Internet : les Etats-Unis proposent à Cuba de déployer un câble sous-marin

 |   |  500  mots
En raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis cinquante ans, l'île n'avait qu'un accès satellitaire à Internet jusqu'à l'arrivée en février 2011 d'un câble sous-marin de fibre optique installé par son allié politique le Venezuela.  Photo: sur les marches de la basilique Notre-Dame-de-la-Charité, à Cobre, près de Santiago de Cuba, au sud de l'île, le 18 septembre 2015.
En raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis cinquante ans, l'île n'avait qu'un accès satellitaire à Internet jusqu'à l'arrivée en février 2011 d'un câble sous-marin de fibre optique installé par son allié politique le Venezuela. Photo: sur les marches de la basilique Notre-Dame-de-la-Charité, à Cobre, près de Santiago de Cuba, au sud de l'île, le 18 septembre 2015. (Crédits : Reuters)
Dans le cadre du dégel, Washington a placé les investissements dans les télécoms en tête de ses priorités pour l'île, mais sans grand résultat depuis.

Sept mois après le rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane, les Etats-Unis ont proposé aux autorités cubaines de déployer un câble sous-marin entre l'île et la Floride pour améliorer la qualité de l'accès à Internet dans ce pays où le taux de connexion est parmi les plus faibles au monde, a rapporté un responsable américain. L'ambassadeur américain, Daniel Sepulveda, responsable des communications au Département d'Etat, a ainsi déclaré, dans un entretien au portail d'informations OnCuba, publié lundi:

"Nous sommes en train de travailler pour (...) analyser et préparer un environnement favorable en vue (d'installer) un câble sous-marin entre Miami et La Havane. Plusieurs propositions ont déjà été formulées au gouvernement cubain."

Le fonctionnaire, qui a effectué un séjour à Cuba en fin de semaine dernière, ajoutait :

"[Les autorités cubaines] nous ont dit qu'elles étaient ouvertes à l'idée; elles souhaitent voir des propositions écrites, elles veulent s'assurer que cela va fonctionner."

Connexion quasi-nulle

L'île de 11 millions d'habitants figure parmi les pays où l'accès à Internet est le plus restreint et contrôlé pour les particuliers dans le monde. Selon des données du monopole d'Etat Etecsa, seuls quelque 150.000 Cubains ont pu se connecter chaque jour en 2015.

En raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis cinquante ans, l'île n'avait qu'un accès satellitaire à Internet jusqu'à l'arrivée, en février 2011, d'un câble sous-marin de fibre optique installé par son allié politique le Venezuela. M. Sepulveda a ajouté :

"Les communications seraient beaucoup plus efficaces si elles venaient de Miami plutôt que du Venezuela. Nous avons évoqué cela."

"Avant l'embargo [qui, lui, est toujours en place, Ndlr], il existait un câble téléphonique de AT&T. Nous avons besoin de rétablir ce lien physique, pas seulement pour améliorer Internet (...), mais aussi pour nous aider à assainir" les relations entre les deux pays, engagés sur la voie du rapprochement depuis la fin 2014.

Les télécoms, priorité des Etats-Unis

Dans le cadre du dégel, les Etats-Unis ont placé les investissements de télécommunications en tête de leurs priorités pour l'île, mais les résultats tardent à se faire attendre.

"C'est une question de confiance. Confiance du gouvernement cubain envers nous en tant que gouvernement, et envers nos entreprises ou opérateurs de télécommunications (...) Ce que nous leur disons, c'est qu'il n'y a rien à craindre dans le fait de s'ouvrir à internet. La culture et la souveraineté ne sont pas en péril. Cuba continuera d'être Cuba", a également assuré M. Sepulveda.

Depuis 2013, Cuba a ouvert Internet au grand public qui a désormais accès à des salles de navigation et, plus récemment, à des bornes wifi en extérieur. Mais le coût des connexions (environ 2 dollars de l'heure) reste exorbitant pour le plus grand nombre dans un pays où le salaire moyen est de 20 dollars mensuels.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2016 à 0:42 :
La France si elle continue ainsi, va louper des opportunités à Cuba. Certes, il est évident qu'en matière d'internet, économiquement les U.S.A constituent le meilleur choix. Hollande doit promouvoir les entreprises Françaises sur ce marché naissant, dont la croissance va nous échapper
a écrit le 26/01/2016 à 14:41 :
C'est bien connu les USA ne lève des blocus que dans l'ultime but d'y fourger leurs technologie de moyenne qualité dans ces pays. Et en plus se faire espionner par la NSA ! A la place des cubains j'irai voir du côté de la Russie, c'est plus sûr !
a écrit le 26/01/2016 à 11:37 :
Et toujours cette manipulation perpétuelle ! Les Cubains, comme les Chinois et d'autres d'ailleurs, ont des salaires moins élevés qu'en France, par exemple, mais les prix des marchandises et services sont également ridicules quand on touche un salaire français. Oui, il y a des pauvres à Cuba, mais il y en a tout autant en France ou aux US puisque c'est la référence de notre vassalisation !!! Il ne s'agit pas d'embaumer Cuba, mais de réaliser que crever la faim à La Havane ou à Paris, c'est la même chose :-)
a écrit le 26/01/2016 à 11:00 :
"C'est une question de confiance."

Non c'est une question de marge bénéficiaire monsieur OBAMA, jamais vous n'auriez pu libérer CUBA de cet embargo aussi stupide qu’inhumain si en contrepartie vous n'obteniez pas des parts de marché de ce pays. Jamais les institutions américaines ne vous l'aurez accordé.

On sait tous comment fonctionne l'Amérique même si elle est quand même bien plus belle sous votre gouvernance que sous celle de bush mais bon avec un congrès de vieux machins grabataires complètement recroquevillés sur leurs immenses privilèges vous ne pouvez qu'avancer que par petits pas on le comprend bien également.
Réponse de le 26/01/2016 à 15:08 :
Eh zorro t'as pas regarde le personnel politique Français qui sont aussi:
de vieux machins grabataires complètement recroquevillés sur leurs immenses privilèges

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :