Big data : ils savent tout de nous !

 |   |  218  mots
(Crédits : <small>Reuters</small>)
Les lunettes connectées, actuellement en développement, représentent un nouveau pas vers l'omniscience. Mais elles menacent de mettre à mal notre anonymat. Économistes, futurologues et sociologues nous aident à décrypter les défis et les espoirs suscités par ce projet.

Les géants de l'Internet savent tout de nous : nos opinions politiques, nos habitudes de consommation, nos préférences sexuelles, notre solvabilité. Ils savent qui sont nos amis et nos collègues, connaissent nos dernières lectures... Et si Google, Amazon et Facebook nous permettaient d'accéder à toutes ces données d'un clignement d'oeil ? Si, grâce à la magie d'une paire de lunettes, il suffisait de croiser une personne dans la rue pour connaître toutes les informations disponibles sur elle sur le Net ? Ce scénario pourrait bien décrire un avenir proche. Il ne reste plus qu'à associer trois technologies déjà existantes : la reconnaissance faciale, les lunettes intelligentes et l'exploration de données.

Tous omniscients

Le journaliste Web Mario Sixtus explore le passé, le présent et l'avenir de ce projet fou qui nous rendrait presque omniscients. Il rend visite à des "visionnaires" comme Sebastian Thrun, qui a travaillé sur le projet Google Glass, à des chercheurs et des entrepreneurs. À quelle échéance aurons-nous tous la possibilité de nous en offrir une paire ? Et surtout, quelles conséquences sur la société engendrerait la disparition progressive de l'anonymat et de la sphère privée ? Économistes, futurologues et sociologues nous aident à décrypter les défis et les espoirs suscités par ce projet.

(Source : Arte)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2016 à 18:20 :
L'intérêt pour un citoyen lambda? aucun. Les intérêts pour la société de consommation déshumanisée et les états policiers : énormes, vitaux, indispensables, ... Dans quel monde souhaitez vous vivre?
a écrit le 19/02/2016 à 14:43 :
un espoir, une malédiction oui, ça nous vole le boulot, on se retrouve au rsa à attendre de trouver un moyen de trouver un moyen d'en retrouver un...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :