RobindesBank : "Eviter que les gens se fassent avoir par leur banque"

 |   |  531  mots
Vincent Mandon, à quelques mètres de ses bureaux situés au sein du Palais Brongniart (Bourse)
Vincent Mandon, à quelques mètres de ses bureaux situés au sein du Palais Brongniart (Bourse) (Crédits : RobindesBank)
Lancé en novembre 2015, le site RobindesBank a pour mission d’accompagner les clients de banque s’estimant lésés dans leurs démarches pour obtenir réparation. Son fondateur Vincent Mandon nous raconte la genèse et l’avenir de ce projet.

La Tribune - Comment vous est venue l'idée de RobindesBank ?

Vincent Mandon, fondateur de RobindesBank - Avant de lancer RobindesBank, j'ai été commissaire au compte, puis j'ai travaillé en tant qu'inspecteur auditeur pour une grande banque de détail française pendant plusieurs années. C'est à ce moment-là que je me suis dit qu'il y avait un service à amener aux particuliers au niveau bancaire. Pendant six mois, j'ai commencé par aider bénévolement des personnes qui avaient du mal à faire leurs démarches bancaires, pour voir s'il y avait un réel besoin d'accompagnement en la matière. Je me suis vite rendu compte que les gens avaient du mal à communiquer avec leur banque et, connaissant bien comment les banques fonctionnent en interne, c'était donc pertinent de lancer un outil d'aide aux particuliers et aux entreprises dans leurs relations avec leur banque. C'est comme ça que RobindesBank est né.

Quelles solutions concrètes proposez-vous aux particuliers ?

L'idée c'est vraiment de faire du sur-mesure, de s'adapter au problème rencontré par le client et de lui apporter les bons conseils et les bons outils pour régler la situation. Nos solutions s'étendent du formulaire gratuit téléchargeable depuis notre site à un l'accompagnement jusqu'à la résolution du conflit avec la banque. Dans ce dernier cas, on prélève un success fee, c'est-à-dire qu'on touche un pourcentage sur ce que le client a réussi à récupérer. On propose aussi aux utilisateurs de RobindesBank de recevoir les conseils d'un avocat ou d'un expert-comptable gratuitement pour régler leur problème.

Quels problèmes rencontrent les gens qui vous sollicitent ?

Nous sommes capables de traiter la plupart des sujets liés au milieu de la banque. Cela peut être une réclamation sur des frais trop élevés ou perçus sans raison valable, sur une clause abusive comme celle de la domiciliation de revenus pour un prêt immobilier voire même sur des sujets qui ne sont pas bancaires à proprement parler. On peut par exemple intervenir dans une situation d'assurance vie en déshérence ou pour la valorisation d'une succession.

En revanche, nous n'intervenons pas sur les renégociations de crédit immobilier, de nombreux courtiers s'en chargeant déjà, ou sur les situations de surendettement, pour lesquelles des associations comme Crésus sont plus compétentes. L'idée, avec RobindesBank, c'est d'agir en amont, d'éviter que le client en arrive là. Nous voulons que la personne se prenne en charge, pour qu'elle ne se fasse plus avoir par sa banque. Le but de RobindesBank est de changer enfin le rapport de force en rendant simple ce qui est compliqué.

Quels sont vos projets pour l'avenir de RobindesBank ?

Nous allons bientôt nous lancer dans un processus de levée de fonds afin de se donner les moyens d'augmenter notre impact marketing. Nous avons déjà refusé une offre de rachat d'un cabinet d'avocat car le concept de RobindesBank n'est pertinent que si le site est indépendant. La levée se fera donc probablement par une campagne de crowdfunding. Notre objectif est de devenir un justicier bancaire aussi interactif qu'incontournable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :