La Tribune

Smartphone, webcam, BYOD : ces mots geeks qui se francisent

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Nabil Bourassi  |   -  359  mots
Une Commission placée sous la responsabilité de Matignon a fait publier des propositions de termes nouveaux censés remplacés ceux usités jusque-là et très anglophones. A l'heure des débats autour de la sécurité informatique, le BYOD (utilisation de son smartphone personnel au bureau) se voit affublé d'un nouvel intitulé : AVEC.

Un mois après le hashtag de Twitter rebaptisé mot-dièse, la Commission générale de terminologie et de néologie frappe le petit monde des geeks en proposant une petite série de nouveaux mots francisés. Ainsi, le Journal Officiel vient de publier le nouvel intitulé de webcam qui devient cybercaméra, et l'ordiphone pour smartphone. L'acronyme BYOD pour bring your own device, trouve également son équivalent: AVEC pour apportez votre équipement personnel de communication, comme le définit le Journal Officiel

La CGTN est directement rattachée au Premier ministre. Elle "assure la liaison avec l'Académie française ; elle examine les termes en veillant à leur harmonisation et procède à leur publication", d'après le site du ministère de la culture.

Le BYOD, un phénomène dont on parle de plus en plus

Il faut dire que la CGTN était bien inspirée puisque la presse spécialisée ne cesse de parler du BYOD. Sa définition officielle : "se dit de l?utilisation, dans un cadre professionnel, d?un matériel personnel tel qu?un téléphone multifonction ou un ordinateur". Autrement dit, cela consiste pour un cadre à utiliser sa propre tablette numérique par exemple pour envoyer un mail professionnel ou entrer dans l'intranet de l'entreprise.

Jusque là tolérée par les entreprises désireuses d'accroître la mobilité de ses salariés à moindres frais, cette pratique n'est pas sans poser de problèmes en termes de sécurité informatique. L'AVEC est d'ailleurs prohibée par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques (ANSSI) dans son guide d'hygiène informatique (article 5). En réalité, le phénomène est de plus en plus développé et les entreprises sont de plus en plus poussées à réadapter leur dispositif informatique. Pour contourner le BYOD, certaines entreprises ont déployé des projets COPE (Corporate Owned Personnally Enabled) ou personnalisation autorisée d'un matériel appartenant à l'entreprise, en français. On attend désormais son équivalent francisé qui sera proposé par le Journal Officiel.

>> Mon smartphone perso au bureau ? Le dilemme du "BYOD" pour les entreprises

Réagir

Commentaires

Franck Biero  a écrit le 25/03/2013 à 20:05 :

Et dire qu'AVEC nos impôts, nous payons des gens pour réfléchir à ce genre de trucs! Je suis en pleine hallucination. En plus, pour traduire "bring your own device" par AVEC, il en faut, du plomb dans la cervelle!