La Tribune

Dépassement du plafond du Livret A : controverse sur des courriers de la Banque Postale

Alexandre Phalippou  |   -  739  mots
La Banque Postale mentionne dans une lettre adressée à une dizaine de milliers de ses clients un plafond d'intérêts qu'il est interdit de dépasser.

Fin septembre, entre 10.000 et 20.000 détenteurs de livrets A à la Banque Postale (LBP) ont eu une mauvaise surprise en ouvrant le courrier. Une lettre, reproduite ci-dessous, demandait aux clients de "régulariser" leur livret "en situation irrégulière", rappelant "le risque fiscal que représente cette situation".

De quelle situation s'agit-il? De livrets A sur lesquels les sommes sont largement supérieures au plafond maximum légal de 15.300 euros. Sauf que, pour les clients concernés, ce dépassement n'est dû qu'à la capitalisation des intérêts (c'est-à-dire les intérêts produits par les intérêts). Or, ceux-ci sont également défiscalisés comme le rappelle l'article R221-2 du code monétaire et financier: "Le plafond prévu à l'article L.221-4 est fixé à 15.300 euros pour les personnes physiques. La capitalisation des intérêts peut porter le solde du livret A au-delà de ce plafond." Au bout de plusieurs dizaines d'années de détention, les dépassements ne sont donc pas rares...

Le courrier de la Banque Postale mentionne pourtant un autre plafond, situé entre 19.000 et 26.000 euros selon les lettres: "compte tenu de sa date d'ouverture, le solde de votre livret A ne peut dépasser 22.108,64 euros avec la capitalisation des intérêts". En réalité, il ne s'agit pas d'un vrai "plafond" mais d'un calcul réalisé sur la base d'un Livret A ouvert avec 15.300 euros dès le départ. En appliquant le taux du livret réglementé mois par mois, la Banque Postale est parvenue à une somme que le détenteur ne peut avoir dépassé sans avoir effectué de nouveaux versements.

Contactée par La Tribune, la Banque Postale a confirmé avoir fait plusieurs démarches vers ses clients détenteurs de livrets A dépassant le plafond réglementaire, intérêts capitalisés compris, afin qu'ils régularisent une situation dont l'irrégularité peut leur valoir des sanctions fiscales. "Il ne s'agit pas d'une première relance, précise-t-on à la Banque Postale. Nous avons cherché à contacter nos clients par téléphone et le cas échéant, par courrier depuis plusieurs mois. Par ces différentes prises de contact avec le client, LBP n'a fait que son devoir de bon conseil et d'accompagnement du client ; le gouvernement ayant rappelé que chaque détenteur d'un Livret A devait être en accord avec la réglementation en vigueur".

Un point reste toutefois à éclaircir : tous les plafonds calculés par la Banque Postale devraient être différents selon la date d'ouverture du livret A. Or, plusieurs courriers dont nous avons eu connaissance mentionnent le chiffre de 26.364,96 euros. Alors même que les dates de souscription espacées de plusieurs années... La Banque Postale a précisé que la somme mentionnée correspond, intérêts capitalisés inclus, aux Livrets A ouverts antérieurement au 1er novembre 1991, pour lesquels à l'époque les dépôts autorisés sur le Livret étaient inférieurs à 15 300 euros (Exemple : En 1990, il était possible de verser au maximum 90 000 Francs ; 80 000 Francs entre 1987 et 1990...).

Mais ce qui a surtout choqué les clients, c'est le ton de la lettre. Certains d'entre eux se sont sentis traités de "fraudeurs". L'un d'eux estime que "si fraude il y a, elle est amplement partagée. C'est à la Poste de vérifier que mes versements ne dépassent pas le maximum légal".

Autre élément mal perçu par les détenteurs de livrets A concernés: l'approche commerciale, située dans un paragraphe en fin du courrier, qui invite les clients à se rapprocher de leur banquier. "Lors de cet entretien, votre conseiller vous proposera de choisir parmi une large gamme de produits d'épargne rémunérés, adaptés à vos attentes et à votre situation" détaille en effet le courrier.

Interrogée sur le sujet, La Banque Postale a souhaité préciser que « son rôle est d'accompagner et de conseiller son client sur le placement des sommes dont il dispose ; le client restant évidemment totalement libre de les réinvestir où et comme il le souhaite. »

Pour l'heure, les détenteurs de livrets A à la Caisse d'Epargne ne semblent pas avoir reçu le même type de courrier.

Cliquez sur les liens ci-dessous pour accéder à la reproduction d'une de ces lettres:

- Page 1

- Page 2

Retrouvez plus d'explications dans la page Vos Finances de La Tribune, dans son édition du vendredi 9 octobre.

Réagir

Commentaires

J094  a écrit le 28/01/2010 à 13:05 :

Je pense qu'il faut attendre des textes officiels, le soit disant directeur de l'épargne qui n"existe pas tient un langage d'intéret bancaire comme tous les organismes de ce genre, et c'est bien là la différence avec ce que nous appelions Caisse Nationale d'Epargne et Centres de chèques Postaux qui désormais s'appellent Banque Postale, la banque postale n'est plus La Poste et encore moins les PTT, voyez l'évolution de France Télécom qui se comporte comme n'importe quel opérateur et qui ne prend plus même le soin d'entretenir le réseau.
Les effets de la Privatisation les voici. Curieux comme les gens ont la mémoire courte.

mamie  a écrit le 02/11/2009 à 17:11 :

Octogénaire, titulaire d'un livret depuis 1985, cette lettre m'avisant d'avoir à retirer un excédent d'intérêt me révolte. Toutes les opérations (versements, retraits, capitalisations) ont été faites par la poste tout à fait légalement. Si le titulaire du livret constate une erreur, il dispose de deux mois pour réclamer (la réciproque est-elle la même?)
Pour résumer, le montant théorique du solde calculé par la Banque postale serait inférieur au montant réel calculé par la Poste, en somme la BP conteste les calculs de la Poste (si erreur il y a) mais la BP accuse le titulaire
Sur les conseils d'une association de consommateurs,je demande par lettre recommandée au Directeur de la banque postale (mon bureau de poste) qu'on me précise la date et le montant des versements litigieux.
J'ai aussi appris qu'il existe un médiateur indépendant de la BP adresse à demander au même Directeur de la poste
A vos plumes!et bon courage

Jean-Pierre  a écrit le 20/10/2009 à 14:13 :

La lecture des deux articles du CODE MONETAIRE et FINANCIER mentionnés au verso du courrier de la Banque Postale est la PRINCIPALE source Marketting d'inspiration pour le directeur de l'Epargne "INCONNU" (car non mentionné sous la signature) pour relancer les visites clients mais il c'est fourvoyé dans son approche.
***Première erreur
1) Art. L221-4 concerne les mineurs et n'a rien à voir avec les plafonds..? Nota : avant d'imprimé un courrier important ou pas, il est d'usage de faire un BAT bon à tirer pour éviter les erreurs (ce n'est pas sérieux pour un directeur d'Epargne qui apose sa signature et qui engage sa socièté.
***Deuxième anomalie
Mauvaise lecture des articles avec une analyse défaillante et une interprêtation des textes sans fondement pour la plupart des clients concernés par les articles ci-dessous.
2) Art. R221-2 : La capitalisation des intérêts peut porter le solde
du livret A ou du compte spécial sur ivret du Crédit mutuel au-delà du plafond mentionné à l'article R221-1
3) Art. R221-1 : Le plafond des sommes qui peuvent être déposées sur un livret A de la Caisse nationale d'épargne ou du livret A des caisses d'Epargne et de prévoyance ou sur un compte spécial sur livret du Crédit mutuel est fixé par décret.
4) Art. R221-5 L'interêt servi aux déposants part du 1er ou du 16 de chaque mois après le jour du versement.Il cesse de courrir à la fin de la quinzaine qui précède le jour du remboursement.
Au 31 décembre de chaque année, l'interêt acquis s'ajoute au capital et devient lui-même productif dintérêts.
*****Troisième anomalies dans les calculs de plafond
Conclusion ; En ne tenant pas compte de la BOURDE qu'est la présence sur le courrier de l'Art.L221-4. Les Intérêts servis au titre de l'année 1991 ne peuvent pas être considérés au 1er Novembre 1991, comme un dépôt puisqu'ils seront productifs que le premier janvier 1992. Donc les personnes qui ont dans la première quinzaine de novembre 1991 complétés à 100000 francs leur livret (soit equivalent 15245 euros de l'époque ou 15300 euros à ce jour) le montant maximum du plafond ne devrait pas être de 26364,96 euros au 05/09/2009...(date sans fondement car les intérêts ne sont servis qu'au 31.12 de chaque fin d'année (voir art.R221-5) mais au 1er Janvier 2009 (date de la dernière référence soit 27450,00 euros ou 27500,00 euros suivant les interêts versés au 31.12.1991.
*****REACTION ATTENDU DE LA DIRECTION DE LA BANQUE POSTALE à très court terme.
UNE LETTRE D'EXCUSE avec les bons calculs de plafond et avec les bonnes données concernant chaque client (c'est possible informatiquement, il suffit de s'adresser aux bonnes personnes compétantes de la Banque Postale).

HD  a écrit le 13/10/2009 à 3:43 :

Quelqu'un a-t-il le nom et le N° de téléphone du mystérieux "Directeur de l'Epargne" qui signe les lettres? Je n'arrive pas à le joindre. Existe-t-il?
J'aimerais lui demander comment il a fait son calcul qui me semble faux (sciemment? oui, je le soupçonne)

alain  a écrit le 12/10/2009 à 6:30 :

le plafond, à l'époque de 100 000F, de mon livret A, a été atteint le 21/9/98. Depuis aucun versement supplémentaire n'a été effectué (relevés de compte à l'appui); les seules augmentations du solde étant dues à la capitalisation des intérets. Quel est le logiciel qui a fait l'erreur, celui utilisé pour calculer les intérets de mon livret ou celui qui a calculé le solde théorique à ne pas dépasser et que mon livret dépasse pourtant allègrement. Cette erreur était-elle volontaire? vaste problème !!! Et il est inutile de chercher à me démontrer que j'ai tort de conserver de l'argent sur ce livret, j'ai des raisons qui ne regardent que moi; et cela ne camouflera pas le problème de fond : à qui faire confiance?

Henry  a écrit le 11/10/2009 à 17:29 :

Sauf erreur de ma part il n'y a qu'un seul seuil à ne pas dépasser sur le livret A, c'est celui des versements, il n'y a pas de seuil sur le montant du livret A qui peut au fil des ans atteindre des valeurs très importantes (ex 27 000 Euros) du seul fait de la capitalisation des intérêts.
Ce courrier de la part de La Poste me semble scandaleux, il est rédigé de façon à inquiéter (avec référence aux textes de loi, pénalités?) les personnes âgées et personnes non informées qui lui font confiance et les inciter à prendre contact avec leur conseiller financier qui essaiera de leur « refourguer » des produits financiers plus intéressant pour La Poste.
C?est ce qui est arrivé à mes beaux-parents très scrupuleux et n?ont jamais dépassé les seuils de versement (facile à prouver avec le livret) qui avaient plus de 27 000 Euros sur un livret A du simple fait de la capitalisation des intérêts depuis 40 ans. Le jour même où ils ont reçu le courrier, pensant être dans l?illégalité, et de ce fait très inquiets, ils se sont rendus à leur agence qui leur a fait état de nouvelles réglementations? et ils ont retiré plusieurs milliers d?euros de leur Livret A pour les mettre sur un livret B ! (ils n?ont pas confiance aux autres produits et ont peut-être bien raison !)
Le courrier, rédigé de façon plutôt vicieuse laisse supposer que la personne a pu commettre un acte illégal en dépassant le seuil de versement. Est-ce d?ailleurs possible ? N?y-a-t-il pas des verrouillages informatiques ? Comment est fait le calcul de La Poste ? Dans le cas de mes beaux-parents il est visiblement faux.
Je n?ai pas de compétences juridiques, mais ce type d?action ne peut-il pas être assimilé à un abus de confiance et à de la vente forcée ? Une action en justice peut-elle être envisagée ?

le colonel chabert  a écrit le 11/10/2009 à 14:58 :

jamais la BANQUE POSTALE sera une banque SON JOB C'EST LE COURRIER LES TIMBRES LES COLIS ECT......LES TRES NOMBREUX SERVICES QUE LA BANQUE PRATIQUE NE SONT PAS ADAPTES A LA POSTE????POURQUOI PAS LA FAIRE CHEZ EDF GDF ,LA SECU ,LA TELE ,LA SNCF ,LA RATP?????? A MARSEILLE CE POURRAIT-ETRE LA RTM MPM SNCM ??????????CHEZ NOUS TOUS FINI PAR "M" ??????AVANT DE L'AVOIR MISE??????

zezette  a écrit le 09/10/2009 à 18:37 :

Et chez clearstream c est combien le montant a ne pas depasser pour les interets! vous pouvez me dire! ca m interresse car la poste c est du pipi de fourmis!

pascoupable  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

j'ai reçu ce courrier de la Banque Postale. Tous les virements que j'ai effectués sur mon livret A l'ont été par internet depuis le CCP. Ce qui signifie donc avec l'accord de cette dernière. Alors pourquoi m'accuser maintenant d'avoir sciemment dépassé le plafond? Contrairement à ce qui est indiqué dans votre article, je n'ai reçu préalablement à ce courrier d'appel téléphonique ou une quelconque lettre de la BP.

dmasson  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je n'ai jamais été contacté par la Poste à ce sujet.
Après une vérification soigneuse des mouvements sur mon livret:
1- je n'ai fait aucun versement depuis 1994
2- il n'y a jamais eu de virements automatiques sur mon livret, seulement des intérets capitalisés
Impossible d'obtenir des différents services de la poste une info. sur une quelconque réglementation portant sur un seuil maxi.
Mieux, les services fiscaux que j'ai contacté m'ont répondu :
NE DÉCLAREZ PAS LES PRODUITS EXONÉRÉS :
Notamment :
- les intérêtsdes sommes inscrites sur :
un livret A de caisse d'épargne, un livret d'épargne populaire (article 157-7° du Code Général des Impôts),

J'ajoute qu'on ne devrait donner aucune suite à une telle lettre non datée, non signée nominativement
( DIrecteur de l'Epargne inconnu dans l'organigramme de la Postev ) et d'un ton si désobligeant et comminatoire !

Pour ma part j'attendrai la publication ou la découverte d'un texte réglementaire justifiant l'attitude pour le moins
anticommerciale de cette nouvelle Banquev!

POGARD  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Rien de choquant dans ces lettres de régularisation . La Banque Postale se met en régle tout simplement.Peut-etre avec un peu de retard...

CRICRI  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

qu'il s'agisse du livret A , du compte épargne logement , du LEP et du LDD, les plafonds de dépôt règlementés n'incluent pas les intérêts qui sont eux même rémunérés au taux du livret support.

explicite  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Une bonne aubaine pour la Banque Postale pour placer ses produits .
Cependant dès lors que le plafond du livret A est atteint, les versements ne sont plus autorisés et en cas de remboursement si par exemple vous avez atteint 15900 euros , vous devez retirer au moins 600 euros pour revenir au seuil des 15300 euros . Tant que vous ne versez plus rien , les intérêts sont capitalisés tous les ans et le plafond peut être dépassé . Il ne faut pas confondre versements et intérêts .

fulgence  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

il cnviendrait de nous preciser ce que dit le code des caisses d'épargne au sujet de la capitalisation des interets au dessus du maximum légal de 15300 euros , cela serait plus constructif que ces divers commentaires sans interet .

lusito  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il n'est pas impossible, en effet, que ce prospectus de la banque postale, qui aurait pris la forme d'une lettre, soit une tentative de rediriger une partie des dépôts dormants vers d'autres produits financiers.
Si la banque y trouve sans doute un intérêt pour elle même, il est possible que le client y gagne aussi, si les produits proposés sont à risque raisonnable. Au taux actuel du livret A, la chose est même probable.

john  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Et vous pensez que la privatisation de la poste va favoriser davantage les épargnants...???

Nico  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

A GRANDISSIMO : je ne suis pas banquier mais change de disque, tu nous saoules à répéter tout le temps les mêmes choses !! T'as quel âge ?

xoxo  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

a Candide: les interets , même ceux qui dépassent le plafond, génèrent des intérêts. A tous les autres: vu le taux actuel du livret A, ca peut être une bonne chose d'arbitrer vers une épargne plus rentable, comme l'assurance vie en vie eu euro, malgré les frais et la possible fiscalité

credit-agricole  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

c'est le crédit-agricole, responsable depuis le début de ce cafarnaum dont le livret A fait l'objet, qui a du payé la tribune ?!
N'est ce pas plus de l'escroquerie que de faire signer des livrets fiscalisés qui se transforment par enchantement en livret A au 1er janvier et qui oblige le client à conserver qu'une banque et par conséquent qui n'a plus la possibilité de comparer deux offres distinctes ?
N'est ce pas une escroquerie (voir un détournement de fonds) de faire en sorte que les dépôts des livrets A ne soient plus reversés à la caisse des dépots et consignations pour le financement des logements sociaux en France mais plutôt pour les fonds propres des banques privées ?
Alors votre lettre de la banque postale c'est du pipi de chat !!!

ERIC581  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

POUR credit-agricole qui parle sans savoir : Les fonds déposés sur les livrets A des banques privés remontent majoritairement à la CDC........ET la commission versée à ces banques est nettement inférieure à celle versée à La Banque Postale. Donc atention qd on se veut donneur de leçon de ne pas dire n'importe quoi.

HK  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

La communication de LBP et la clarté de son propos laissent toujours à désirer. L'expérience BENEFIC n'a apparemment pas été profitable.

@nto  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

@candide : Justement si, les sommes qui dépassent le plafond des 15.300 euros sont rémunérées au taux normal du livret A ! En ce qui me concerne, client Caisse d'Epargne, je n'ai dépassé ce plafond que par capitalisation des interêts, puisque tout virement par internet est impossible à partir du moment où l'on a dépassé les 15.300 euros.

Gérard.  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Le service public, c'est la poste ou la banque?

Territ  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

"bp a écrit le 07/10/2009 à 18:24 : Lisez le courrier. Il n'y a pas de quoi faire cet article. "
BP, c'est pour Banque Postale?

Non évènement  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Pas grand chose à faire ??? Les destinataires de ce courrier sont ceux qui ont des livrets A plus qu'au taquet ... ( 1 voire plusieurs, ce'st tellement français de gruger ) ... et les premiers à déplorer une perte du pouvoir d'chat !!!! La LBP ne fait que son travail, pour une fois, nous devrions nous réjouir. Mais il est vrai que les journalistes n'ont pas encore pu l'épingler face à la crise. Banque saine, sans pertes, et qui ne fait que peu de crédits aux particuliers... Il fallait bien du grain à moudre !!! Quelle perte de temps.

tek-nico  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il n'y a pas de plafond de capitalisation sur un livret A ni même sur un LEP ou un LDD, il n'y a que des plafonds de versements, donc la poste ne fait qu'éssayer de replacer les sommes qu'ils estiment dormantes sur ces livrets et donc "liquide" et volatiles car disponibles, afin de les mettres sur de l'assurance vie, de la bourse ou des obligations et donc de l'épargne dite "stable" ou "à échéance". Cela leur permet en quelque sorte de fidéliser ces fonds sur des durées plus importantes ou du moins de les rendres moins disponible et donc moins sujettes à un départ vers une autre banque ou à être dépensées. D'un point de vue commerciale vis à vis du client, la démarche est discutable mais d'un point de vue économique pour leur survie, par rapport au nombre de transferts de livrets vers d'autres établissements, ils cherchent à mettre fin à l'hémoragie.
De la même manière que les gens se disent bêtement "une banque c'est une banque et un assureur c'est un assureur, ils ne peuvent pas faire les deux, l'un comme l'autre" je dirait "la poste c'est le courrier mais surtout pas une banque"

bob  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

@xoxo: "possible risque de fiscalité" sur l'AV c'est peu dire ! Si la CSG arrive ca ne vaudra pas mieux qu'un Livret A a 2%.
Liquider un livret A à 20kE juste parce qu'en ce moment le taux est nul, c'est nous montrer que vous êtes un profil spéculateur ! Le livret A est très souvent l'assurance capital de gestionnaire de patrimoine. Quand le taux repassera à 4% NET un jour, vous serez bien jaloux de celui qui a sont petit LivretA à 20kE...

nn  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

les réactions montrent que :
- dès qu'on parle de La Poste, les esprits s'échauffent ;
- dès qu'on parle d'une banque on a l'impression de faire face à des gangsters ;
- dès qu'on parle de l'incompétence supposée d'organisations complexes et totalement dépersonnalisées (une lettre non signée alors que tous ont affaire à une agence de la banque postale), les gens en ont marre.
Les clienst veulent tout simplement de la considération et pas avoir l'impression qu'ils sont entre les mains de voleurs.

et_si_LJouLEP  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

le calcul a-t-il tenu compte de la possibilite d'avoir eu suivant son evolution de statut son livret en livret jeune ou en livret d'epargne populaire puis retransforme en livret standard et donc d'avoir beneficie de taux d'interets plus eleves que la "normale"? c'est peut etre une explication au depassement par certains qui sont certains de ne jamais avoir verse plus que le plafond autorise!

Amirene  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

au lieu de raconter n'importe quoi , consultez donc les textes réglementaires ! quel café du commerce ...... ! ! !

bp  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Lisez le courrier. Il n'y a pas de quoi faire cet article.

henry  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Quel est la doctrine du fisc? Je ne serais pas surpris qu'elle varie en fonction des circonstances. En toute logique, le compte est limité à 15300 euros, capital et intérêts; dès que le cumul dépasse les 15300 euros, les intérêts SONT imposables. Il est vraisemblable que le livret A, censé favoriser l'épargne des petits revenus, n'était pas prévu pour encourager le placement des liquidités des gros revenus et, donc, atteindre le plafond

pierre  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

comment peut on avoir confiance dans une banque qui n'est pas capable de verifier qu'un plafond de placement est respecté
alors faire confiance en des conseillers dits financiers

Beaumarchais  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Comment voulez vous ne pas afficher de tels résultats, si brillants, mais à quel prix? Et dire que l'on voudrait nous faire croire que c'et toujours un service public. La pudeur n'étouffe pas les détracteurs de la privatisation. Privatiser la Poste n'est que mettre de la transparence. Car franchement, c'est du Service Public ça? J'apelle cela de l'abus de confiance et du défaut de conseil.

Candide  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je ne vois pas le problème. Le plafond du Livret A étant à 15 300 euros, toutes sommes au dessus de cette valeur ne doit pas être rémunératrices (pas d'intérêt - sauf si je me trompe ?) d'où il n'y a aucun intérêt pour le détenteur du livret d'avoir plus de 15.300 euros (sauf pour le banquier qui lui fait travailler cet argent fourni "gracieusement" ( pas d'intérêt à verser). Merci de m'éclairer si je me trompe !

jlrjlr14  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je suis dans ce cas et, avant ce courrier je n'avais pas reçu de lettre ni de coup de téléphone. D'ailleurs le guichetier et le conseillier financier de la Poste n'étaient pas au courant non plus et ont pris une photocopie de mon courrier. Tout le monde était persuadé qu'un livret A n'avait pas de plafond s'il n'y avait pas de mouvements dessus.

GRANDISSIMO  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je l'avais déjà dit dans un post précédent et j'avais alors essuyé le feu groupé de bon nombre de banquiers, et conseillers financiers en tout genre, mais je le redis sans détour : OUI OUI OUI, LES BANQUIERS SONT LES PLUS GRANDS VOLEURS DE LA TERRE !!!