L’Etat va-t-il privatiser Orange ?

 |   |  490  mots
Pendant la campagne, Emmanuel Macron a clairement indiqué que la participation de l'Etat dans Orange pourrait « évoluer ».
Pendant la campagne, Emmanuel Macron a clairement indiqué que la participation de l'Etat dans Orange pourrait « évoluer ». (Crédits : Darren Staples)
Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé que le gouvernement allait bientôt « céder des parties de capitaux » détenues dans différentes entreprises. Orange, dont l’Etat est le premier actionnaire avec 23% du capital, pourrait bien en faire partie.

L'Etat va-t-il se décider à privatiser Orange, ou du moins à baisser de manière significative sa part dans l'opérateur historique ? C'est bien possible. Samedi dernier, lors du forum italien The European House - Ambrosetti, à Cernobbio, Bruno Le Maire a indiqué que plusieurs privatisations allaient voir le jour. « Je vais annoncer dans quelques semaines que nous allons privatiser certaines entreprises pour avoir de l'argent afin de financer l'innovation », a déclaré le ministre de l'Economie. A ses yeux, « c'est une meilleure façon de dépenser de l'argent en finançant l'innovation plutôt que d'être emprisonné dans certaines compagnies qui ne sont pas stratégiques pour l'Etat français ». Au total, l'Etat espère récolter quelques 10 milliards d'euros, qui devraient être confiés à Bpifrance pour investir, notamment, dans l'industrie du futur.

Dans la foulée, Edouard Philippe a confirmé dimanche que l'Etat allait « céder des parties de capitaux » détenues dans certaines entreprises. Mais il a nuancé les propos du ministre de l'Economie, précisant que ces cessions ne seraient pas forcément des privatisations. Parmi les entreprises qui pourraient être concernées, on trouve Aéroport de Paris (ADP), dont l'Etat possède 50,6%, la Française des Jeux (FDJ), Renault (près de 20%), PSA (près de 13%), Alstom... Mais aussi Orange. Depuis longtemps, Emmanuel Macron songe à diminuer la part de l'Etat au capital de l'opérateur historique, laquelle s'élève à 23%. Au cours actuel, de plus de 14 euros, celle-ci représente un joli pactole de près de 9 milliards d'euros.

« L'Etat n'est jamais un actionnaire comme les autres »

Pendant la campagne, Emmanuel Macron a clairement indiqué que cette participation pourrait « évoluer ». Pourquoi ? Parce qu'« Orange n'est ni une entreprise du secteur nucléaire ou de la défense, ni une entreprise assurant un service public en monopole », a-t-il affirmé au site Electron Libre au mois d'avril. Cependant, Emmanuel Macron s'est toujours montré sensible au fait qu'Orange n'en est pas moins une entreprises stratégique. Il faut dire que l'ex-France Télécom demeure - et de loin - la locomotive du Plan France Très haut débit, qui vise à déployer la fibre dans tout l'Hexagone à horizon 2022. Voilà pourquoi une privatisation totale apparaît aujourd'hui, pour de nombreux spécialistes et bons connaisseurs du secteur, pour le moins prématurée.

Interrogé par La Tribune sur une diminution de la part de l'Etat dans Orange, Bercy ne fait aucun commentaire. Chez Orange, on affirme ne pas connaître, à ce jour les intentions du gouvernement. Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique, intègre déjà cette « possibilité ». Mais il se refuse, officiellement, tout regard critique vis-à-vis d'une éventuelle sortie de l'Etat, comme il l'a indiqué au JDD mi-juin. « Il ne m'appartient pas de commenter [cette possibilité], encore moins d'en décider, affirmait-il. L'Etat n'est jamais un actionnaire comme les autres, mais globalement, nous avons toujours pu dialoguer avec notre actionnaire principal. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2017 à 12:33 :
Une bonne chose que les Télécom soient en dehors de l'état.
a écrit le 05/09/2017 à 9:26 :
Le système de privatisation est un processus d'uberisation =mondialisation.(ce système est préconçu par UE= standard européen économique)
a écrit le 05/09/2017 à 9:05 :
C’est purement mathématique et l’équation reste toujours la même.

a) A partir du moment où l’on considère que la dépense publique est une constante (il suffit de voir les réactions à la moindre tentative de réforme ou de réduction du train de vie). Je ne parle pas des malheureux emplois aidés utiles à la collectivité, mais des gaspillages en tous ordres de nos chers élus qui confondent investissement et fonctionnement.
b) Si les intérêts de la dette absorbent une grande part des recettes fiscales et que le niveau des prélèvements est déjà à la première place Européenne.
c) Si les groupes dans le giron de l’Etat sont quasiment irréformables. Pour les plus déficitaires cela demande tellement d'efforts que même en essayant de s’en débarrasser, personne n’en veut.
La solution (dans l’urgence) serait donc de sacrifier les fleurons et les activités les plus rentables, quitte à ce qu’au final l’Etat se prive de revenus réguliers.
a écrit le 05/09/2017 à 8:39 :
C'est vrai que, quand on fait disparaitre le mot "France" dans les intitulés des entreprises, les français ne se sentent plus concerné par sa privatisation! Comme quoi, on y pense depuis longtemps!
a écrit le 05/09/2017 à 6:14 :
Il semblerait que la sncf et la ratp sont à vendre mais personne n'en veut.
a écrit le 05/09/2017 à 4:59 :
La France est a vendre.
Réponse de le 05/09/2017 à 5:59 :
L'état gardera un minimum de 5% et garantira aux futurs actionnaires que le développement de ces entreprises sera pris a 100% par le contribuable français.
a écrit le 05/09/2017 à 0:04 :
Comme d'hab., la fréquence de rafraichissement rend la lecture du site trop pénible. Et pour l'écriture d'un commentaire, là, c'est l'enfer. Essayez de réfléchir, de temps en temps...
a écrit le 04/09/2017 à 23:52 :
Pourquoi le gouvernement ferait-il autre chose que ce pour quoi il est missionné (pas par nous évidemment)?
a écrit le 04/09/2017 à 23:15 :
D'accord pour vendre au privé mais je préférerais que le Gouvernement rembourse SES dettes car je me méfie de ses pseudos investissements
a écrit le 04/09/2017 à 18:49 :
Idiot de vend e ds titres qui distribuent des dividendes et dont le rendement est bien supérieur aux oat
Réponse de le 04/09/2017 à 19:44 :
Exemple A.D.P et ses bénéfices records avec les loyers de commerce, cadeau à Vinci, comme les juteuses autoroutes chirac-Villepin 2006
a écrit le 04/09/2017 à 18:24 :
Dans cette histoire, espérons que l'Etat agisse sans dogmatisme. Si une participation dans une entreprise est rentable (exemple: la française des jeux), pourquoi la céder? Ayons plutôt une logique de fonds souverain...
Réponse de le 04/09/2017 à 19:50 :
De 1986 à Janv 2017, 1392 MILLIARDS D EUROS CONSTANTS de Recettes de PRIV JETEES EN DEPENSES CIGALE
Réponse de le 05/09/2017 à 11:20 :
Si de 1986 à 2017, ces fonds gigantesques avaient alimenté UN FOND SOUVERAIN comme en Norvège, imaginons !!!! LES GOUV ONT TOUT DILAPIDE EN DEPENSES.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :