Les méthodes pour sélectionner les "bons" fonds émergents

 |   |  1723  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Même s'ils ont accusé le contrecoup des difficultés rencontrées par nombre de pays développés, les fonds de ces zones géographiques restent prometteurs.

Si, au cours des dix dernières années, les fonds émergents délivraient une nette surperformance par rapport aux fonds investis sur la zone européenne, les places émergentes ont plus récemment fortement subi l'onde de choc des marchés développés. Toutefois, au cours des trois derniers mois, les fonds émergents se sont montrés nettement plus défensifs que les fonds actions Europe.

Développement de la consommation et du pouvoir d'achat, rapprochement vers le PIB des pays développés, nombreux sont les pays émergents qui présentent aussi des conditions financières en nette amélioration (déficits budgétaires contrôlés, appréciation des devises), même si l'inflation n'y est pas toujours maîtrisée (Chine, Inde).

Le choix qui s'offre à l'investisseur est celui d'une croissance zéro (ou faible) dans les pays développés contre une croissance très positive dans les pays émergents. Et quand on sait que les marchés boursiers récompensent la croissance, le choix des fonds émergents paraît raisonnable.

La gamme de fonds émergents est large. Morningstar dénombre 380 fonds actions France, 525 fonds marchés émergents globaux, sans oublier des centaines de fonds émergents spécifiques. Sont ainsi recensés 142 fonds actions Europe émergente, 95 fonds Bric, 124 fonds actions Inde. Du côté des fonds obligataires, l'offre est plus limitée, mais largement suffisante. Tandis que l'on compte 523 fonds obligations euros emprunts d'États et privés, 268 fonds obligations internationales, on recense 243 fonds obligations marchés émergents, 136 fonds obligataires émergents en devise locale et 86 fonds obligations émergentes à dominante euro.

Jouez l'approche défensive

Pour la partie actions de votre allocation d'actifs, n'hésitez donc pas à inclure 25 à 30 % de fonds émergents. Sur trois et cinq ans, les diverses catégories actions émergentes affichent des performances positives quand les catégories actions des pays développés restent négatives. Sur le très court terme, à savoir un mois, les fonds actions émergentes Amérique du Sud, actions Chine, actions pays émergents monde reculent moins que les fonds actions Europe (source Quantalys, performances au 26 août).

Compte tenu des volatilités actuelles, nous suggérons une approche défensive. Dans ce contexte, optez pour des fonds émergents globaux. Mettez en tête Magellan de Comgest que vous compléterez avec Raiffeisen Emerging Markets Aktien, Carmignac Émergents et Aviva Investors Emerging Markets Special Situations. Le gérant de ce dernier fonds recherche des entreprises de qualité traversant des périodes de restructuration, une stratégie peu répandue sur les marchés émergents. Retenez également les locomotives des pays émergents (Brésil, Russie, Inde et Chine) via des fonds Bric : Ubam Equity Bric, Ofi MultiSelect Bric, HSBC Gif Bric, Parvest Equity Bric.

Ne délaissez pas les fonds obligataires et devises. Sur de nombreuses périodes, les fonds d'obligations émergentes délivrent une performance supérieure à celle des fonds d'obligations européennes. Ainsi, sur trois ans, les fonds obligataires émergents ont servi un rendement moyen annualisé deux fois supérieur à celui des fonds obligataires euro.

Enfin, les fonds flexibles, tels que Dorval Flexible Émergents, Réactis Emerging de Natixis Multimanager et Primonial Émergents, investis à la fois sur les marchés actions et obligataires des pays émergents, permettent une gestion en douceur.

Ne manquez pas le retour en force des fonds émergents actions et ne passez pas à côté des rendements des fonds émergents obligataires.

4 démarches décryptées pour bien choisir

1 - Définir la quintessence des marchés développés et émergents

Chaque année, entre 70 à 80 millions d'individus viennent grossir les rangs des classes moyennes dans les pays émergents. Les fonds ci-dessous s'appuient sur le développement du niveau de vie des pays émergents, mais à travers des sociétés européennes ou internationales.

Nordea Emerging Consumer sélectionne des titres émis par des sociétés susceptibles de tirer profit, directement ou indirectement, de l'urbanisation actuelle et du changement des habitudes de consommation. Son prospectus précise qu'il cherche à investir « dans des sociétés susceptibles de réaliser une proportion significative de leurs bénéfices sur les marchés émergents en se distinguant comme les marques prépondérantes sur ces marchés. Le compartiment privilégie également des sociétés des marchés matures qui vendent des produits et services ciblant les dépenses marginales des consommateurs et qui profitent ainsi de l'augmentation attendue du niveau disponible de revenus ».

Pari sur les small et mid caps

Groupama Avenir Euro parie principalement sur les petites et moyennes capitalisations européennes ayant une activité importante dans les pays émergents. HMG Globetrotter (HMG Finance) investit dans des filiales de groupes européens situées dans des pays émergents. M&G Global Basics Fund sélectionne les entreprises basées dans les pays émergents ainsi que les entreprises considérées comme les « piliers » de l'économie mondiale.

2 - Jouer les thématiques « pays frontières » et « infrastructures »

Voici deux thèmes originaux qui permettent d'investir dans des marchés encore « neufs », afin de profiter d'opportunités peu exploitées. Les pays émergents ont des besoins importants en matière d'équipements de transport, de logistique, de production d'électricité, de télécommunications.

Pour développer rapidement ces équipements, des sociétés privées investissent des sommes considérables et en retirent des bénéfices substantiels. Quelques fonds sélectionnent ces sociétés (Aberdeen Global Infrastructure Fund, Raiffeisen Emerging Markets Infrastruktur Aktien, Invesco Asia Infrastructure).

Les « marchés frontières » regroupent une trentaine de pays qui seront les émergents de demain. Il s'agit, par exemple en Europe de l'est, de la Roumanie et de l'Ukraine, en Afrique, du Nigeria, du Kenya, au Moyen-Orient, du Qatar, du Koweït, en Amérique latine et centrale de l'Argentine et du Panama.

Sensibilité au risque

En contrepartie, ces pays présentent des marchés financiers moins liquides et plus sensibles aux risques. Certains fonds offrent l'accès à plusieurs pays (Templeton Frontier Market Fund, Baring Asean Frontier FD Euro, Magna New Frontiers Fund de Charlemagne Capital, Fidelity Fund EMG Europe AFR Middle East E, Fidelity Fund Asean).

3 - PEA : bénéficier de perspectives illimitées

Un des atouts des ETF est d'être éligibles au plan d'épargne en actions (PEA). Grâce à eux, il est en effet possible de se composer, non pas un PEA classique avec des valeurs européennes, mais un PEA plus exotique sur les marchés émergents.

L'avantage fiscal de l'enveloppe PEA n'est plus à démontrer, surtout depuis cette année où les cessions sur les comptes titres sont imposées dès le premier euro. « Les ETF exposés aux marchés émergents représentent un encours de 33 milliards d'euros dont un tiers se concentre sur l'indice MSCI Emerging Markets », résume Marlène Hassine, stratégiste chez Lyxor ETF.

Accessibilité

Ce succès s'explique à la fois par l'accessibilité offerte par les ETF et par les performances de ces fonds passifs (puisqu'ils suivent un indice ou un secteur) qui battent très souvent les fonds gérés activement. Citons par exemple : Amundi ETF MSCI Eastern Euro Ex. Russia B, Lyxor ETF Eastern Europe D, IShares Stoxx EU Enlarged 15, Lyxor ETF MSCI Korea Feeder.

4 - Tirer parti des devises locales

Gros émetteurs d'emprunts classiques et de convertibles, les pays émergents de l'Asie offrent des rendements bien supérieurs à ceux des pays développés. Sparinvest Emerging Markets Corporate Value Bonds EUR sélectionne, selon une méthode « value », des obligations d'entreprises émergentes, principalement en Chine, Amérique latine et centrale, Russie, Turquie et Indonésie.

Quant à Pictet, il donne le choix entre un portefeuille diversifié d'obligations libellées en monnaies locales provenant d'entreprises de pays émergents (Pictet-Emerging Local Currency Debt-P EUR) et un fonds composé à la fois d'obligations gouvernementales et privées des pays émergents (Pictet-Global Emerging Debt-HP EUR).

Couverture contre le risque de change

Investi en obligations convertibles de la zone Asie, Acropole Convertibles Asia est couvert à 90 % contre le risque de change, le fonds s'autorisant une exposition longue à certaines monnaies asiatiques, le yuan chinois contre le dollar américain. Signalons aussi l'expertise des fonds d'obligations émergentes suivants : Schroder ISF Emerging Markets Debt Absolute Return, Single Select Platform Stelphia Emerging Europe Bond.

Interview : Jean Michel Boussemart, délégué général de COE-Rexecode

« Un changement s'opère : les pays émergents rattrapent les pays développés »

Bien qu'affectés par le ralentissement des économies des pays développés, les pays émergents bénéficient d'un gros potentiel.

Quelle est la situation économique des pays émergents ?

La décélération récente de la croissance des pays émergents est plutôt graduelle que brutale et contribue à un certain tassement des prix de produits de base sur les marchés mondiaux. Les économies importatrices de ces produits (Asie et Europe centrale) bénéficient de ce repli qui leur donne du pouvoir d'achat et les aide à lutter contre l'inflation. En revanche, pour les économies exportatrices de ces mêmes produits (Amérique du Sud et Russie), c'est pénalisant. Soulignons que l'Asie, importatrice de produits de base, est exportatrice de produits manufacturés et continue à bénéficier de sa surcompétitivité.

Quels sont les risques liés à la crise récente des marchés financiers ?

Les capitaux quittent les zones les plus risquées pour revenir vers les valeurs refuges que sont l'or, les obligations du Trésor américain, le franc suisse, l'immobilier, les emprunts d'État allemands, etc. Ce mouvement a entraîné récemment une baisse des monnaies des pays émergents qui devrait être transitoire. Seul le yuan chinois a continué de s'apprécier, ce qu'il faut rapprocher de l'explosion de l'excédent commercial chinois que l'on observe à nouveau. À court terme, si la demande des ménages américains et européens devait fortement baisser avec un approfondissement de la crise, les pays émergents ne manqueraient pas d'en subir le contrecoup - mais ils ont du ressort.

Quels atouts présentent les pays émergents ?

Ils offrent une forte croissance démographique qui produit de la demande et ce sont des pays dont les populations travaillent dur pour accroître leur niveau de vie. Le potentiel de croissance des pays émergents reste intact et il pourrait déborder celui des pays développés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :