Fairphone, le smartphone éthique, se veut encore plus responsable

 |   |  350  mots
Commercialisé en juin 2015 sur le Vieux continent, le Fairphone 2 s’est écoulé à 65.000 unités.
Commercialisé en juin 2015 sur le Vieux continent, le Fairphone 2 s’est écoulé à 65.000 unités. (Crédits : DR)
Fidèle à sa politique, qui est de commercialiser un terminal équitable, plus respectueux de l’environnement et dont l’origine de l’électronique est contrôlée, Fairphone cherche désormais à maîtriser davantage sa chaîne d’approvisionnement concernant l’or, le cobalt, le cuivre ou le tantale.

Fairphone continue de se mobiliser pour accoucher d'un smartphone toujours plus éthique. Fin janvier, la société néerlandaise a publié une liste de « 10 matériaux prioritaires » utilisés dans les terminaux, en se basant sur une enquête du cabinet The Dragonfly Initiative. D'après l'étude, le cobalt, l'or, le cuivre, le nickel, le tantale ou les métaux des terres rares apparaissent coup sur coup comme de véritables plaies pour l'environnement, la santé, en plus, parfois, d'alimenter les conflits dans certains pays en développement. Lorsqu'ils ne sont pas responsables de « problématiques sociales liées à l'exploitation minière ».

Pour l'état-major de Fairphone, cette étude est perçue comme un « point de départ » pour « guider les efforts de l'entreprise [...] en matière d'approvisionnement responsable dans les années à venir ». La société affirme ainsi qu'elle « a commencé à mettre en place une chaîne d'approvisionnement responsable pour l'étain, le tantale, le tungstène et l'or, les quatre minerais dits de conflits ». En parallèle, Fairphone affirme « [étudier] également la question de la fin de vie des matériaux », et publiera d'ici peu « les résultats d'une étude de recyclabilité du Fairphone 2 », son dernier bébé.

Bientôt un Fairphone 2 amélioré

Interrogé par La Tribune, Fairphone assure que sa liste des 10 matériaux prioritaires n'est « pas qu'une question de promotion », et s'inscrit dans la démarche éthique qu'elle promeut depuis le lancement du Fairphone 1, en 2013. Il n'empêche que la société prépare le lancement de la deuxième version du Fairphone 2. Concrètement, les nouveaux modules interchangeables - qui sont la marque de fabrique de ce terminal « durable » - sont en train d'être repensés, améliorés. Ils seront disponibles au mois de mai.

Commercialisé en juin 2015 sur le Vieux continent, le Fairphone 2 s'est écoulé à 65.000 unités, contre 60.000 pour son prédécesseur. Vendu sur Internet au prix de 529 euros, ce terminal - « brut de décoffrage » à l'« aspect brique high tech », dixit Lesnumériques.com - reste taillé pour les utilisateurs intéressés par la démarche éthique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2017 à 3:52 :
Il leur reste encore a devenir éthique au niveau du logiciel, en optant pour des composants disposant de spécifications ouvertes a des fins de drivers open, au lieu de leur choix actuel totalement fermé et comportant de nombreuses backdoors incontrôlables...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :