux parmi les plus bas du monde", a déclaré Mukesh Ambani, promettant notamment des appels gratuits à l'intérieur de l'Inde.

Le groupe Reliance puise la majorité de ses revenus de ses activités énergétiques mais cherche à se diversifier. Les experts estiment que le déploiement de Jio, chiffré à quelque 15 milliards de dollars, pourrait à cet égard représenter un tournant pour le géant indien. Le cours de Bharti Airtel, principal opérateur mobile d'Inde, décrochait de 6,83% en fin de matinée à la bourse de Bombay.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2016 à 20:35 :
Cela fait très longtemps que l'on ne dit plus Bombay mais MUMBAI.
D'autant que Bombay avait remplacé MUMBAI à l'arrivée des colonisateurs anglais.
C'est un juste retour des choses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :