Intelligence artificielle : Elon Musk appelle à une régulation de la "menace existentielle"

 |   |  709  mots
Elon Musk veut alerter les élus américains sur les dérives potentielles de l'intelligence artificielle.
Elon Musk veut alerter les élus américains sur les dérives potentielles de l'intelligence artificielle. (Crédits : Reuters)
Elon Musk a plaidé pour la mise en place d'un organe de régulation de l'intelligence artificielle (IA) lors de l'université d'été des gouverneurs américains le week-end dernier.

Elon Musk poursuit sa croisade contre une intelligence artificielle dérégulée. Alors que le patron de Tesla a lancé il y a quelques mois la société Neuralink qui ambitionne de modifier le cerveau humain avec une dose d'intelligence artificielle, Elon Musk a rappelé, lors d'une réunion de l'association des gouverneurs américains organisée le week-end dernier, les dangers de l'IA et la nécessité de mettre en place des règles pour encadrer la recherche dans ce domaine.

> Lire aussi : Avec Neuralink, Elon Musk veut transformer le cerveau en machine

"Une menace existentielle"

L'entrepreneur américain a ainsi expliqué aux élus que l'intelligence artificielle pouvait constituer "une menace existentielle" pour la civilisation humaine. Lorsque le gouverneur du Nevada Brian Sandoval lui a demandé si les robots "allaient prendre les emplois de chacun dans le futur", le fondateur de Space X a répondu que "les robots pourront faire des choses mieux que nous", ajoutant qu'il avait des inquiétudes qui allaient au delà du marché du travail.

> Lire aussi : Robots : les propos alarmants de la Banque mondiale sur l'emploi

"L'intelligence artificielle est un risque existentiel fondamental pour la civilisation humaine et je ne pense pas que les gens apprécient complètement cela." Il a déclaré qu'il avait eu accès au domaine de pointe de la recherche sur l'intelligence artificielle et ce qu'il a vu relève "d'un problème bien plus effrayant" comme le rapporte le site de la radio publique américaine NPR.

-

elon musk

-

Elon Musk à la réunion de l'association américaine des gouverneurs nationaux organisée à Providence dans l'Etat de Rhode Island. (Crédits : Reuters/Brian Snyder.)

Pour une régulation proactive

Face aux menaces et risques que peut représenter l'intelligence artificielle, Elon Musk,qui n'est pas forcément favorable à l'intervention d'organes de contrôle dans le secteur des technologies, plaide pour une régulation préventive.

"L'intelligence artificielle est un des rares cas où je pense que nous avons besoin d'être proactif dans la régulation au lieu d'être réactif. Parce que je pense que si nous attendons trop longtemps pour réagir, il sera trop tard".

Pour l'investisseur, les risques sont trop élevés pour que l'intelligence artificielle se développe sans surveillance. "Je pense que les gens devraient être vraiment préoccupés par ce dossier" a-t-il déclaré."Je continuerai à sonner l'alarme". M.Musk a également proposé de créer une nouvelle agence de régulation pour réglementer la recherche de cette industrie.

> Lire aussi l'opinion de Marc Guyot et Radu Vranceanu, professeurs à l'EssecQui a peur de l'Intelligence Artificielle  ?

Des mises en garde répétées

Ce n'est pas la première fois que le chef d'entreprise se préoccupe d'une régulation de l'intelligence artificielle. Dans un long format publié par Vanity Fair au mois d'avril dernier, Elon Musk explique qu'il a commencé à s'intéresser à ces enjeux en 2014 au moment où il a investi dans la société Deep Mind avant que cette dernière soit rachetée par Google. Il a ainsi informé qu'il n'espérait pas avoir un retour sur investissement important mais il voulais garder un œil sur les évolutions de l'intelligence artificielle. "Cela m'a permis d'avoir plus de visibilité sur le rythme auquel les choses évoluent, et je pense que les choses évoluent à un rythme bien plus élevé que ce que les gens imaginent."

Pour améliorer la compréhension des enjeux et des menaces relatifs à l'intelligence artificielle, Elon Musk a crée en 2015 la société à but non lucratif appelée OpenAI dont "la mission est de construire une intelligence artificielle générale sécurisée [...] Notre but est de faire avancer l'intelligence numérique dans une voie qui profiterait à l'humanité toute entière, sans un nécessaire retour sur investissement. Depuis que nos travaux ne sont pas dépendants d'objectifs de rentabilité, nous pouvons nous concentrer sur un meilleur impact humain positif".

Revoir l'intervention d'Elon Musk à la conférence d'été des gouverneurs américains (en anglais).

> Pour aller plus loin, lire l'interview de Charles-Édouard Bouée, le président du cabinet de conseil Roland Berger : "L'intelligence artificielle va être un énorme tsunami"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2017 à 16:13 :
Qu'il faille pointer auprès du grand public les risques liés à des technologies, nouvelles ou pas, d'une part, et sensibiliser les décideurs politiques et économiques -et les acteurs influents de la planète, d'autre part, est une chose.
Que certains appellent à réguler, donc brider, en amont de tout développement minimal, parait pour le moins incompréhensible : Contre-productif et dangereux. Pourquoi ? Parce que ce ´bridage précoce´ pousserait à la dissimulation et à une plus grande prise de risque [nul besoin d'être un grand expert de la théorie des jeux pour le voir] les opérateurs privés et publics, motivés et convaincus, d'ici et de là-bas ..., quelles que les bonnes intentions qui peuvent les animer par ailleurs.

D'autres priorités existent. Elles réclament plus, et mieux, de régulation. Elles réclament aussi l'énergie de chacun : le citoyen, le militant, l'électeur, le consommateur ..., jusqu'à Jupiter.
Un exemple parmi tant : Les risques liés à la chimie et aux excès de l'agriculture intensive -qui ont eu leur justification à un moment pour éviter les famines notamment- sont en train d'introduire des germes fatals de l'affaiblissement, irréversible suggèrent certains, de milliards d'êtres humains. Empoisonnés volontaires ou pas, qu'ils sont à longueur de journée par le sucre, les produits raffinés, les perturbateurs endocriniens légaux, etc., y compris dans les démocraties les plus irréprochables. Ces états, ou unions d'états, qu'on ne peut accuser de complicité de crimes de masse pour leurs inactions dangereuses. Cela étant dit, il n'est pas interdit d'imaginer que les générations futures devront un jour s'y résoudre. Oui, ce sera une évidence quand [si ?] les effets de ces inactions, sans cesse renouvelées pour l'essentiel, auront provoqué mille fois les effets de l'amiante, cent mille fois ceux du tabac, etc.

[Provocation] Et si l'IA était, avec d'autres technologies encore balbutiantes ou déjà matures, une des clés de notre avenir ? L'avenir de l'Homme.

Oui, l'Homme mérite un avenir. Une espèce encore jeune, d'à peine quelques centaines de milliers d'années, à l'échelle de l'âge de son univers.

L'accélération ébauchée, avec l'agriculture et l'élevage, il y a quelques milliers d'années, et qui se poursuit avec la technique et le contrôle de la matière, du vivant et du consommateur, en passant par les philosophies et les cultures, met en évidence le besoin grandissant, et bientôt essentiel, pour l'homme en outils et ´auxiliaireś réducteurs de complexité.
C'est grâce à eux qu'il pourra survivre et se réaliser ..., sans jeter ce qui a toujours existé et ce qui a fait ses preuves ... tant qu'il dure.
L'IA, alliée à d'autres disciplines, peut proposer de tels outils. Ce serait dommage de renoncer ou de handicaper ceux, officines publiques ou marchands, qui veulent entreprendre pour proposer ces nouveaux possibles. Non ? Evidemment, il n'est pas sûr que la régulation puisse venir, après, une fois l'élan pris et les premiers blocages levés, pour éviter les dérives et les excès. Pour ma part, j'ai la naïveté de croire que le Politique trouvera le moyen de relever le défi !
Réponse de le 20/07/2017 à 21:20 :
Vous savez qui sont les plus destructeurs sur terre ?
1) les moustiques (étonnant)
2)les hommes
Est ce que on peut greffer IA sur les hommes et les moustiques ?
Ça sauvera peut être la terrede ces 2 espèces.
L'homme serait donc un raté terrestre et l'IA serait son avenir ?
Honnêtement et sincèrement ça sera son billet sans retour et c'est une bonne chose je pense, la fin de l'espèce car l'homme a échoué sa mission sur terre : paix et bienveillance sans folie matérialiste.
a écrit le 20/07/2017 à 14:48 :
C'est bien M. Élon a son système d'alerte de risque qui fonctionne bien dans son cerveau. Nous voilà tous rassuré, ouf....
C'est une bonne idée cette agence de "contrôle" mais M. Élon oublie un paramètre, est c'est que la flêche est sorti de l'arc, la régulation va être très difficile, moi j'aimerais juste un robot qui fait le rôle de protection qui remplace le système d'alarme dans une maison par exemple , après le reste c'est plus sain de faire fonctionner toutes les fonctionnalités existantcielles qui font ce qu'on est : humains.
a écrit le 18/07/2017 à 16:16 :
Je crois que toutes ces personnalités s'affolent de voir que les IA pourront dénoncer les humains aux cerveaux cupides, manipulateurs et lâches que sont les dirigeants de cette planètes alors ils s'affolent un jour de voir leur magouilles mise en lumière....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :