Les français sont des "fourmis" vraiment pas téméraires

 |   |  1144  mots
Depuis son lancement en mars 2014, la collecte nette des cessions sur les fonds éligibles au PEA-PME n'excède pas 210 millions d'euros, alors que Bercy visait une collecte de 750 millions à 1,5 milliard d'euros dès la première année.
Depuis son lancement en mars 2014, la collecte nette des cessions sur les fonds éligibles au PEA-PME n'excède pas 210 millions d'euros, alors que Bercy visait une collecte de 750 millions à 1,5 milliard d'euros dès la première année. (Crédits : Décideurs en région)
Àprès de 16 %, le taux d'épargne des Français est l'un des plus élevés d'Europe. Mais cet énorme bas de laine de plus de 10 000 milliards d'euros est très peu investi dans le financement de l'économie productive.

Entre être cigale ou fourmi, les Français ont choisi, depuis longtemps, la seconde option. À la fin du premier trimestre 2014, leur taux d'épargne s'élevait à 15,9 % de leur revenu brut disponible, selon la Banque de France. Un taux au plus haut depuis 2009 et qui place les Français parmi les premiers épargnants d'Europe, juste derrière les Allemands. De fait, le taux d'épargne moyen dans la zone euro est de 13 % seulement, et il est même inférieur à 6 % au Royaume-Uni. Le décalage est encore plus grand avec les États-Unis, où le taux d'épargne est de l'ordre de 4 % seulement.

Pourquoi les Français jouent-ils autant les fourmis ? D'abord, ce comportement prudent est le fruit d'un héritage historique : c'est dans leur ADN, nos compatriotes préfèrent mettre de côté l'argent nécessaire à leurs dépenses futures, alors qu'aux États-Unis, les achats à crédit sont monnaie courante. Ensuite, depuis le XIXe siècle, la France est un pays de propriétaires, contrairement à l'Allemagne, par exemple. D'où la nécessité, pour les Français, d'épargner afin de disposer de l'apport nécessaire à l'acquisition de leur résidence principale. Si les Français épargnent autant, c'est également pour des motifs conjoncturels, comme la crise économique et la montée du chômage, qui alimentent la peur du lendemain. D'où le désir de se constituer une épargne de précaution.

10.000 milliards d'euros qui sommeillent

Résultat, les Français disposent d'un bas de laine colossal, d'un montant total de plus de 10 000 milliards d'euros, soit cinq années de PIB. Or, s'il est une manne sous-utilisée pour le financement de l'économie française, c'est bien celle de l'épargne des ménages. Près des deux tiers de ces 10 000 milliards d'euros de patrimoine brut sont en effet investis dans des actifs immobiliers. Quant à l'essentiel du solde, c'est-à-dire le patrimoine financier, il est placé à près de 40 % dans l'assurance-vie en euros et à hauteur de 13,5 % dans des livrets d'épargne défiscalisés. L'investissement direct en actions cotées ne récoltant qu'un maigre 4,5 %, d'après l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Un arsenal de mesures pour réorienter l'épargne

Afin de réorienter l'épargne des Français vers le financement de l'économie productive, les dirigeants politiques n'ont pas ménagé leurs efforts, ces derniers temps. Les textes réglementaires nécessaires à la commercialisation des produits Eurocroissance et Vie-génération - de nouveaux contrats d'assurance-vie destinés à inciter les assureurs à se porter davantage vers les actifs d'entreprise -ont été publiés en septembre. Ce sont au moins 50 milliards d'euros qui devraient pouvoir être ainsi réalloués des fonds euros vers les fonds Eurocroissance d'ici à cinq ans, estime Bercy.

Un an plus tôt, à l'été 2013, avaient été mis en place les fonds de prêts à l'économie (FPE), qui permettent à des acteurs non bancaires - au premier rang desquels les assureurs - de financer les PME et les ETI. À quoi s'ajoute la modification des règles d'investissement de l'Erafp, le fonds de retraite de la fonction publique, qui pourra ainsi investir en actions 5 milliards d'euros supplémentaires d'ici à 2020. Enfin, l'épargne salariale devrait être mieux orientée vers le financement de l'économie, le Copiesas (conseil d'orientation de la participation, de l'intéressement, de l'épargne salariale et de l'actionnariat des salariés) - dans ses recommandations remises au gouvernement le 26 novembre dernier - suggérant notamment d'étendre les dispositifs d'épargne salariale aux PME et aux TPE. Mais cet arsenal de mesures sera-t-il efficace ? Les débuts mitigés du PEA-PME, qui offre la possibilité d'investir 75000 euros maximum dans des actions de PME et d'ETI, permettent d'en douter. Certes, après des soldes négatifs en juillet, août, octobre et novembre, la collecte nette (des cessions) sur les fonds éligibles au PEA-PME est redevenue positive en décembre, mais à hauteur de 7 millions d'euros seulement. Surtout, depuis l'entrée en vigueur du PEA-PME, le 5 mars 2014, la collecte nette sur les fonds éligibles à ce dispositif n'excède pas 210 millions d'euros, selon des données publiées le 6 janvier par la société de Bourse Arkéon Finance. Alors que Bercy visait une collecte de 750 millions à 1,5 milliard d'euros dès la première année.

Une fiscalité dissuasive, « à l'envers »

Il est vrai que les Français ont quelques raisons de ne pas se ruer sur les actions. En moins de dix ans, les actionnaires individuels ont subi l'éclatement de la bulle Internet, en 2000, puis la grande crise financière de 2008.

Deux krachs boursiers plus tard, ils ne sont plus que 4,2 millions en France, soit près de deux fois moins qu'en 2003, année qui avait constitué un pic historique, avec 7,1 millions de petits porteurs. Chat échaudé craignant l'eau froide, plus de la moitié (56 %) des Français interrogés par Opinionway jugent l'investissement dans des titres d'entreprise trop risqué, d'après un sondage publié par l'institut le 14 octobre. Pis, selon une enquête diffusée le 3 décembre par la banque UFF, et qui a été réalisée non pas auprès de Français lambda mais d'investisseurs particuliers actifs, ces derniers continuent d'afficher une large préférence pour les produits à capital garanti, notamment pour les assurances-vie en euros. Et ce, d'autant plus que les Français, célèbres pour leur pessimisme, épargnent avant tout pour protéger leur capital, pas pour le faire fructifier.

Et puis, si les Français sont si peu enclins à placer leurs économies en Bourse, c'est également parce qu'ils ne brillent pas par leur culture financière. Le baromètre sur la vulnérabilité financière des Français - publié en février 2014 par les Banques Populaires (groupe BPCE) et l'école de commerce Audencia - attribuait aux personnes interrogées une note de 5,04 seulement sur 10, en matière de connaissances financières basiques. Pas moins de 42 % des sondés étaient notamment incapables de calculer la somme dont ils disposeraient après avoir placé 100 euros pendant un an sur un compte épargne rémunéré au taux de 2 %. Enfin, à la décharge des Français, la fiscalité de l'épargne en France est à « l'envers », selon Paris Europlace, l'association chargée de promouvoir la place financière de Paris. D'une manière générale, les placements à court terme et sans risque, comme le Livret A, sont en effet moins taxés que les placements de long terme et à risque, tels que les actions.

Interrogé le 17 juin par Les Échos sur une possible révision de la fiscalité de l'épargne, Michel Sapin avait répondu qu'il n'y avait « pas de tabou » à ce sujet, mais que « toute évolution devrait se faire dans un cadre où les efforts seraient partagés de manière juste », en raison des « contraintes budgétaires [qui] pèsent lourd sur [les] épaules » du gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2016 à 9:56 :
" comme la crise économique et la montée du chômage, qui alimentent la peur du lendemain. D'où le désir de se constituer une épargne de précaution....."

N'oubliez surtout pas l' OBLIGATION VITALE de mettre de côté pour compenser les retraites MISERABLES que nous allons toucher ! (tout le monde n'est pas PDG en France et les retraites chapeaux n'y sont pas légion, quoiqu' encore trop nombreuses, mais c'est un autre débat....)
a écrit le 13/05/2015 à 13:31 :
Faudrait savoir ... quand les français se risque au Trading le gendarme de la Bourse crie au loup : "c'est risqué 9 sur 10 y laissent leur mise, etc ..."
a écrit le 25/02/2015 à 18:46 :
Les règles d’éligibilité des titres au PEA-PME ont été compliquées à l’extrême afin d'empêcher les familles d'entrepreneurs d'en profiter.
Résultat personne n'a envie d'aller dans un "machibn" pareil.
J'ai ouvert un PEA-PME et dès le ^premier investissement je l'ai regretté.
Au fait , ce choc de simplification ????? .
a écrit le 22/02/2015 à 18:57 :
Avec les subprimes, les PIGS et la Grèce on a un krach de -20%-40% tous les deux ans...On ne peut donc placer en bourse QUE l'argent dont on n'a pas besoin et dont on n'aura JAMAIS besoin. tout est dit.
a écrit le 20/02/2015 à 14:33 :
Pour que les épargnants placent leur argent en bourse il faudrait peut être les y encourager...Impôt sur les transactions, suppression des abattements fiscaux, impôts sur les plus values etc. Comment voulez vous que les français placent leur argent dans les actions avec des conditions pareilles et je passe sur le fait que vous serez alors considéré comme un affreux capitaliste en plus d'être tondu.
a écrit le 17/02/2015 à 12:04 :
"... sont en effet moins taxés que les placements de long terme et à risque, tels que les actions."

La blague...la bourse, un investissement à long terme...
a écrit le 17/02/2015 à 2:15 :
il faut toujours se megier de l'etat, et surtout quand le ps est au pouvoir, car l'argent des autres les interessent beaucoup, avec toutes leurs promesses electorales, ils ne vont pas hesiter a faire la poche aux francais!
a écrit le 16/02/2015 à 17:12 :
.. on sait, on sait, nous autres péquenots français nous préférons planquer le magot sous l'oreiller ou au fond du jardin .. c'est pas economiquement korrect, nous sermonnent les"zésperts" économistes, ceux qui savent si bien esspliquer à postériori les mécanismes des crises bancaires et financières qu'ils n'ont pas prévu, et qui sont la meilleure preuve que la Bourse est un casino .. c'est pas bien les français, faites comme les zaméricains qui sont tellement "dynamiques" et perdent toutes leurs economies en quelques heures, et se retrouvent obligés de retourner bosser à 70 ans ! Au fait la perfomance CAC 40 sur les 15 dernières années, c'est combien ? Rigolos, va ....
Réponse de le 08/07/2016 à 9:58 :
excellente analyse papy !!!
a écrit le 16/02/2015 à 14:19 :
article tres interessant qui reflete tres bien la personnalite des francais. je me decris moi meme comme un investisseur prdudent et je prefere acheter un appart pour le louer que des actions total ou socgen.
A la lecture de nombreux commentaires, j'ai la confirmation que nous n'avons aucune culture financiere et que donc notre choix de nous eloigner des actions prend tout son sens
a écrit le 16/02/2015 à 11:01 :
j'ai bien trop de mal à gagner mon argent pour le perdre en bourse, manger par les spéculateurs. Et si je perds tout, qui va payer la maison de retraite à par faire appel à l'APA, et donc les impots, créer une dette sociale sur les enfants. Je vous dis rien que de l'exclavage moderne. Que du cynisme....
a écrit le 16/02/2015 à 9:47 :
L'aversion au risque est aussi garante de la stabilité de notre système financier. Et compte tenu de la culture financière française, l'épargnant lambda ne voit pas la différence entre la bourse et le casino, mis à part qu'il n'y a pas d'impots au casino.
Réponse de le 16/02/2015 à 10:42 :
la majorité des français sont des moutons.
Personnellement , vu mon petit pouvoir d'épargne , j'ai une grande majorité de celle-ci investi en action (70 % environ ) ,une partie en assurance vie ( 25% , AFER)et tres peu en livret d'epargne ( peut etre 500 euros )
Je ne crains pas les impots , je ne vends pas beaucoup ( et j'ai une partie en PEA ) , mais j'achete surtout quand je peux.
a écrit le 16/02/2015 à 9:05 :
Règle d'or: Lorsque l' "establishment" commence à faire appel à l'argent de monsieur tout le monde, fuyez!! C'est que la dégringolade n'est pas loin et qu'ils le savent. Leur ADN n'est pas du genre à partager des profits quand ils peuvent en faire, mais plutôt à couvrir leurs pertes autant que faire ce peut.
Réponse de le 25/07/2015 à 12:18 :
Je suis d'accord avec vous.
a écrit le 16/02/2015 à 8:46 :
On veut faire culpabiliser l'épargnant bon père de famille qui ne veut pas investir en Bourse mais préfère les livrets DE TYPE PEL, LA et autres...Tout en nous expliquant que les banques n'ont plus les moyens de faire des prêts aux entreprises compte tenu des normes de bale 3....
D'accord pour investir en bourse mais alors il faut plafonner les commissions des banques qui prennent des commissions importantes qui atteignent près de 4.5 % pour les placements assurances vie sans parler des commissions sur les ordres d'achat direct en bourse....Vu leur bénéfice ne serait-il pas alors bien venu de plafonner ces commissions à 0.5 % sur les placements boursiers via une assurance vie, et 1 € pour les ordres d'achats des comptes titre pour les premiers 30 000 € d'achat par an ?
Par ailleurs pourquoi l'état a-t-il supprimer la totalité de l'abattement de 1500 ou 3000 euros pour les produits financiers issus de la bourse des petits épargnants ?
Bref le PS prépare nos esprits à une fiscalisation de l'ensemble des placements financiers que l'on ait 3 000 € ou plusieurs millions d'euros ce sera pareil pour tous....
a écrit le 16/02/2015 à 8:45 :

Vous avez oublié une cause majeur: le fisc.
Si les particuliers ont fui la bourse et les produits financiers c est bien parce que la fiscalité est dissuasive, sur la finance comme en globalité.
Alors les français ont beau dos d être mauvais en finances, mais ça fait des décennies que les politiques fiscales détruisent l investissement comme l industrie.
Réponse de le 16/02/2015 à 9:06 :
Arrétez de dire n'importe quoi...
La raison est simple, les petits épargnants ont compris qu'ils se faisaient pigeonner car ils n'ont pas accès aux bonnes informations. Ce sont des agneaux parmi les loups...,
Le fisc c'est pour ceux qui place des millions très cher!
Réponse de le 16/02/2015 à 15:08 :
Le petit épargnant sans culture financière est effectivement le pigeon rêvé pour sa banque, qui lui fourgue ce qui l'arrange, la société de bourse qui passe les ordres, au plus mauvais moment pour lui, les sociétés qui ne livrent au public que ce qui leur convient, et...l'Etat qui se sert sur les transactions et sur les ventes -rarement pour lui- bénéficiaires. Seuls ceux qui deviennent de quasi-professionnels eux-mêmes peuvent espérer tirer leur épingle du jeu, sans toutefois égaler ceux du sérail (informations d'initiés,etc): celui qui ne travaille pas dans la finance et qui n'envisage pas d'y consacrer presque tout son temps libre n'a qu'une chose à faire: s'abstenir.
Réponse de le 26/02/2015 à 14:40 :
La nomenklatura financière retient ttes les informations ,se sert avant les changements...prévus.Voir ,par ex,l'affaire EADS....
Et,pour passer un bon moment,instructif de plus,regarder le film"erreur de la banque en votre faveur"!
Réponse de le 30/04/2015 à 10:04 :
Non quand même là vous exagéré, je ne peux pas vous laisser dire ça, vous dites ça parce que vous êtes en colére...! ;)
Vous le savez bien, aujourdh'hui les affaires sont "responsable", "équitable" et (j'oubliais, mais le vert ne semble plus faire r^ver) "écologique".
Allez, sans rancune.
a écrit le 16/02/2015 à 1:00 :
Super l'investissement en bourse vu l'opacité des banques en la matière.
Quand ça monte, ça monte un peu et quand ça baisse, ça y va franchement. De plus les affaires entre copains, au hasard, le soutien de Natexis, ce fleuron renfloué par les anonymes mis à contribution sans vergogne, un scandale discret ou l'art de vous faire bénéficier des pertes !
Il y a du boulot à faire pour moraliser le secteur et ce n'est pas la signature des décharges et autres avertissements qui change quoi que ce soit.
L'information a fait quelques progrès mais la communication teste verbeuse et la présentation des comptes floue et imprécise pour ne pas dire incompréhensible.
Dans ces conditions, la confiance, sur la qu'elle se fondent le commerce et les affaires est gravement compromise.
A cela il faut encore ajouter la complexité fiscale renforcée par sa fluctuation au gré des "mesures" et son impact démultiplié sur la défiance.
L'état, les entreprises, les syndicats comme les partis sont unis pour décourager les investisseurs potentiels. Echaudés, ils n'y reviennent plus pour le plus grand malheur de tous.
a écrit le 15/02/2015 à 22:22 :
tiens mon commentaire a disparu.
a écrit le 15/02/2015 à 22:22 :
Il est vrai qu'en France on a la mémoire très courte que l'on se rappelle le grand emprunt russe dont le gouvernement de l'époque vantait les mérites, l'amitié franco-russe pensait donc, l'idée était de trouver un accueil favorable auprès du tsar Nicolas II pour lutter contre la Prusse, que grand bien lui fit le peuple français crédule s'est jeté sur les bons russes comme des petits pains on connait la suite, la révolution russe d'octobre 1917 tout a été perdu et cela se compte en milliards, mais rassurez-vous le gouvernement français lorgne déjà sur ce pactole de 10'000 milliards pour combler les trous, il y a 2000 milliards de dettes donc le calcul est vite fait une taxe de 20% !, c'est un peu comme Roosevelt qui a confisqué l'or des Américains en 1933 ! ben voyons !
a écrit le 15/02/2015 à 19:41 :
Mdr les commentaires... Seuls les français n investissent pas les actions françaises, les autres le font a notre place et se gavent !!
C est navrant le raisonnement.

C sur l immobilier lui ne peux pas baisser et puis les locataires ils payent rubis sur ongle !!!
Réponse de le 08/07/2016 à 10:01 :
" Seuls les français n investissent pas les actions françaises, les autres le font a notre place et se gavent !!

mais allez donc !!! personne ne vous le reprochera et vous ferez donc un geste " citoyen" d'aprés l'article C'EST BIEN !!!!!!
a écrit le 15/02/2015 à 18:38 :
a qui la faute a des patrons qui s enrichissent de plus en plus des gouvernements qui taxe a tout bout de champ faut pas s étonner que nous avons peur des lendemains difficile
a écrit le 15/02/2015 à 18:08 :
Voilà. Le constat, on le connait, les français (et moi la première) n'ont pas confiance dans les banques ni dans la bourse.
On fait quoi maintenant ? On râle sur l'égoïsme des pauvres petites gens timorées et pessimistes ?
Ou bien les banques/les administrations se remettent en question et admettent que si elles ne sont pas capable d'adapter leur discours, de simplifier leurs produits et d'inspirer le respect par l'exemple, ben elles n'ont plus qu'à aller se faire f... pardon. Qu'à en prendre leur parti ?
a écrit le 15/02/2015 à 16:46 :
Ma grand-tante a perdu une petite fortune en Bourse, en Eurotunnels et autres placements recommandés comme sûrs. C'est fait pour plumer les petits, avec trois vautours, les gros financiers, les banques et le fisc.
Réponse de le 15/02/2015 à 17:08 :
Ahhh, les gros, les mechants...on aime tant en France les petits (-commercants, -contribuables, -proprietaires, -employes, -fonctionnaires ) . Arretez le delire complotiste. cela ns tire vers le bas. acceptez dabord la realite et l economie de marche.
la Bourse c 'est comme tout, cela s apprend. il ne faut pas etre ni presse, ni avide, ni reveur. sur long terme, si on fait du 6%, dt une bonne part via les dividendes, en achetant des titres d'entreprises ayant pignon sur rue, on limite le risque et c est deja pas mal.
Réponse de le 15/02/2015 à 19:37 :
Oh lala pauvre grand tante ...
Réponse de le 16/02/2015 à 8:24 :
Bien dis Imi
Réponse de le 16/02/2015 à 9:10 :
Quand quelqu'un perd au casino personne ne va le pleurer, il en va de même pour celui qui joue toutes ses économies en bourse.... Ce serai trop facile
a écrit le 15/02/2015 à 12:41 :
Vu les taxes, impôts et autres gourmandises misent en oeuvre pour dégouter les français d'investir dans les entreprises via la bourse, il n'y a rien d'étonnant à ce que les épargnants se montrent frileux.
a écrit le 15/02/2015 à 12:36 :
En France, s'enrichir est interdit maintenant alors pourquoi financer les emplois des autres au risque de perdre ou de se faire plumer par l'état? Faudrait être fou ! Mieux vaut être fonctionnaire ou intermittent du spectacle, parasite etc.
a écrit le 15/02/2015 à 12:21 :
Le jour de mes 18 ans plein de fougue et d’optimisme j'ai acheté parce que c'était l'avenir des actions euro-tunnel cela fait plus de 30 ans. Résultat, jamais depuis je n'ai racheté d'actions.
Réponse de le 15/02/2015 à 13:02 :
Le jour de mon premier anniversaire je me suis brûlé les doigts en touchant la flamme d'une seule bougie... aujourd'hui je suis capable d'éteindre toutes mes bougies d'anniversaire uniquement à l'aide de mes doigts. Résultat, c'est de ses erreurs que l'on tire les meilleurs enseignements.
Réponse de le 15/02/2015 à 14:49 :
Le jour de mes 1 an, je me suis mis debout pour la première fois plein de fougue et d'optimisme. Je suis tombé. Cela fait plus de 30 ans. Résultat, je suis toujours resté assis sans bouger.
Réponse de le 15/02/2015 à 23:11 :
enfin un qui a compris que la bourse est une grosse arnaque...
Réponse de le 16/02/2015 à 11:50 :
MDR Tototiti ! ;-)
En plaçant 20% en actions (UC) dans une assurance vie et 80% en fonds garantis (euro) ont gonfle le rendement au delà de 3% sans prendre de gros risques...
Réponse de le 16/02/2015 à 12:08 :
Frédéric Lordon avait proposé de supprimer la bourse. Pourquoi pas ?
Réponse de le 08/07/2016 à 10:07 :
fonds euros en AV depuis 13ans : 44.7% d'intérets nets d'impots (franchise couple marié), sans frais de versement ou de retrait (contrat internet) ...

Les courbes ne mentent pas : je suis LARGEMENT bénéficiaire par rapport à tout les indices (CAC, NASDAC, DOW JONES....
a écrit le 15/02/2015 à 12:03 :
il faut aussi dire que si les epargants français ne font pas confiance aux actions, c'est qu'ils ont compris depuis longtemps que les titres cotés en bourse ont des cours manipulés soit par des analystes financiers soit par des dirigeants non propriétaires de l'entreprise qui n'agissent que pour leurs propres intéréts;
cours manipulés des titres cotés et risques sur les parts de PME, je pense que le crowdfunding permettra a terme de mettre de nombreux investisseurs particuliers en relation avec les PME pour leur permettre d'investir dans un cadre de volonté d'aider l'economie française.
reste un problème qu'il faut faire evoluer : la faible volonté des patrons de PME d'accepter de se faire diluer et de partager le pouvoir avec des tiers.
je suis personnellement responsable à 100% de mon entreprise et je ne fais pas courrir de risque aux autres dans les décisions stratégiques que je prends. sauf à mes salariés et c'est déjà assez difficile en ces temps de crise.
Réponse de le 15/02/2015 à 13:09 :
Vous me semblez quelque peu naïve car si le cours des actions est manipulé, vous pourriez aussi appliquer la même logique aux devises ce qui fausserait les prix des achats importés provenant majoritairement d'Asie dont celui de votre ordinateur ou smartphone...

Concernant le crowdfunding beaucoup de requins se gargarisent sur cette invention financière mais très peu osent expliquer son fonctionnement dans les faits et ce qu'en retirent les investisseurs/donateurs.
a écrit le 15/02/2015 à 11:42 :
Moi je fais de la bourse chaque fois que je perds il faut que je paie la banque et les pertes c'est pour moi. Chaque fois que je gagne 1000 euros 200 euros pour la banque 500 euros pour hollande le président normal qui voyage dans Sarko one et moi 300 euros alors ...
a écrit le 15/02/2015 à 11:27 :
MORALE //QUOI QUE L ON FACE ? ONT SE FAIT TOUJOUR PONCTIONNEZ SOIT PAR LES BANQUES SOIT PAR L ETAT ? ET ILS VOUDRAIS ENCORE QUE L ON EST CONFIANCE EN EUX???????????
Réponse de le 15/02/2015 à 13:35 :
Fo maittre dé minuscul, et fer mouain de fotes !
a écrit le 15/02/2015 à 11:15 :
Après les charges sociales et les impôts écrasants, plus les ponctions diverses dès qu'on a le malheur de gagner quelque chose, on se fait racketter par un Etat socialiste aux poches éternellement trouées, et il faudrait être téméraire ? A d'autres.
Réponse de le 15/02/2015 à 15:04 :
Rappelons à ceux qui ne le savent pas que l'allignement des charges pour les gains mobiliers sur celles des salaires a été effectué par Sarko et Fillon (qui étaient comme tout le monde le sait des dirigeants socialistes).Idéologie ! quand tu nous tiens!
Réponse de le 15/02/2015 à 17:01 :
La droite n'a plus existé en France depuis que l'on a mis le courant royaliste et bonapartiste dans un courant "extrême-droite", souvenez-vous.
Réponse de le 15/02/2015 à 22:02 :
Depuis quand Sarko et Fillon sont de droite ? "Il y a des poissons volants mais ce n'est pas la majorité du genre". Un homme politique se définit par ses actes, pas par ses paroles, voyez Hollande : Une brèle.
Réponse de le 18/02/2015 à 21:47 :
La France est un pays collectiviste par sa culture étatique, sa fonction publique hypertrophiée et son nivellement par le bas : Sarkozy c'était le bolchevisme + la police ; le pays ne se réformera jamais (cf les résistances à la si peu ambitieuse loi Macron). Le vrai libéralisme, il faut aller le trouver chez les anglo-saxons ou rester entre camarades.
a écrit le 15/02/2015 à 10:49 :
Les économies? Ce qui reste après les dépenses contraintes et après les impôts, taxes, contributions et autres prélèvements obligatoires. Bref l'Etat veut s'en emparer . Comment? Prochainement comme à Chypre: saisie direct sur les comptes en banque: comptes courants et surtout assurance vie! Vous avez économisé toute une vie pour votre logement, votre retraite, vos enfants... l'Etat considère que c'est du vol! Vous n'y réchapperez pas!
a écrit le 15/02/2015 à 8:57 :
L'économie, c'est comme un beau service en porcelaine; ce n'est pas l'assiette qui compte, mais la nourriture qu'on y mettras.
a écrit le 15/02/2015 à 8:57 :
La bource.... Quelle bonne blague, nous sommes nous les sans dents des agneaux au milieu des loups....
Sachons rester à notre place et ne pas écouter le chant des vampires
a écrit le 15/02/2015 à 8:43 :
L'économie ce n'est pas uniquement de la finance, c'est aussi et surtout de l'énergie. Qui sera capable de nous l'expliquer?
a écrit le 15/02/2015 à 8:02 :
Investir en bourse c est comme le loto le seul gagnant c est l état....
Réponse de le 15/02/2015 à 8:18 :
Pas de pessimisme ou critiques excessives. Investir en bourse via un PEA sur un portefeuille d actions diversifié est un excellent placement sur le moyen / long terme, même après fiscalité. avec des taux très bas, les livrets et assurance vie placés en euro vont très peu rapporter. Quant à l immobilier il est baissier. quelques conseils : air liquide, ingénico, eurofins scientific, orpea, rubis, Schneider. Bons placements et enrichissez vous!
a écrit le 15/02/2015 à 5:42 :
C'est tres simple : si tu gagnes, on te taxe, si tu perds c'est pour ta pomme. Et entre les droits de garde aux banques, les droits d'entree et "frais de management" des FCP/Sicav, la probabilite de gagner plus qu'a la caisse d'epargne est illusoire pour un particulier.
Réponse de le 15/02/2015 à 7:13 :
Cf le patrimoine des ministres et députés : 0% d'action 85% d'immobilier => normal que les actions et dividendes soient sur taxés.

=> taxons les plus values sur résidence principale qui est la niche fiscale la plus chère pour l'état français
a écrit le 15/02/2015 à 2:56 :
J'ai perdu 25Ke en bourse suite à de mauvais conseils et ma crédulité dans une entreprise 'letsgowex' encensée par les experts...Alors la bourse non merci pour moi c'est terminé!!!
Réponse de le 15/02/2015 à 12:53 :
Si vous avez perdu 25 000 euros en bourse uniquement sur Let's Gowex, c'est que manifestement vous aviez les moyens de les perdre et qu'ils ne vous étaient pas indispensables. On ne place pas toutes ses économies dans une seule valeur hautement spéculative à moins d'être aveuglé par la cupidité...
a écrit le 15/02/2015 à 2:29 :
Les Français investissent peu ou plus en bourse ? mais depuis Sarkosi et avec Hollande le haut fonctionnaire, l'exonération des plus values mobilières de cession a été supprimée dès le premier euro, je crois, sans parler du trading à haute fréquence par des ordinateurs qui laisse le particulier démuni dans ses placements:dans ces conditions, on comprend pourquoi beaucoup de nos concitoyens préfèrent la pierre ou les faibles rendements du livret A ou des placements en euros de l'assurance vie qui eux sont garantis et sans ou quasiment sans impots!
a écrit le 14/02/2015 à 23:39 :
C'est bon, j'ai suffisamment donné. A l'heure du trading haute fréquence, des banksters, des exigences des fonds de pension, de la finance voyoucrate,le petit porteur est sûr de se faire plumer.
Réponse de le 15/02/2015 à 0:01 :
Selon un adage socialiste, investir dans ses impôts offre la garantie d'un emploi à vie... pour celui qui les collectent.
a écrit le 14/02/2015 à 23:26 :
le francais n'est pas idiot au point de financer le travail des autres au risque de tout perdre si ca va pas et de se faire taxer 75% +15% csg/crds si ca marche
( le tout sous les insultes et les menaces permanentes!)
la france recolte ce qu'elle seme
Réponse de le 15/02/2015 à 0:03 :
"se faire taxer 75% +15% csg/crds si ca marche" : Encore un qui paye tellement d'impôt sur le revenu qu'il n'a pas encore compris le principe des tranches?
"la france recolte ce qu'elle seme " : 0% d'imposition sur les PV immobilière, protection contre la baisse du cours de l'immobilier, etc. Défiscalisation sur l'assurance vie, etc... Pas de magie, à côté de ça, l'investissement dans les entreprises est risqué.
Réponse de le 26/02/2015 à 14:58 :
encore un qui"ne brille pas par sa culture fiscale"!Ne pas connaitre les tranches ....mais la ramener!....
a écrit le 14/02/2015 à 22:14 :
additif : le fait pour la société financière de changer d'appellation pour se refaire une virginité n'a rien changé : il y avait 2 types d'actionnaires , les ordinaires et ceux qui bénificiaient de l'effet de levier : pour eux , quelques soient les résultats de l'entreprise , l'effet de levier leur était du !
a écrit le 14/02/2015 à 22:08 :
additif : cette société financière a finalement changée d'appellation , en passant de Nati... en Nate... , ou inversement , mais ça n'a pas changé grand choses : il y avait
a écrit le 14/02/2015 à 20:47 :
Si les journalistes versaient plus dans l'investigation, ils auraient constaté que le patrimoine de nos politiques est massivement orienté vers l'immobilier... et leur auraient proposé devant tous de vendre ceci pour montrer l'exemple en investissant dans nos PME...
Mais bon le risque en France...
Réponse de le 14/02/2015 à 22:11 :
Nos politiques sont les premiers à ne pas croire en l'économie privée: ils planquent leur fric à la caisse d'épargne, dans l'immobilier, et ils sortent quasiment tous de la fonction publique: l'aversion au risque est totale, et si jamais un entrepreneur s'en sort, alors forcément c'est un sale patron exploitateur et il faut l'accabler de taxes.
Réponse de le 14/02/2015 à 23:13 :
Certains n'ont rien en "fortune" car étant (haut)fonctionnaires, la paie, prévisible, est garantie à vie, et la retraite ensuite. Ils peuvent consommer 99% de leurs revenus chaque mois, jamais de crainte du lendemain, pourquoi économiser ?
a écrit le 14/02/2015 à 20:23 :
correctif : je perdais 200 euros/mois , et en plus avec le placement "sécurité" , dit de père de famille quoi : j'ai quand meme attendu 3 ans , car je dois etre maso !
a écrit le 14/02/2015 à 20:19 :
Article un peu facile. Il y avait une solution ***enfantine*** pour améliorer le financement des entreprises françaises: le LDD.
Pourtant ce n'est pas celui ci dont le plafond a été augmenté mais le livret A... pourquoi????
a écrit le 14/02/2015 à 20:12 :
J'ai eu des actions dans mon entreprise , tout était merveilleux au début , puis une société financière a été crée pour gérer tous ces fonds , Nati..., elle a tout dilapidée , je perdais 20 euros/mois , je ne me rappelle plus très bien avec la conversion des francs en euros , au bout de 3 ans j'ai tout liquidé , avec raison , j'avais perdu 60% de mes avoirs !
a écrit le 14/02/2015 à 19:38 :
J'ai eu un PEA pendant 9 ans, et ai perdu 16% (avec divers produits, pas un seul, faut toujours répartir, diversifier).
Les actions, soit on est "patient", l'esprit froid , on s'y connait et on gère, ou on passe par des "spécialistes" pour gérer. Que ce soit en ou hors PEA, en acheter et laisser "mijoter" c'est pas bon.
Sur mes assurances vie, j'ai 20% de non garanti, la partie que je peux "perdre" voire démultiplier (un truc avait pris 80% mais peu en somme, s'est calmé depuis).
a écrit le 14/02/2015 à 19:05 :
Amusant, comme article...
En passant : "si les Français sont si peu enclins à placer leurs économies en Bourse, c'est également parce qu'ils ne brillent pas par leur culture financière".. Tu parles. Ils ont peut-être TROP de connaissances "financières" et notamment concernant la "bourse"...
Sinon, Magnifique Article qui montre, fallait-il encore insister, que les BANQUES ne prêtent plus aux entreprises. Et elles savent pourquoi (les banques, mais aussi les entreprises).
Allotheur : merci de ne pas tous nous prendre complètement pour des billes, à moins que vous ne soyez évidemment "financier"... Et là, c'est plus qu'un doute qui m'habite. Salutances rapaces.
a écrit le 14/02/2015 à 18:57 :
Comment investir dans un pays ou on invente une taxe tout les jours !!! Personnelement, je ne ferais aucun investissement tant que les socialos seront au pouvoir. Pour investir, il faut avoir confiance !!!
Réponse de le 14/02/2015 à 20:13 :
Effectivement le fait d'avoir fait un impôt rétroactif a été la PIRE décision que l'on puisse faire d'un point de vue économique ... Et malheureusement ils ne l'ont toujours pas compris. Bref une preuve de plus de leur incompréhension de l'économie réelle (tout ce qui n'est pas de l'argent qui tombe du ciel ... ou plutot des poches des contribuables).
Réponse de le 14/02/2015 à 23:16 :
C'est un truc pourtant pratique. Il manque 1000 en fin d'année ? Une petite règle de trois, et la rallonge est réclamée. Un moyen bizarre, trop facile, pour assurer son budget.
Parait que la rétroactivité est terminée, à savoir si c'est pour tout (méfiance élémentaire !).
Réponse de le 26/02/2015 à 15:03 :
Idem pour la rallonge des impôts fonciers..chaque mois de Novembre.
a écrit le 14/02/2015 à 18:50 :
Regardez les déclarations de patrimoine de nos élus comment voulez vous qu'ils soient crédibles en nous disant d'investir dans le capital des entreprises. Montrez nous l'exemple d'abord
a écrit le 14/02/2015 à 18:18 :
c'est le problème de ce pays : la frilosité, l'esprit entrepreneurial limité.
comme le disait le Journal des Chambres de Commerce en 1914 : les entrepreneurs allemands sont conquérants ; les Français sont très prudents.
a écrit le 14/02/2015 à 18:02 :
En terre socialiste dirigée par des fonctionnaires, il faut être prudent avant d'investir. Le mieux c'est d'investir ailleurs et puis même d'émigrer. Il faut laisser les socialistes consommer ce qu'ils produisent..... :-)
Réponse de le 15/02/2015 à 15:16 :
Voila quelqu'un qui ne cesse de répéter au fil de ses posts qu'il faut partir et qui est toujours là. Pourquoi ne pas se l'appliquer à lui même? Quelle est la crédibilté de ses écrits?
a écrit le 14/02/2015 à 17:49 :
et pourquoi donc, nos politiques bien "gras", n'investissent pas, "eux"? que craignent t-ils? s'ils perdent quelque chose dans des kracks éventuellement, ils ne resteront pas sur la paille, contrairement aux Français !!
a écrit le 14/02/2015 à 17:29 :
@Christine Lejoux: parce que selon toi, les banques bisounours et généreuses comme elles sont n'utilisent pas l'argent des dépôts ? tu prends les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ou pour des idiots :-)
Réponse de le 14/02/2015 à 17:55 :
Les banques ne peuvent utiliser les dépôts qu'elles ne détiennent pas tels que ceux des comptes défiscalisés qui représentent l'essentiel des dépôts des français. C'est grâce à ces dépôts (détenus par la CDC) que l'état français peut emprunter pour une bouchée de pain.
Réponse de le 15/02/2015 à 12:07 :
@Michel: désolé, mais je te trouve un peu naïf. Entre la loi et la réalité, il y a un ravin infranchissable. La loi s'applique aux sans dents, tandis que la réalité est réservée aux puissants. On ne refait ni le monde, ni la nature humaine :-)
Réponse de le 15/02/2015 à 14:04 :
@Michel: je répète en bref ma réponse précédente: beaucoup de naïveté, la France n'est pas un pays démocratique et il y règne le pouvoir des maffieux légitimes qui n'ont que faire des lois réservées aux sans dents :-)
Réponse de le 15/02/2015 à 22:11 :
++++ 10000000
Réponse de le 26/02/2015 à 15:30 :
Relire Wikipédia à propos de livret A svp;
Depuis le 01/01/2009(Loi de modernisation de l'Economie du gvt Fillon)les banques ne doivent verser QUE 65% de l'encours du Livret A et du LDD à la Caisse des Dépôts.
Depuis Juillet 2013:diminution de ce versement de 20 Milliards d'Euros.;

Donc,plus de 35% des versements sur livret A et LDD dans une banque est UTILISEE par cette banque ,et non pour le logement social (livret A)et le financement des PME et des travaux d'énergie des bâtiments anciens(LDD).
Toujours les mêmes complicités banksters et politiques au détriment des citoyens!
a écrit le 14/02/2015 à 17:17 :
Les Français sont dirigés par des aventuriers qui détestent l'entreprise et le travail, pourquoi voudrait-on qu'ils soient encouragés à investir dans la création d'emplois ?
a écrit le 14/02/2015 à 16:51 :
Pourquoi pensez vous que les français soient si récalcitrant au soit disant réformes et font de l'épargne...? Parce qu'il n'ont pas confiance dans l'UE de Bruxelles tout simplement!
a écrit le 14/02/2015 à 16:46 :
Hormis le coût de l'immobilier et le comportement propriétaire/locataire qui est l'explication majeure, une autre partie de l'explication vient du fait que la part de marché du secteur public dans les prestations personnelles obligatoires (santé, retraite, éducation/formation...) est beaucoup plus importante qu'ailleurs et que le sport national consiste à éviter de payer ces prestations qu'on reçoit gratuitement : aux US il est assez difficile d'épargner après avoir payé les études, l'assurance santé et le fonds de pension auquel on a souscrit.
a écrit le 14/02/2015 à 16:24 :
Les intervenants sur ce site qui ne comprennent pas les prix élevés de l'immobilier en France, l'absence de baisse significative des prix malgré la conjoncture économique et le fait que ceux-ci ne fléchiront qu'à la marge ont ici une démonstration flagrante de ce que j'explique depuis longtemps: les prix sont complètement détachés des fondements économiques du fait de la montagne d'épargne sur laquelle sont assis les français et qui sont principalement orientés vers l'immobilier et l'assurance vie. L'assurance vie à elle seule c'est 1,5 milliards d'euros soit pas loin de la dette nationale. Que le petit couple de jeunes ne soit pas en mesure de pouvoir s'acheter son appartement ne modifie pas l'orientation générale quand le patrimoine des français représente 10 milliards, ceux ci resteront locataires, et l'immobilier continuera de servir de réceptacle principale de la monstrueuse épargne des français qui en ont les moyens.
a écrit le 14/02/2015 à 16:20 :
Cela prouve bien que les français sont beaucoup plus responsable que tous les Politiques qui dilapident l argent facile , il veulent notre epargne que l on c est faite pendant nos 42 ans de travail Et de perseverence !
Réponse de le 14/02/2015 à 16:32 :
vous avez raison.
a écrit le 14/02/2015 à 16:18 :
Les Français ont bien raison de ne pas donner leur argent aux patrons voyous qui ne font plus le jeu du vivre ensemble, fraudent le fisc, chantage à l'emploi, régression salariale et sociale, refus de contribuer au financement de la caisse familliale alors qu'ils en bénéficient....
Les entreprises après avoir ruiné les états voudraient bien mettre à genoux les ménages et brûler leur économie....
Réponse de le 14/02/2015 à 16:45 :
pas de patron égale pas d'entreprise égale pas de richesse! Vous sortez du XiXe siècle. il est grand temps que vous vous posiez les vraie questions à partir de fait objectif plutôt que de continuer dans une idéologie mortifere
Réponse de le 14/02/2015 à 17:17 :
Enormissime !!! merci pour ce grand éclat de rire
Réponse de le 08/07/2016 à 10:18 :
rb, laissez hurler les ultras libéraux, vous avez raison concernant les grandes entreprises du CAC 40 : seuls (certains) patrons de PME ou les artisants méritent d'être financé par les épargnants !! un seul mot d'ordre : PROXIMITE !!!
a écrit le 14/02/2015 à 15:32 :
Un pays de fonctionnaires de gauche ne va pas investir dans l'économie.
Réponse de le 14/02/2015 à 16:33 :
perdre nos économies.
Réponse de le 14/02/2015 à 20:16 :
et le problémen c'est que le reste du pays qui n'est ni fonctionnaire ni de gauche n'a pas trop envie de s'investir non plus et pour cause!
a écrit le 14/02/2015 à 15:12 :
Même les riches vivant en France préfèrent épargner dans les banques suisses ; faut avoir de l'argent à perdre pour investir dans les entreprises française.
Réponse de le 14/02/2015 à 16:21 :
Vous avez tort. Je suis investi dans les entreprises Françaises depuis plus de 20 ans, et malgré les crises, je suis gagnant.Arrêtez votre french bashing.
a écrit le 14/02/2015 à 15:10 :
Moi je ne laisse pas l'argent dans un tiroir ; j'investis dans l'immobilier, mais à l'étranger, là ou c'est porteur.
a écrit le 14/02/2015 à 15:06 :
le vrai problème c'est que les français ont besoin de "carottes","d'avantages fiscaux" pour investir dans les start ups.bref plutot que d'etre des capitaines d'industrie, ils sont des capitaines de pédalo!le gouvernement a beau essayer de les entrainer,la vérité c'est que les français ont des esprits de fonctionnaires!il faut taxer plus lourdement les assurances vies et autres livrets A pour envoyer cet argent irriguer l'économie vivante
Réponse de le 14/02/2015 à 15:13 :
bien d'accord avec vous.
Réponse de le 14/02/2015 à 16:25 :
Dis, t'es sur que t'es au PS toi?
Réponse de le 14/02/2015 à 16:52 :
Pourquoi toujours avoir le mot 'taxer' en bouche ? , on en a marre des taxes et celui qui épargne n emmerdera personne et ne demandera aucune aide qd il prendra sa retraite .
Réponse de le 14/02/2015 à 17:00 :
En fait il faut une flat tax sur le patrimoine protégé par le régalien (c'est donc une redevance tout à fait normale rémunérant la protection des biens et non un impôt à proprement parler : quand la police surveille une maison ou quand l'armée évite qu'elle soit bombardée ça coûte et donc il est normal que le propriétaire paye cette prestation comme n'importe quelle assurance). Mais on ne peut protéger une action (sa valeur peut tomber à zéro du jour au lendemain), ce qu'on protège ce sont les actifs des entreprises à payer par les entreprises ou les consommateurs clients de ces entreprises via la TVA. Enfin l'impôt sur le revenu ou la CSG doivent être prélevès quand l'argent profite vraiment à la personne c'est à dire quand ses actions sont vendues...il faut donc asseoir l'impôt sur la différence entre les ventes et achats d'action...de même il ne doit pas y avoir de droits de succession sur les actions (l'héritier paiera plein pot l'impôt sur le revenu quand il les vendra). Je pense qu'avec ces dispositifs, les gens investiraient davantage en actions...
Réponse de le 14/02/2015 à 17:11 :
et ceux qui refuseront seront déportés et parqués dans des camps ou les éliminera pour enfin récupérer leurs économies...
a écrit le 14/02/2015 à 15:00 :
le Français est-il à même de comprendre la Finance????
Lui demander d'aller en Bourse!!! sacrilège de gauche,et à droite,cette dernière ne considère le postulant qu'à partir du million d'euros!!!
combien d'artistes et autres célébrités peut au fait du monde HSBC ont été escroqués???
alors oui,les boursicoteurs ont en 10 ans fondus de moitié;
M.Hollande a finalement raison la finance est une ennemi quand on ne sait pas s'en servir
a écrit le 14/02/2015 à 14:06 :
"Les débuts mitigés du PEA-PME, qui offre la possibilité d'investir 75000 euros maximum dans des actions de PME et d'ETI, permettent d'en douter."

Quel euphémisme pour ne pas dire que le PEA-PME a fait un bide complet. Tant qu'il n'y aura pas de carotte fiscale supplémentaire pour le PEA-PME par rapport au PEA classique, les investisseurs n'auront aucun intérêt à prendre plus de risques en plaçant leur capital dans des PME à la comptabilité précaire.
a écrit le 14/02/2015 à 14:05 :
Investir pour se faire plumer ou se faire traiter de parasite d'actionnaire? Il faut partir.
Réponse de le 14/02/2015 à 22:05 :
Pierpol
n'hésitez pas ..... partez !
Votre ombre disparue permettra à de belles pousses de faire leur place.... la nature a horreur du vide !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :