Réfugiés : le premier "TechFugees" parisien se tiendra en mars

 |   |  914  mots
Le hackathon TechFugees se tiendra les 12 et 13 mars prochains au Wagon, une école informatique située dans le 11e arrondissement de Paris.
Le hackathon "TechFugees" se tiendra les 12 et 13 mars prochains au Wagon, une école informatique située dans le 11e arrondissement de Paris. (Crédits : Reuters)
Geeks, entrepreneurs et acteurs de l’aide sociale vont se réunir le temps d’un week-end pour créer ensemble de nouveaux services innovants pour faciliter l’accueil et l’intégration des réfugiés en France. Ce hackathon, baptisé "TechFugess", se tiendra les 12 et 13 mars à Paris.

Et si de nouvelles solutions aux crises actuelles pouvaient voir le jour grâce aux nouvelles technologies? Deux mois après le succès du "hackathon sécurité", organisé par la Mairie de Paris avec la préfecture de Police, la communauté geek est à nouveau appelée à la rescousse.

Ce sera lors d'un hackathon baptisé "TechFugees", qui se tiendra les 12 et 13 mars prochains au Wagon, une école informatique située dans le 11e arrondissement de Paris. L'objectif? Développer de nouveaux services numériques pour faciliter l'accueil et l'intégration des réfugiés, dans le contexte de crise des migrants que connaît actuellement l'Europe.

     > Lire: Hackathon sécurité : quand les geeks dépoussièrent la lutte antiterroriste

A l'origine du projet, trois jeunes adultes engagés dans l'aide aux réfugiés et motivés par l'innovation sociale, comme l'explique Anne-Sophie Dutat, la co-organisatrice.

"Il y a beaucoup à faire pour répondre aux nombreux défis de l'asile, que ce soit au moment de l'arrivée du réfugié dans son pays d'accueil ou pour l'aider à s'y intégrer. La barrière de la langue et de la culture, le manque d'informations sur les démarches administratives et l'isolement social sont des barrières importantes, que les nouvelles technologies peuvent abaisser."

D'où l'idée d'organiser un hackathon, c'est-à-dire un brainstorming intensif d'un week-end consacré à l'innovation. "Le but est de réunir des communautés qui ne se croisent pas d'habitude", poursuit Anne-Sophie Dutat. Des geeks bien sûr, qui maîtrisent le code, le design et les autres aspects techniques. Mais aussi des entrepreneurs qui souhaitent développer un projet en lien avec les réfugiés, ou encore les associations d'aides, qui sont confrontées à la réalité du terrain.

Cartes intelligentes, guides multilingues, réseaux sociaux de mise en relation...

Symbole de la rareté de ce mixage, les trois co-organisateurs travaillaient "chacun dans leur coin" avant de se rapprocher pour le hackathon. En plus de l'entrepreneure freelance Anne-Sophie Dutat, le projet est porté par Guillaume Capelle, directeur de l'ONG Singa, et Kavita Brahmbhatt, la co-fondatrice d'Action Emploi Réfugiés, une plateforme lancée en septembre 2015 pour aider les réfugiés à trouver du travail.

Très connue dans l'écosystème associatif autour de l'asile, l'ONG Singa réfléchit sur "l'articulation entre numérique et réfugiés" depuis trois ans, d'après Guillaume Capelle:

"Contrairement aux apparences, une étude menée en 2013 par Singa a révélé que les réfugiés sont très connectés. Souvent, la première chose qu'ils acquièrent est un téléphone pour garder du lien avec leurs proches et trouver de l'information sur leur nouveau lieu de vie."

Selon l'entrepreneur social, créer des outils numériques comme des guides pour faciliter les démarches administratives, des cartes intelligentes, des applications de traduction de l'information pertinente ou de mise en relation avec des locaux, sont cruciaux pour leur intégration future. "Les réfugiés ont énormément de compétences à apporter à leur pays d'accueil, mais ils doivent être aidés dans leurs premiers pas et s'intégrer dans le tissu économique", explique Anne-Sophie Dutat.

Mouvement de solidarité international

L'événement se veut dans la continuité de Réfugiés Connectés, le premier hackathon pour les migrants, qui s'est tenu en janvier 2015. Organisé par Singa et l'association Make Sense, il avait accouché de trois nouveaux services novateurs.

Deux d'entre eux ont réussi à voir le jour grâce au soutien de Singa dans leur développement. Il s'agit des sites Calm et Waya. Lancé le 20 juin dernier, Calm, pour "Comme à la maison", est une plateforme de mise en relation entre des particuliers et des réfugiés. Le site a permis à 218 réfugiés de trouver un hébergement. Le deuxième, Waya, permet aux réfugiés de trouver de l'information (aide au logement, démarches pour trouver un emploi...) dans la langue de son choix. Après avoir renseigné l'objet de la recherche, une carte est générée par le site et contient toutes les informations pertinentes.

Mais plutôt que de garder le nom du premier hackathon, les organisateurs ont préféré s'inscrire dans la démarche "TechFugees". Une façon de prendre part à un mouvement international, créé à l'automne 2015. Ému par la situation des migrants en Europe, le journaliste américain Mike Butcher, du site TechCrunch, avait mobilisé l'écosystème high-tech londonien le temps d'une journée, début octobre. Quelque 700 geeks et acteurs associatifs avaient fait le déplacement, avec quelques projets novateurs à la clé qui peuvent être dupliqués et adaptés dans tous les pays.

Si bien que d'autres villes, comme Sydney ou New York, ont organisé dans la foulée leur propre "TechFugees". D'une initiative isolée, TechFugees est ainsi devenu en quelques moins une association avec plus de 5.000 soutiens partout dans le monde.

80 participants attendus

Les organisateurs du TechFugees Paris espèrent près de 80 participants, dont une cinquantaine de développeurs, graphistes, ingénieurs et designers. Deux innovations seront sélectionnées à l'issue du week-end et développées par la suite.

"L'idéal serait que les projets soient incubés rapidement, comme n'importe quelle autre startup, puis intégrés sur le terrain par les acteurs de l'aide aux réfugiés", espère Anne-Sophie Dutat.

Pour l'heure, l'événement cherche toujours des partenaires pour assurer ce suivi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :