Optimum Tracker ou l'effet tournesol

 |   |  441  mots
Optimum Tracker - Yacin et Madyan De Welle, 32 ans
Des panneaux photovoltaïques qui « suivent » le soleil, c'est l'innovation signée par Madyan et Yacin de Welle, installés à Meyreuil, dans les Bouches-du-Rhône. Leur vision, c'est l'international.

Comme on l'attend souvent chez les jumeaux, Madyan et Yacin de Welle font tout ensemble. Passés par l'École nationale des arts et métiers d'Aix-en-Provence, ils se lancent dans les énergies renouvelables avec le désir de lancer leur propre entreprise.

Une complémentarité bénéfique

Leur but - on est en 2009 - est d'apporter une solution disruptive dans un domaine émergent. Ce sera ce tracker breveté, qui, en permettant aux centrales photovoltaïques de suivre l'orientation du soleil, optimise leur rendement - de 30 %, c'est la promesse affichée - et qui rend le coût du kilowatt photovoltaïque compétitif par rapport aux ressources fossiles et nucléaires. Optimum Tracker devient concepteur, développeur et installateur pour un marché BtoB, avec pour clients les producteurs d'électricité.

L'entreprise fait de l'international un vecteur essentiel de son développement. L'installation de bureaux à Mexico, New York, Santiago du Chili, Johannesburg ou Istanbul a été pensée afin de conquérir les clients de ces pays, d'ouvrir des filiales dès les premiers chantiers engrangés et de recruter localement. Il y a deux mois, c'est avec l'Inde qu'Optimum Tracker a signé un accord pour un projet exclusif. Ainsi, 50% du chiffre d'affaires est réalisé à l'international et booste celui-ci. L'exercice 2016-2017, finalisé en juin, devrait le porter à 20 millions d'euros, contre 7,50 millions d'euro pour l'exercice précédent. Si une première levée de fonds de 1,50 millions d'euro a été réalisée l'an dernier, c'est bien celle en cours - conclue d'ici à la fin de 2017 - qui va amplifier la présence à l'export. Détenteurs à 92 % du capital de leur entreprise, Madyan et Yacin de Welle appliquent une méthode qui leur a permis de durer : « Nous observons ce qui se passe dans notre secteur et autour de nous. Nous essayons d'avancer de manière raisonnée et sans nous précipiter. Cela nous donne la capacité d'apprendre rapidement et de réorienter l'entreprise si besoin », analyse Madyan de Welle. L'objectif : devenir une ETI internationale d'ici à 2019.

« Nous avons le marché et le savoir-faire pour cela. »

Et la relation entre le président et le directeur général n'y est pas étrangère. Travailler avec son jumeau est « un luxe », dit Madyan.

« Nous n'avons pas besoin de nous parler pour échanger nos points de vue. Souvent les intérêts divergents créent des tensions entre associés. Nous avons une réelle complémentarité, Yacin gère la partie financière, tandis que je m'occupe de l'innovation et du volet technique. Nous avons établi les règles d'Optimum Tracker dès le début. »

Ou comment rayonner intelligemment

______

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :