206.000 euros : c'est le montant des dommages que France Télévisions versera à son ex-salarié aux 320 CDD

 |   |  560  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un technicien de France 3 a obtenu devant la Cour d'appel de Paris la requalification de dix années de CDD en CDI. Alors qu'il va prendre d'importantes mesures d'économies, le groupe audiovisuel emploie "entre 2000 et 2500 de contrats précaires sur ses 10.000 salariés", selon la CGT.

Exemplaire, cet arrêt de la Cour d'appel de Paris témoigne du régime à deux vitesses sous lequel travaillent les salariés de France Télévisions. A l'heure où il est sommé de faire maigrir la masse salariale, le groupe audiovisuel public a été condamné à verser à un ancien salarié de France 3 quelque 206.000 euros, une somme destinée à couvrir les frais de requalification d'un CDD en CDI.

M. X, technicien monteur chez France 3 a passé 10 ans au sein d'une antenne régionale de la chaîne entre 1999 et 2009. Au moment où France Télévisions a cessé de fournir du travail à ce salarié, ce dernier a alors demandé la requalification de ces contrats en CDI, avec en prime des indemnités de licenciement.

320 CDD, 6 services distincts, 5 villes différentes

De fait, pendant une décennie, France 3, qui était le seul employeur du technicien, lui a, de son propre aveu, signé «320 contrats à durée déterminée», selon l'arrêt dont La Tribune a pris connaissance. Pour sa défense, le groupe fait valoir que le salarié «n'a pas occupé un emploi durablement pour une activité normale et permanente». Dans le détail, 290 CDD ont servi à effectuer des remplacements, et 29 CDD ont été utilisés pour faire face à «des accroissements temporaires d'activité». Le salarié a travaillé «au sein de six services distincts de France 3 situés dans cinq villes différentes». Le monteur a donc remplacé «vingt salariés permanents pour des périodes très courtes. Or, poursuit le groupe public, dans le secteur, «il est d'usage constant de ne pas recourir au contrat indéterminé».

La Cour balaye les arguments de France Télévisions

Las, l'ensemble de ces arguments a été balayé par la Cour d'appel. «Un contrat de travail à durée déterminée, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise. M. X a travaillé pendant 10 ans de façon régulière et permanente au montage des émissions quotidiennes et hebdomadaires de France 3, à savoir le journal télévisé et des magazines d'information, qui font partie des programmes permanents de la chaîne. [...] Il en résulte que l'employeur ne peut recourir de façon systématique au CDD de remplacement pour faire face à un besoin structurel de main d'?uvre». Ainsi, sur la base de ces arguments, l'entreprise a-t-elle été condamnée à verser 206.000 euros, dont 85.000 euros au titre des indemnités de licenciement, le reste de la somme recouvrant des rappels de salaire, de prime de congés payés, etc.

Entre 2000 et 2500 contrats précaires dans l'entreprise

C'est de notoriété commune: France Télévisions fonctionne sur un important volant de précaires, servant à combler les problèmes d'organisation de l'entreprise. Ainsi, selon la CGT, "l'entreprise emploie 10.000 personnes, dont entre 2.000 et 2.500 personnes en contrats précaires qui cumulent des milliers de jours de travail à France TV». Pour 2013, France Télévisions devra économiser 150 et 200 millions d'euros. Un plan de départ volontaire concernant 500 personnes est déjà en cours, il pourrait être porté, craignent les syndicats, à 1000 personnes. Reste à savoir si en parallèle de ce plan l'entreprise proposera aussi des conditions particulières aux CDD dont les missions pourraient s'arrêter. Sans quoi la décision de la Cour d'appel pourrait faire des émules.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 7:36 :
c est comme nos president qui touche des salaires a vie ++ avantage , idem pour les ministres etc !!!!!! et vous quand vous arretez votre carriere professionnel vous avez quoi ?
a écrit le 19/02/2013 à 0:38 :
Un exemple qui fera sans doute jurisprudence ! Car de nombreuses années passent avant qu'un CDD se rebelle, il faut qu'il soit arrivé à bout !!! Car les CDD n'aspirent souvent qu'à être titularisé et ne courrent pas derriÚre une compensation pécuniaire. Ils aspirent juste à un legitime retour des choses, une place mérité aprÚs des années d'efforts et de sacrifices personnels qu'ils espÚrent toujours voir être récompensés un jour prochain...
a écrit le 12/11/2012 à 14:49 :
encore un fonctionnaire communiste !
a écrit le 12/11/2012 à 1:12 :
Pour une fois qu'un CDD de FranceTV saisit la justice ! il s'agit là de la partie visible de l'iceberg. L'emploi de CDD d'usage est répandu depuis de nombreuses années dans l'ensemble du service public, et ce dans tous les services. Mais personne n'ose en parler.
Non, la précarité n'est pas un choix ! C'est une nouvelle forme d'esclavagisme qui ne dit pas son nom, car un CDD est rentable, lui, et tellement plus corvéable. Et Pôle Emploi devrait être condamné pour laxisme vis à vis de France Télévisions, qui use et abuse de ce type de contrat, contrat parfois d'une journée. 320 contrats, ce n'est pas tant après tout.
Justice a été rendue à l'un de ces nombreux salariés invisibles, qui vivent dans la peur !!!
Du stress, des déplacements à n'en plus finir, plus de vie sociale, aucune reconnaissance, pas de perspectives : vous croyez raisonnablement, qu'on peut choisir de vivre en CDD pendant 10 ans ?
Il est urgent que la peur change de camp.
a écrit le 10/11/2012 à 10:27 :
Pareil chez AIGLE AZUR (compagnie française) pour les personnels navigants commercials (PNC). Il y a la même chose que chez AIR France avec une précarité de 2 à 5 ans en contrat CDD/CDSaisonier, contrat de remplacement alors que la compagnie affiche des bénéfices et même se vante de vouloir recruter 400 personnes pour ses lignes Longs Courriers. Tous les contrats CDD consécutifs excédent, tous, 18 mois pour beaucoup d?entre eux. Il y a autant de CDD que de CDI, sinon plus. Je pense que si la compagnie continue dans ce sens, AIGLE AZUR se retrouvera également aux Prudhommes prochainement, engagé par un certain nombre de PNC pour obtenir la requalification de leur contrat de travail CDD en CDI avec indemnités de rupture abusive et préjudice subi (pas de vie stable, insécurité permanente, pression exercée sur les personnels navigants etc...). Lorsque les CDI sont attribués, cela se passe souvent sans respecter l?ordre de l?ancienneté, et passe par des promotions canapés, arrangements entre amis et pot de vins. C?est injuste. Heureusement, que je n?y suis plus? J?ai toujours une pensée pour ceux qui subiront encore cette injustice.
Réponse de le 10/11/2012 à 12:47 :
N hesitez pas à attaquer Aigle Azur de preference en étant plusieurs personnes à engager la procédure ! L union fait la force.... d autant plus quil ya maintenant une jurisprudence où par exemple ADP a été condamné, et il y a eu une requalification des contrats interim en CDI...!!!
a écrit le 10/11/2012 à 10:26 :
Pareil chez AIGLE AZUR (compagnie française) pour les personnels navigants commercials (PNC). Il y a la même chose que chez AIR France avec une précarité de 2 à 5 ans en contrat CDD/CDSaisonier, contrat de remplacement alors que la compagnie affiche des bénéfices et même se vante de vouloir recruter 400 personnes pour ses lignes Longs Courriers. Tous les contrats CDD consécutifs excédent, tous, 18 mois pour beaucoup d?entre eux. Il y a autant de CDD que de CDI, sinon plus. Je pense que si la compagnie continue dans ce sens, AIGLE AZUR se retrouvera également aux Prudhommes prochainement, engagé par un certain nombre de PNC pour obtenir la requalification de leur contrat de travail CDD en CDI avec indemnités de rupture abusive et préjudice subi (pas de vie stable, insécurité permanente, pression exercée sur les personnels navigants etc...). Lorsque les CDI sont attribués, cela se passe souvent sans respecter l?ordre de l?ancienneté, et passe par des promotions canapés, arrangements entre amis et pot de vins. C?est injuste. Heureusement, que je n?y suis plus? J?ai toujours une pensée pour ceux qui subiront encore cette injustice.
a écrit le 10/11/2012 à 9:57 :
C'est un système complètement fou. Tous ces intermittents partie technique sont engagés ponctuellement par les boites de production en CDD plutôt court et qui les payent bien (au prorata) ne les ayant pas à charge en permanence.Pour le reste ce sont les assedic qui complètent les revenus. Mais ce régime a un déficit d'un milliard d'euros à charge de l'ensemble des cotisants. Tout cela à cause des boites de prod qui s'engraissent sur le dos de la collectivité. Et cela est quand même très inconfortable pour les techniciens qui sont à la course aux contrats pour assurer leurs revenus (directs et indirect par assedic). Les CDI devraient être la règle avec un portage facilité entre productions. Mais évidemment s'agissant de l'audiovisuel aucun potilique n'ose mettre les pieds dans le plat.
a écrit le 10/11/2012 à 9:56 :
Moi ce que j'aime aussi c'est le CDI avec 2 mois de période d'essai et à la fin des deux mois on ne te garde pas.
a écrit le 10/11/2012 à 9:21 :
Cela me fait doucement rire. C'est complètement hypocrite de la part du salarié . C'est le système intermittent. On fait des contrats à la semaine. En 10 ans, cela ne me semble pas exagéré. Il oublie de dire qu'il touche également les assedics et qu'il peut également travailler ailleurs( encore faut il avoir le courage de chercher ailleurs..). Travailler les week-ends et les jours fériés , c'est bien payé. Connaissant la maison, il devait pas être trop fatigué non plus par le boulot. Acheter en étant intermittent n'a jamais été impossible. C'est tout simplement un menteur, un aigri, qui voulait de l'argent ou être embauché!
Réponse de le 10/11/2012 à 10:18 :
exact !! j en connais plein comme lui à F3
Réponse de le 10/11/2012 à 10:49 :
Une personne travaillant à France Télévisions et étant en CDD n'est pas forcément intermittente. Elle peut être "occasionnelle" et ne touche pas les ASSEDIC et cela reste trÚs compliqué d'acheter sous ce statut...
Réponse de le 10/11/2012 à 11:44 :
Je connais trÚs bien ce milieu, et les occasionnels techniciens sont intermittents. Et d'autres parts, de nombreux intermittents autour de moi sont propriétaires. Le taux d'emprunt n'est peut être pas le même mais au vue des feuilles d'impôts, les banques prêtent, surtout si l'employeur le plus fréquent est france télévisions. Je vois trÚs bien le genre de personnage qui a porté plainte contre france 3
Réponse de le 11/11/2012 à 10:24 :
Je suis occasionnelle et non intermittente. Il y a peut-être certains postes qui peuvent cumuler les deux, mais ce n'est pas une généralité. Attention aux déductions faciles...
Réponse de le 12/11/2012 à 18:11 :
Depuis 4 ans, au planning journaliste France télévision - 20 ans de métier derriÚre moi.
Je fais parti de ces "Cdd", comme journaliste, plus précisément JRi; Journaliste Reporter d'Image , donc au régime général Pôle Emploi, la GalÚre !
Lui, est monteur, donc statut intermittent du spectacle, un statut vraiment "plus facilement vivable"....
La misÚre se passe du côté des journalistes, redacteurs et Jris , nous sommes gérés comme des pions...
Mais en venant travailler pour FTv, les choses sont claires dÚs le début,
ns sommes là pour boucher les trous...
Mais
Un bon technicien ( intermittent ) ou un bon journaliste trouvera toujours des piges-Cdd ....!

a écrit le 10/11/2012 à 9:15 :
Ben dites donc, ça paie bien monteur à France3...85000 ? de prime de licenciement pour 10 ans à temps partiel ? + rattrapage de 120000? pour les périodes où il touchait l'ASSEDIC... Quelqu'un peut-il expliquer de tels chiffres ?
Réponse de le 10/11/2012 à 10:28 :
c'est ce que certains joueur gagne en une semaine
Réponse de le 10/11/2012 à 13:31 :
oui, notamment certains joueurs de foot à plus d' 1000000 ? par mois Malheureusement, les ingénieurs ou les médecins ayant fait de longues études en sont très loin, même en travaillant plus..
Si je ne me trompe pas, la prime de licenciement est de 1 mois de salaire pour 5 ans d'ancienneté. (indemnité légale)
Donc à partir de là, le calcul est simple : un monteur chez france 3 gagne 42500 ? par mois !
Pas mal, je trouve !
a écrit le 10/11/2012 à 0:11 :
Idem, établissement sous tutelle du ministère de la culture, 4ans de CDD dont les durées vont de 15jours à 4mois maximum. Je vais avoir 30ans et mon père m'aide pour le loyer.
2 mois de chômage imposé par an pour empêcher la CDIsation, et avec un salaire de 1000? en moyenne par mois (parfois c'est moins parce que j'ai une semaine de trou en plein milieu et j'ai rien au assedics parce que j'ai travaillé trop d'heure dans le mois), on me prélève des impôts parce que certainement, je suis trop riche.
Quand je suis au chomage "obligatoire", je touche mes allocations avec 3mois de retard en moyenne, et toujours avec une semaine de perdu qui n'est pas comptabilisé par les assedics.

Il y a pas ou peu de perspective de CDI, j'ai des collègues qui ont cumulé jusqu'à 14ans de CDD avant que ça ne se règle...
Public ou privé, ils prennent les gens pour des mouchoirs jetables, et pour avoir nos allocations chômage, on a l'impression qu'ils nous font une fleur, alors que c'est notre salaire différé. C'est compliqué pourtant, on ne demande pas la charité, mais simplement l'application de la justice et du droit!
a écrit le 09/11/2012 à 22:07 :
Le tribunal aurait dû imposer à france televiion de faire une annonce au jt 20h de france 2
a écrit le 09/11/2012 à 18:31 :
C est la meme chose chez AIR FRANCE qui utilise des personnes en interim de nombreuses années (3 à 10 ans pour certains) et les remercie quand AFrance sent que le vent va tourner ! Les salariés en interim se rebellent et vont attaquer aux Prudhommes pour non respect de la legislation (au bout de maximum 18 mois, on doit obtenir une proposition de CDI et non de l interim perpetuel)..... C est presque de l esclavage...... Air France a un proces aux Prudhommes pour début Décembre prochain engagé par un certain nombre d interimaires pour obtenir la requalification de leur contrat de travail en interim en CDI avec indemnites de rupture abusive et préjudice subi (pas de vie stable, insécurité permanente, pression exercée sur les personnes interimaires etc...)
A suivre donc.
a écrit le 09/11/2012 à 16:54 :
l'auteur de l'article pourrait-il fournir la date de cet arrêt ? bizaremment elle n'est pas mentionnée dans l'article
merci par avance ?
a écrit le 09/11/2012 à 16:37 :
Je travaille depuis 4 ans en CDD au sein de la même entreprise (plus 6 ans de CDD auparavant dans d'autres entreprises). Je ne compte plus les contrats que j'ai signé avec cette boite. J'aurais pu refuser mais j'ai besoin de travailler et n'ai pas envie de m'inscrire au pole emploi. Contrairement, à ce que certains pensent, il n'y a rien d'agréable à pointer aux assedics.
Je n'ai jamais eu 5 semaines de congés payés dans l'année car les contrats s'enchaînent et il faut toujours être près du téléphone (on ne sait jamais si une opportunité de taf voire de CDI se présentait). Je travaille tous les week-ends et une majeure partie des jours fériés en horaires de nuit.
Je gagne bien ma vie mais il y a beaucoup de contrepartie à ce salaire. Je n'ai pas de patrimoine ni d'héritage. Par contre, je paie beaucoup d'impôts sur le revenu, notamment à cause des primes de précarité et des congés payés dus à mes CDD successifs. Je vais avoir 30 ans et je n'ai jamais pu prévoir quelque chose sur plus de 6 mois d'avance, je ne parle même pas de devenir propriétaire ou mère que mon statut précaire rend impossible.
Donc oui il y a des gens qui acceptent 320 CDD car le travail ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval. On a pas tous le luxe de choisir sa vie.
Réponse de le 09/11/2012 à 17:49 :
Si ! vous pouvez devenir propriétaire car certaines banques acceptent de faire des crédits aux intérimaires, à condition qu'ils fournissent plusieurs relevés de salaire et les impôts sur le revenu de plusieurs années...
Bon courage !
Réponse de le 10/11/2012 à 0:58 :
Oui aux intérimaires, mais je suis en CDD non en intérim. La différence est là.
Réponse de le 10/11/2012 à 10:51 :
Ma femme et moi sommes en CDD depuis 10 ans, et j'ai eu mon crédit pour ma maison (300000?) en 4 jours à la banque postale, sans apport ni argent de coté.
Pourquoi ? Parce que notre maison est très bien côté (elle n'est pas sur-évaluée comme beaucoup, du coup on peut la vendre facilement au prix que l'on a dépenser pour l'acheter) et que nos impôts sur le revenu sont constant et montrent que l'on a de quoi payer chaque mois. Ce n'est pas plus compliqué que cela. J'ai déposé mon dossier un lundi, le mercredi suivant j'ai reçu l'accord de principe et le samedi l'accord définitif (remboursement sur 25 ans à 4%).
a écrit le 09/11/2012 à 13:51 :
On pourrait aussi parler de Canal plus, qui travaillent avec 70% de CDD et de stagiaires....
Réponse de le 10/11/2012 à 11:17 :
Oui, ou de toutes boites de prod....
Les intermittents, c'est utile, voir indispensable aux productions. Les stagiaires aussi, et je connais personnellement pas mal de boites qui emploies des stagiaires correctement. C'est à dire qui prennent du temps pour leur apprendre le métier, leur faire découvrir d'autres choses et avec un salaire minimum (généralement 400? par mois). Ces stages sont obligatoire et pour la boite, et pour le stagiaire (puisqu'inclus dans leur cursus scolaires). Donc c'est vraiment dans l'intérêt du stagiaire (et globalement, à part quelques cas, ils sont plus que ravis de nos stages et plusieurs sont revenus bosser définitivement dans les boites en questions). Donc attention à ne pas faire trop d'amalgames avec les stagiaires et les CDD... même si je suis bien sur d'accord avec toi, certains abusent vraiment sur ces facilités pour trouver du personnel pas cher.
a écrit le 09/11/2012 à 8:31 :
France Télévision pour obtenir le remboursement des indemnités indument versées au technicien du fait des manoeuvres dolosives de l'employeur.

a écrit le 09/11/2012 à 0:07 :
et pendant ce temps, notre fric sert a payer les émissions de Ruquier et de Naguy,
Réponse de le 09/11/2012 à 16:04 :
dsl, mais leurs émissions sont largement remboursés par la publicité !
a écrit le 08/11/2012 à 23:59 :
Des entreprises du cac 40 agissent de la même manière ainsi certain jeunes se retrouve jusqu'à 10 ans avec des contrats en CDD sans avoir l'assurance d'un CDI... Il faut arrêter de se voiler la face cette réalité existe beaucoup la vivent au quotidien.
a écrit le 08/11/2012 à 23:09 :
320 CDI en dix ans ??? j'aimerais de voir les copies, pour pouvoir croire!!!!
Réponse de le 09/11/2012 à 8:45 :
je viens de faire un mois et demi dans une entreprise de sécurité à notoriété internationale et j'ai eu droit a 3 cdd
..on te dit le soir que tu reprends le lendemain.......cool
Réponse de le 09/11/2012 à 9:16 :
La Poste avait aussi été épinglée pour des cas d'employés avec une centaine de cdd successifs.
Réponse de le 10/11/2012 à 10:53 :
Mes contrats sont journaliers, et je bosse 15 jours par moi en moyenne. Depuis plus de 10 ans. Faites les comptes !!! 320 CDD en 10 ans, pour un intermittent, ce n'est pas énorme.
a écrit le 08/11/2012 à 21:37 :
C'est pas grave, il sera payé par la redevance TV. qui sera augmentée de quelques euros supplémentaires...
a écrit le 08/11/2012 à 20:48 :
Combien notre encombrant ami, le FISC, va-t-il lui laisser? Car remonter sur dix ans...
Réponse de le 09/11/2012 à 16:22 :
S'il touche ces indemnités en 2012 il sera taxé sur cette somme avec ses revenus 2012 avec le système du quotient et pourra inclure ses frais d'avocat dans les frais réels. Pôle Emploi a dû lui verser des indemnités après son dernier CDD et c'est sur ces indemnités qu'il pourrait y avoir problème.
a écrit le 08/11/2012 à 16:45 :
Ceci est le volet numéro 1 de cette situation. le volet numéro 2 est: cette personne encaissait-elle des allocations chomage ou prestations sociales type intermittent du spectacle pendant ses "pauses"..et si oui, quid d'aller aussi chercher maintenant ses sommes indûment payées?
Réponse de le 08/11/2012 à 17:47 :
marrant, comme commentaire. Une entreprise est condamné par la justice et vous pensez encore que le salarié est obligatoirement fautif de qq chose.
Si cette personne encaissait des alloc chômage c'est qu'il y avait droit tt simplement ...
Réponse de le 08/11/2012 à 19:30 :
320 CDD en 10 ans, ça fait 11 jours par CDD, sans interruption. Ce monsieur n'a donc matériellement pas eu le temps de s'inscrire au chômage
Réponse de le 08/11/2012 à 20:28 :
Sérieusement, vous en connaissez des gens qui acceptent 320 CDI sans y trouver leurs comptes? Ou alors, il faut le coller dans le livre des records..ceci dit, cela n'enlève en rien la responsabilité écrasante de l'entreprise, que je ne cherchais pas à éluder..
Réponse de le 09/11/2012 à 7:48 :
Oui, l'avantage du salarié était énorme puisque relevant du régime d'indemnisation des intermittents... Il était ainsi payé par les ASSEDIC entre deux contrats! Énorme mais vrai...
Réponse de le 09/11/2012 à 15:49 :
C'est l'aberation du fameux système des "permittents" qui est ici condamné. Des gens qui occupe un emploi à pleins temps mais qui est embauché comme un intermittent. Ce sont ce type d'entreprise qui plombent la caisse d'allocation des intermittents du spectacle. Il faut savoir aussi que parfois, certaines chaînesTV ou sociétés de production font ce type de CDD sur la moitié d'un mois en sachant que la caisse chômage des intermittents payera l'autre moitié. Bien-sûr le salarié travail à pleins temps dans la société... Il faut en finir avec ce système absurde qui mène tout droit le régime des intermittents (ô combien important) droit dans le mur!!
Réponse de le 09/11/2012 à 16:27 :
Attention, les CDD de remplacement ne sont pas forcement des contrats d'intermittents. A France Télé, de nombreux salariés cumulent 1 CDD de droit général toute les semaines depuis des années sous prétexte de remplacement de salariés titulaires. Ils ne sont donc pas indemnisés par les ASSEDIC entre deux contrats et ne bénéficient pas des congés spectacles (ni de congés payés classiques étant donné la durée des contrats)...
Réponse de le 10/11/2012 à 11:11 :
@bili hari : ce ne sont pas 320 CDI mais 320 CDD !!!
De plus, la plupart des employés sont "intermittents" et sont donc en PERMANENCE inscrit au pôle emploi, ce dernier payant chaque jour non travaillé dans le mois (en gros), sans que l'on ai besoin de se ré-inscrire. Renseignez-vous avant de vous allarmer sur "impossible de s'inscrire..." ou encore "320 cdI en 10 ans c'est le guiness..." car vous êtes hors propo.
@Air : effectivement, si ces CDD font parti du statut salarié et non intermittent, alors il n'a rien touché et France TV lui doit cet argent.

Ce serai sympa d'avoir cet info, car cela pourrait faire jurisprudence auprès de nombreux intermittents.
Par exemple, une grande société de production qui produit entre autre 7 à 8 sur TF1 à de gros soucis avec ses monteurs : elle a baissé leur salaire en place depuis 9 ans du jour au lendemain sans rien dire à personne. Les monteurs n'ont aucun moyen de réclamer le salaire qu'ils avaient depuis ces 9 années car s'ils se plaignent, ils ne sont plus repris dans la boite puisqu'ils sont en CDD. Si la loi se place du coté des intermittents, alors il y aurait un moyen réel de casser les abus des boites de prod (abus qui conviennent à beaucoup d'intermittents, il faut être honnête aussi, car ils tiennent à leur "liberté" de pouvoir se casser de la boite du jour au lendemain sans rien devoir à personne, ce que je comprends tout à fait puisque c'est mon cas, je ne VEUX PAS de CDI).
Tout ça pour dire que c'est agaçant de voir une boite qui fait du bénef, une émission qui fonctionne bien et pour remercier les monteurs (qui sont quand même pour beaucoup dans la qualité d'un programme) en baissant leur salaire après 9 ans (baisse de 26? par jour je crois). Et que comme ces derniers sont forcément en CDD, ben c'est marche ou crève.
Réponse de le 12/12/2012 à 16:06 :
c'est le système france3, ils vous propose un certain nombre de cachets, histoire de maintenir votre statut d'intermittent, et vous demande d'être à leur disposition. Ils vous appelle à 9h 1/2 pour un remplacement illico... Si vous refusez ils ne vous propose plus de taf...car l'arrangement n'est qu'oral... Le cdd est "la roue de secour" dixit un responsable de planning. Je peux vraiement en parler, je suis CDD technicien à France 3 exclusivement depuis 18 ans avec plus de 730 contrats CDD. Pour durer aussi longtemps dans ce système il faut souvent recourir à la menace d'attaque aux prud'hommes. Mais la vie d'intermitent dans ce cas c'est éffectivement plus de jours "de vacances" que la plupart des travailleurs mais on ne les choisi pas! La contrepartie c'est que les jours de travail arrivant au compte goute, il est pratiquement impossible de programmer une activité, des vacances, une organisation d'une vie de famille. En ce qui concerne les salaires c'est entre 30000 et 40000 euros par an avec les indemnitées assedic pour celui qui est corvéable à merci et qui travaille entre 100 et 140 jours par an maxi car la boite vous met en carence, elle ne peut pas vous proposer plus de jours, Le plus dur dans cette situation c'est qu'il n'y a aucune perspective d'évolution, qu'il n'y a aucune reconnaissance , qu'il y a comme ailleurs aussi pas mal de passe droit, vous avez beau avoir était dispo à volonté, ils vous jettent comme ça du jour au lendemain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :