Une voiture autonome de Google jugée responsable d'un accident... en partie

 |   |  304  mots
Comme le souligne le Financial Times, cet accident tombe à un très mauvais moment. Google lutte contre l'Etat de Californie qui exige qu'un conducteur humain soit dans le véhicule pour réagir en cas d'urgence.
Comme le souligne le Financial Times, cet accident tombe à un très mauvais moment. Google lutte contre l'Etat de Californie qui exige qu'un conducteur humain soit dans le véhicule pour réagir en cas d'urgence. (Crédits : DR)
C'est la première fois que Google admet qu'une de ses voitures autonomes a une part de responsabilité dans un accident. Le géant américain assure avoir tiré les leçons de cette collision avec un autocar pour que cela ne se reproduise plus à l'avenir.

Un coup de frein pour le développement des voitures autonomes ? Une voiture sans conducteur de Google a une part de responsabilité dans un récent accrochage sur une route de Californie, a reconnu lundi le géant d'internet. C'est la première fois que la firme de Mountain View admet qu'une de ses voitures sans conducteur est en partie responsable d'un accident. La Lexus convertie en véhicule sans conducteur est entrée en collision à petite vitesse avec un autocar le 14 février.

"C'est un exemple classique d'arbitrage qui fait partie intégrante de la conduite: nous essayons tous d'anticiper les mouvements des uns et des autres", a expliqué Google, lundi, dans un rapport portant sur les performances en février de ses voitures sans conducteur.

"Dans ce cas-là, nous avons clairement une responsabilité parce que si notre voiture n'avait pas bougé, il n'y aurait pas eu de collision", a précisé le groupe.

Google assure en avoir tiré les leçons

Google a toutefois assuré que désormais les leçons de cet accident et ce qu'il faut en retirer pour en éviter de nouveaux ont été programmés dans ses logiciels en procédant à la simulation de milliers de situations similaires.

Comme le souligne le Financial Times, cet accident tombe à un très mauvais moment. Google lutte contre l'État de Californie qui exige qu'un conducteur humain soit dans le véhicule pour réagir en cas d'urgence. Jerry Kaplan, entrepreneur dans les technologies et auteur d'un livre récent sur la robotique, analyse pour le journal économique :

"Il y a beaucoup de signaux que les gens respectent, mais qui sont dur à programmer dans une voiture autonome. L'accident était mineur, mais cela prendra du temps avant que ce type de voiture puisse conduire dans des rues très fréquentées."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2016 à 15:44 :
L'arbitrage... voila comment Google s'est planté, mais il faut vraiment être co.. comme ses pieds : je juge que le bus va potentiellement s’arrêter donc je continue ma course... Mais comment ont-ils pu être aussi débiles ? car c'est avec ce même type de raisonnement qu'il y a aussi des accidents...
a écrit le 01/03/2016 à 14:00 :
A quoi ca sert???
L'adoption des voitures sans conducteur rendrait la circulation plus fluide dans les villes. Elles n'auraient plus besoin de se garer proche de l'endroit de destination.
Une fois developpe, il n y aurait simplement plus de taxi / VTC et l'interet meme de posseder sa propre voiture serait de plus en plus reduit.
Les 2 vrai problemes a regler sont ceux de la responsabilite en cas d accident (assurance et legislation) et de la transition (cohabitation des voitures autonomes et des conducteurs traditionnel, transition des activites taxis / VTC qui n auront plus lieu d etre, transformation de l industrie auto: vous croyez vraiment que nous serons encore interesse par un V6 200CV quand on ne conduira plus)
Quand on pense au nombre d'accidents dus a la negligence humaines, je me dis qu il est difficilement comprehensible d etre aussi dur avec la voiture autonome (0 accident)... surtout quand on pense au elle partage la route avec ... des humains. Maintenant je comprends que quand un accident arrive, il est humain de chercher un responsable a sanctionner. Sanctionner un algorithme n'assouvie pas le besoin de reparation, mais ce serait a mon avis le plus constructifs (la sanction serait d indemniser et de corriger l erreur/le logiciel lorsqu elle est averee).
Bref, au vue des avantages, ca va venir c est certain. La question est quand?
Moi je suis impatient de voir ces changements operes :-)
Réponse de le 01/03/2016 à 19:37 :
Le principal voir le seul frein qui restera toujours c'est "qui sera taxé pour payer les amendes"!
a écrit le 01/03/2016 à 12:48 :
À concurrencer uber et compagnie lol
a écrit le 01/03/2016 à 10:41 :
Je redoute moins de croiser un véhicule google qu'une voiture de mère de famille à moitié sourde et aveugle entrain de moucher son bébé sur la banquette arrière...le tout en roulant....
Réponse de le 01/03/2016 à 10:58 :
Et vous en croisez souvent ?

Pour ma part j'ai plus souvent croisé des voitures google...
a écrit le 01/03/2016 à 10:09 :
On fait avec les "géants du net" un peu comme on fait avec des enfants capricieux car trop gâtés non ?

On leur laisse tout faire mais en quel nom svp ?

Il suffirait de 100 milliards de dollars pour éradiquer la faim dans le monde et ces gens là gaspillent leur pognon pour faire promener des bagnoles qui ne servent à personne, est-ce que ce monde est sérieux franchement ?
Réponse de le 01/03/2016 à 19:41 :
Moi "j'adore" l'avenir qu'on nous prépare, des voitures autonomes, des usines ... autonomes, des travailleurs... mécaniques.... Et plus aucun acheteur vu que plus personne n'aura de pognon... Vive le futur !
a écrit le 01/03/2016 à 9:39 :
Je ne suis pas convaincu de l'utilité d'un véhicule qui roule seul puisqu'une voiture c'est fait pour transporter des personnes.

A Lille, il a fallu des années avant que l'idée du métro automatique (sans conducteur) soit acceptée, et pourtant c'est sur une voie dédiée, sans croisement de bébés en landaus ou de 35 tonnes. Il y a eu quelques tamponnages et arrêts approximatifs en cours de mise au point mais ça n'a rien à voir avec la complexité des situations d'un véhicule dans la jungle urbaine.

A mon avis, la voiture sans chauffeur restera comme un outil de démonstration technologique mais ne sera jamais un transport de masse.
Réponse de le 01/03/2016 à 12:07 :
A quoi ca sert?
A emmenner vos enfants au sport lorsque vous n'avez pas le temps.
A permettre à mamie de faire ses courses toute seule.
A permettre aux personnes handicapée de se déplacer toutes seules sans dépendre du bon vouloir d'un éventuel chauffeur.
A me permettre décrire des commentaire sur la tribune au lieu de me concentrer sur ma conduite.
Réponse de le 01/03/2016 à 13:37 :
À quoi ça sert?
La voiture autonome va être une révolution sociale. Imaginons :
Les personnes âgées et handicapées deviennent autonomes, on peut éviter de conduire quand on fait 10h de route, on implante enfin du transport collectif dans les campagnes (taxi-bus). Imaginons aussi des flottes de camions autonomes qui roulent en convois sur les autoroutes la nuit. Ça va aussi être une révolution destructrice d'emploi.
Mais nous en sommes encore loin. Je vous réfère, si LaTribune l'accepte, vers un excellent article de Rue89 intitulé "Permis de (ne pas) conduire : j’ai testé la Google Car"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :