CES 2017 : les 8 meilleures innovations françaises

 |   |  1437  mots
Et si on pouvait reproduire, sur un écran, la sensation du toucher telle qu'on la connaît « en vrai » ? C'est ce que propose la startup Hap2U.
Et si on pouvait reproduire, sur un écran, la sensation du toucher telle qu'on la connaît « en vrai » ? C'est ce que propose la startup Hap2U. (Crédits : CC0 Public Domain)
Les startups françaises n'ont pas fini de faire le buzz au CES. Tour d'horizon de quelques pépites incontournables.

En 2017, la France sera la troisième présence mondiale au CES, avec 275 entreprises et structures exposantes (après les États-Unis avec 1.713 entreprises, et la Chine, 1.307 entreprises). Parmi elles, 233 sont des startups, dont 178 exposantes dans l'Eureka Park, sur les 564 recensées. Elles représenteront la deuxième délégation mondiale avec 32% des startups de l'Eureka Park. Juste derrière les États-Unis (203 startups) et très loin devant Israël (16 startups), la Corée du Sud (15) ou encore la Chine (14).

Hap2U, le toucher virtuel qui va révolutionner l'e-commerce

Et si on pouvait reproduire, sur un écran, la sensation du toucher telle qu'on la connaît « en vrai » ? « Je ne parle pas de tromper le cerveau avec des images pour lui donner l'illusion d'un toucher virtuel, mais de pouvoir véritablement distinguer les formes et les matières », précise Cédrick Chappaz, le fondateur de la startup grenobloise Hap2U. Fruit de six années de recherche intenses, cette technologie brevetée exploite l'effet « lame d'air ». Elle module la friction ressentie par l'utilisateur lorsqu'il pose son doigt sur un écran tactile. De quoi « sentir » la matière du pull que vous voulez acheter, manipuler l'écran de contrôle dans sa voiture (GPS, audio...) sans quitter les yeux de la route, ou encore révolutionner l'expérience du jeu vidéo. Après avoir levé 550 000 euros en 2016, la startup compte boucler un tour de table « conséquent » en 2017, et séduire, à terme, les fabricants de dalles tactiles et de matériel informatique pour intégrer sa technologie dans les smartphones, tablettes et ordinateurs.

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE HAP2U AU CES

Energysquare ringardise les chargeurs

Fini les chargeurs de téléphone portable et de tablette d'ordinateur. Fondée par deux ingénieurs, Energysquare révolutionne la recharge grâce à sa solution sans fil par conduction électrique.

La startup a créé un sticker qui se colle au dos de n'importe quel appareil électronique et qui se branche au port micro-USB pour les terminaux Android, Lightning pour les iPhones et iPad, et même sur le nouveau standard USB-C. L'autocollant est équipé d'un contacteur. Pour déclencher le chargement, il suffit de poser l'appareil sur un plateau carré de 30 x 30 cm, qui ressemble à un échiquier composé de petites dalles conductrices.

Ce plateau se branche à une alimentation électrique et se pose partout (bureau, table de chevet...). Lorsque les électrodes de l'autocollant sont en contact avec deux dalles, l'appareil se met en charge. Le produit sera commercialisé courant 2017.

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE ENERGYSQUARE AU CES

Icare, la bague qui remplace l'ensemble des clés, badges et moyens de paiement

Lauréate du concours French IoT 2016 organisé par La Poste, la startup Icare veut tout simplement en finir, à moyen ou long terme, avec l'ensemble des clés, badges et cartes bleues. Comment ? En transformant une bague en moyen d'identification unique, sécurisé et personnel. Grâce aux systèmes RFID et NFC ainsi que l'utilisation du champ magnétique, l'ingénieur corse Jérémy Neyrou, 23 ans, a créé une nouvelle technologie, en cours de brevetage au niveau européen. Son prototype permet déjà de déverrouiller puis de faire démarrer une voiture.

« Dans un premier temps, nous voulons gagner la confiance des clients avec la voiture, puis nous passerons au système pour la maison et les cartes de paiement, car le principe est toujours le même », explique le jeune homme au journal Corse-Matin.

Un travail de longue haleine, mais qui pourrait déjà faire sensation au CES.

Spartan, le boxer anti-ondes qui préserve la fertilité masculine

Nul doute qu'Arthur Menard, le cofondateur et PDG de Spartan, et son directeur marketing Thomas Calichiama vont faire sensation au CES de Las Vegas. Et pour cause, les deux hommes ont pris l'habitude de déambuler en boxer pour vanter les mérites de leur produit.

À la suite au succès d'une campagne sur le site de financement participatif Kickstarter (20.000 dollars récoltés pour un objectif de 8.000), la startup a créé le premier boxer capable de protéger les parties intimes contre les ondes des téléphones portables et les signaux Wi-Fi des box internet.

Testée et approuvée par un institut scientifique réputé dans la recherche sur les ondes électromagnétiques, la technologie Spartan bloque les fréquences de 450 mégahertz à 5 gigahertz, reconnues comme nocives pour la fertilité masculine par de nombreuses études. Seul hic : ce « protège-bourses haut de gamme » n'est pas à la portée de tous : le boxer coûte 42 euros.

Spartan

Orosound, les écouteurs intelligents qui améliorent la concentration dans les « open space »

Beaucoup d'entreprises ont cédé à la mode de l'open space, qui promet davantage de convivialité et d'interactions entre les employés. Problème : entre le coup de fil du collègue de gauche, les allées et venues incessantes de celui de droite et la discussion passionnée qui se tient à cinq mètres, réussir à se concentrer relève parfois du sport de haut niveau. Pour apaiser l'ambiance, deux anciens ingénieurs de Parrot ont breveté une nouvelle technologie d'annulation sélective de bruit, qu'ils ont intégrée dans des écouteurs. Concrètement, leur produit, baptisé Tilde, dispose d'un réducteur de bruit ambiant, ajustable à l'aide d'un curseur.

Le système permet aussi de sélectionner le bruit qu'on souhaite entendre : il est possible de masquer le brouhaha mais de conserver le son des voix qui se dégagent. Ceux qui aiment travailler en musique peuvent également utiliser Tilde comme des écouteurs classiques.

Orosound

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE OROSOUND AU CES

Rool'in, la roue solaire et connectée qui transforme votre vieille bicyclette en vélo électrique

Pédaler plus longtemps sans se fatiguer et aller plus vite sont les principaux avantages des vélos électriques. Pour encourager les citadins à délaisser la voiture, la startup Rool'in a opté pour le changement en douceur.

Deux fois moins chère qu'un bon vélo électrique (499 euros), sa roue électrique remplace la roue avant de votre petite reine en quelques secondes et s'adapte à tous les cadres. Pour éviter les vols, il est possible d'y attacher un cadenas voire de l'enlever une fois arrivé à destination et de la prendre avec soi.

Au CES 2017, la startup présentera sa dernière innovation : une roue solaire composée de cellules photovoltaïques, ce qui étend son autonomie. Connecté au smartphone, ce modèle permet aussi de choisir différents niveaux d'assistance, d'utiliser le GPS et de connaître la distance parcourue.

Roolin

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE ROOL'IN AU CES

BibeliB, la housse de valise traçable, assurance comprise

Rien de plus désagréable que d'attendre une heure devant le tapis roulant de l'aéroport pour se rendre compte que son bagage a été perdu. Pour en finir avec ce stress, BibeliB a inventé une housse de valise dotée d'un système de traçabilité.

Grâce à un QR Code, l'utilisateur peut géolocaliser sa valise. En cas de perte, le personnel de l'aéroport peut scanner le QR Code, ce qui prévient le propriétaire par SMS de l'endroit où se trouve sa valise. Ceux qui le souhaitent peuvent souscrire à une assurance.

Créée en 2011, la startup a levé 543 000 euros en 2015 et compte plus de 25 000 clients, la plupart en Asie. Dix-neuf modèles, dès 44,90 euros, sont disponibles sur son site.

Bibelib

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE BIBELIB AU CES

Xooloo, l'alternative au contrôle parental sur Internet

Vainqueur d'un Best of Innovation Award, qui récompense la crème de la crème des innovations mondiales présentées au CES, Xooloo est l'une des stars du CES. Son credo : réinventer l'expérience numérique des ados avec une alternative intelligente au contrôle parental sur Internet.

Son application, Digital Coach, prend le contre-pied du contrôle parental classique : plutôt que d'autoriser au coup par coup les sites et applications, les parents laissent l'ado utiliser le Web comme il le souhaite, mais ils reçoivent un rapport sur ses usages (durée de navigation, services utilisés...).

L'ado aussi y a accès, ce qui permet de le responsabiliser. De leur côté, les parents peuvent bloquer certains usages (comme les réseaux sociaux) selon des horaires (après 22 heures, au bout de deux heures de navigation...) et les ados reçoivent une notification quelques minutes avant. L'enfant peut demander davantage de temps pour utiliser une appli, les parents sont libres d'accepter, de refuser ou de négocier.

Xooloo

 >> VIDEO DE PRESENTATION DE XOOLOO AU CES

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2017 à 15:54 :
Le patron du CES Gary Shapiro a écrit dans son livre « Ninja Innovation » page 65 : « France has a terrible record of trying to anticipate technology and pick winners and losers. »

Je pense que Gary a brillamment bâti sa stratégie commerciale vis à vis des régions françaises et de l’Etat sur cette conviction. Le nombre d’exposants qu’il réussit à attirer semble lui donner raison… au moins pour le plus grand bénéfice du CES.
a écrit le 06/01/2017 à 13:22 :
Icare, la bague qui remplace l'ensemble des clés, badges et moyens de paiement : "Dans un premier temps, nous voulons gagner la confiance des clients avec la voiture, puis nous passerons au système pour la maison et les cartes de paiement, car le principe est toujours le même". Rien qu'à lire ça, c'est déjà mort pour moi, je n'utiliserait jamais un truc aussi insécurisé !!
a écrit le 05/01/2017 à 10:30 :
A quand un CES international et européen a Paris ?
a écrit le 05/01/2017 à 10:20 :
Les meilleurs iront s'installer dans la Silicon Valley s'ils veule g vraiment développer leurs talents.
a écrit le 04/01/2017 à 19:23 :
Sur Spartan, vous dites ondes "reconnues comme nocives pour la fertilité masculine par de nombreuses études". Spartan n'en cite qu'une sur le sperme réalisée en 2004-2005 aux USA (= tel 2G), l'autre étant le rapport Bioinitiative de Cindy Sage. Ce rapport a été dénoncé moult fois comme étant un rapport d'activistes...
Par contre, Spartan communique sur les "risques", mais aucune publication n'est faite des travaux de l'Institut Langevin
Une suggestion : interrogez l'Institut Langevin ou, à défaut, un prof de physique pour avoir son avis sur la pertinence ce produit.
Renseignez-vous et informez nous, c'est votre métier.
a écrit le 04/01/2017 à 16:50 :
Spartan, le boxer anti-ondes qui préserve la fertilité masculine n'est pas à la portée de toutes les bourses ....
Réponse de le 08/01/2017 à 19:09 :
Et pour cause, c'est un slip bourré de fibres d'argent ! Nos braves créateurs et leurs sponsors ont ils entendu parler de l'argyrie ? J'espère que les clients ne vont pas retrouver avec les gonades bleues ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :