Fitle, la start-up française qui veut réinventer la cabine d'essayage virtuelle

 |   |  526  mots
Avec Fitle, le prix sera le même qu'en magasin pour l'utilisateur (Capture d'écran/Fitle youtube)
Avec Fitle, le prix sera le même qu'en magasin pour l'utilisateur (Capture d'écran/Fitle youtube) (Crédits : Reuters)
Fitle, une plate-forme de vente en ligne créée par deux Français, va permettre d'essayer des habits sur le net via un avatar en 3D. Le projet, soutenu par BPIfrance, aurait déjà convaincu Levi's, Ralph Lauren et H&M et cherche de nouveaux financements.

Même principe que pour les garde-à-vue. Une photo de face, deux de profil... une de dos. Et le tour est joué. C'est ainsi qu'il faut procéder pour tester l'essayage de vêtements en 3D, un concept développé par la plateforme française de e-shopping Fitle.

Poids + taille + 4 photos = un avatar en 30 secondes

Créée par deux jeunes français (un de l'ESSEC et un de Polytechnique), l'application doit permettre de modéliser un avatar en 3D de la personne. Pour cela, outre les quatre photos sous les différents angles précités (et bien sûr en sous-vêtements), il faut renseigner son poids et sa taille. Dans les 30 secondes qui suivent, Fitle est censé modéliser un avatar précis dans 99% des cas, à en croire Charles Nouboué et Gaétan Rougevin-Baville, les deux fondateurs de Fitle.

Actuellement, les deux français développent une technologie qui va leur permettre de présenter les vêtements en 3D sur leur site. Pour récolter les fonds nécessaire au développement de leur application afin qu'elle puisse être mise en ligne, ils ont récemment lancé une campagne de crowdfunding sur Kickstarter.  Et Fitle compte déjà plusieurs partenaires en France, mais aussi des marques de renom comme Levi's, Ralph Lauren jeans et H&M.

Fitle retient les préférences des internautes

Mélange des mots "fit" (la forme) et "style", Fitle ne permet pas uniquement d'essayer des vêtements en ligne. Le site retient tout les achats et essayages des utilisateurs pour ensuite leur soumettre des suggestions en fonction de leurs préférences et de leur taille. L'internaute peut aussi voir par lui-même si la chemise qui lui plaît se marie bien avec le jean qu'il a acheté deux semaines auparavant.

Ce concept d'avatar 3D pour essayer des vêtements n'est pas nouveau, comme le note le site américain Tech Crunch qui consacrait lundi soir un long article à cette innovation "frenchie".  Par exemple, Bodymetrics envoie les clients se faire scanner en magasin avant de pouvoir procéder aux achats sur Internet. Avec Fitle, il est possible de tout faire depuis son smartphone.

Le "Google" de la vente en ligne ?

Charles Nouboué résume d'ailleurs la situation à sa manière, selon des propos rapportés par Tech Crunch :

"Actuellement, le monde du shopping en ligne ressemble à Internet sans Google. Et c'est là que Fitle entre scène."

Sur le volet financement et achat, le cofondateur assure, dans une interview à WebLife, que les prix seront les mêmes que ceux en magasin pour les clients :

"Fitle prélève une commission sur le prix final du vêtement, à la charge des marques. Pour l'utilisateur, le prix reste inchangé par rapport au prix en boutique, le service est 100% gratuit."

Un projet à "finaliser"

Pour l'instant, le projet Fitle, soutenu par la Banque publique d'investissement (BPI), en est au stade de la "finalisation" pour rendre l'expérience la plus réaliste possible. Charles Nouboué assure "y être presque". Avec son associé, il espère que les clients français et américains pourront utiliser Fitle à partir de février 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :