Pourquoi le français OVH rachète le cloud de l’américain VMWare

 |   |  410  mots
Le rachat par OVH de vCloud Air, la division cloud de l'américain VMWare, s'inscrit dans la droite lignée de la stratégie d'accélération de la startup française basée à Roubaix.
Le rachat par OVH de vCloud Air, la division cloud de l'américain VMWare, s'inscrit dans la droite lignée de la stratégie d'accélération de la startup française basée à Roubaix. (Crédits : Reuters)
La licorne de Roubaix, qui a levé 250 millions d’euros à l’automne dernier, a annoncé le rachat de vCloud Air, la division cloud du géant américain de la virtualisation de serveurs VMWare. L'objectif : affirmer sa position de numéro un européen et s'imposer sur le marché international, aux côtés des leaders mondiaux Amazon Web Services et Microsoft.

OVH voit plus grand. Déjà leader européen et troisième acteur mondial du cloud (informatique en nuage), la startup devenue une licorne, basée à Roubaix dans les Hauts-de-France, part à la conquête du marché américain. Ses dirigeants ont annoncé le rachat à venir de vCloud Air, la division cloud du géant de la virtualisation de serveurs VMWare. L'opération, dont le montant n'a pas été dévoilé, devrait être finalisée d'ici à la fin du mois de juin.

1,5 milliard d'euros d'investissements d'ici à 2020

L'annonce s'inscrit dans la droite lignée de la stratégie d'accélération de la startup française. Avec 18 millions d'applications web hébergées, le groupe numéro un en Europe -qui prend également en charge la réservation des noms de domaine - doit désormais s'imposer aux Etats-Unis pour changer d'échelle. Il y est aujourd'hui complètement distancé par les quatre champions Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google, qui concentrent à eux seuls 54% du marché mondial d'après Synergy Research.

C'est en partie pour se donner les moyens de cette ambition qu' OVH avait levé 250 millions d'euros à l'automne dernier, le record de l'année 2016 en France. La startup, qui emploie 1.500 personnes dont 900 dans l'Hexagone, compte investir 1,5 milliard d'euros d'ici à 2020 pour mener des acquisitions comme celle de vCloud Air, et construire de nouveaux data centers dans ses marchés stratégiques. Deux sont actuellement en construction aux Etats-Unis, sur la côte Est et Ouest, pour un investissement estimé à 100 millions de dollars.

Séparation des activités américaines et européennes

Le rapprochement avec VMWare fait sens : les deux entités "sont partenaires depuis 2010", d'après Laurent Allard, le vice-président d'OVH. Cette relation stratégique comprend "une R&D conjointe et la distribution de solutions haut de gamme", précise la société, qui faisait partie des clients les plus importants de VMWare.

L'acquisition permettra aussi à OVH de mettre la main sur les 14 datacenters mondiaux de VMWare, ce qui devrait faciliter son expansion internationale. De quoi offrir, selon Laurent Allard, "une proposition de valeur unique, adaptée aux plus grandes entreprises, avec une large palette de solutions de migrations et des fonctionnalités avancées autour d'infrastructures hybrides et de datacenters virtuels".

Pour rassurer ses clients européens, la startup précise que ce qui se passe aux Etats-Unis restera aux Etats-Unis. Seuls les clients américains de vCloud Air seront soumis aux règles du Patriot Act.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2017 à 11:07 :
Good News !
a écrit le 06/04/2017 à 8:44 :
OUi OVH est une vraie reussite professionnelle pour la France et pour l'Europe.Un vrai rapprochement avec VCloud Air pour un vrai partenariat professionnel et technique dans le Cloud computing : Reussite pour OVH auquel j'avais penser pour héberger le site dont je suis le gestionnaire ! Bravo à OVH !
a écrit le 05/04/2017 à 19:06 :
Le rapprochement OVH et VCloud Air c' est énorme. Chapeau aux dirigeants.
OVH va jouer dans la cour des grands : AWS Google Microsoft.
Quand on pense au désastre cloudwatt (orange thales) on est encore plus admiratif.
Réponse de le 06/04/2017 à 9:56 :
Une bonne chose d avoir un grand du secteur en Europe.....
Ce qui permettra de ne pas laisser trainer nos données sensibles aux usa.....
Ceci étant, se dire que 5 entreprise concentrent les données de toutes les grandes et moyennes entreprises occidentales fait froid dans le dos
Réponse de le 07/04/2017 à 9:58 :
Quand on pense aux 175 Millions d'argent public dépensé pour ce désastre..cqfd

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :