La Tribune

Immobilier : les Français ont du vague à l'âme

Sophie Sanchez  |   -  532  mots
49% des personnes sondées par l'Ifop pour la Fnaim, la Fédération nationale de l'immobilier, jugent le contexte économique peu favorable à l'immobilier.

Les Français devraient lire un peu plus les journaux. Ils seraient plus au fait des réalités économiques. Un sondage réalisé les 1er et le 2 octobre derniers par l'Ifop pour le compte de la Fnaim, la Fédération nationale de l'immobilier, est édifiant. Sur les 871 personnes âgées de 25 ans et plus interviewées, 54 % jugent les taux d'intérêt actuels non attractifs alors que ces derniers sont revenus au niveau de 2004. La solvabilité des ménages a, d'ailleurs, progressé de 7,7 % sur un an et retrouvé, selon la Fnaim, son niveau de 2002.

Les mêmes sont aussi 20 % à penser que les prix immobiliers à la vente au cours des six derniers mois ont plutôt augmenté, sachant que le syndicat d'agents immobiliers chiffre à 7,8 % la baisse des prix sur douze mois à fin septembre 2009, par rapport aux douze mois précédents. Toutefois, 47 % des sondés ont conscience de cette baisse des prix.

L'étude n'en est pas moins intéressante dans la mesure où elle révèle que les Français jettent un regard morose sur le marché immobilier. 61 % des sondés estiment que la situation économique n'est pas propice à l'achat d'un bien. Et 90 % la jugent peu ou pas du tout favorable à la vente ? ce qui témoigne qu'ils perçoivent une situation de blocage du marché. 34 % déclarent d'ailleurs rencontrer des difficultés à revendre leur bien.

Autre fait notable, la plupart des personnes interrogées ont le sentiment qu'il est difficile d'obtenir un crédit immobilier (80 % de l'échantillon dont 34 % estiment que « ce n'est pas du tout facile »). Ce qui fait dire à la Fnaim que, « en dépit des efforts déployés par les banques pour assouplir les conditions de crédit, il semblerait qu'un réel frein psychologique persiste sur les facilités de financement ». Patrick Siksik, président de la chambre Fnaim Provence-Alpes-Côte d'Azur relève : « Les budgets des jeunes ménages sont souvent grevés d'une multitude de petits crédits à la consommation, ce qui amoindrit d'autant leur capacité à emprunter. » Au-delà, c'est la confiance qui fait défaut. L'indicateur de confiance des ménages, mesuré par l'Insee, est tombé très bas. Les trois quarts des personnes sondées par l'Ifop s'estiment touchées par la crise dont 29 % de manière forte ; 18 % seulement déclarent d'ailleurs avoir l'intention d'acheter un bien immobilier, sachant que l'échantillon compte 66 % de propriétaires, 30 % de locataires et 4 % des personnes logées à titre gratuit.

Face au retournement du marché dont la Fnaim estime le recul à 18,7 % sur un an, le syndicat d'agents immobiliers plaide à nouveau en faveur du remplacement du système de la déduction fiscale des intérêts d'emprunts immobiliers au profit du doublement du prêt à taux zéro (PTZ) dans l'immobilier ancien, à l'image de ce qui a été décidé dans le neuf. Mais Bercy pour l'heure s'y refuse. Le PTZ dans l'ancien a de fait, selon certains observateurs, favorisé la hausse des prix, même s'il a eu la vertu de faciliter l'accession à la propriété.

Pour accéder au détail de l'étude, cliquez ici.

Pour accéder à notre opération spéciale "prix de l'immobilier", cliquez ici.

Estimation immobilière gratuite

Réagir

Commentaires

arnaud78000  a écrit le 21/10/2009 à 11:32 :

Bonjour à tous,

Je viens d'acheter ma maison dont j'ai fait baisser le prix de 15 %. Elle me plaisait et tant pis si ça baisse encore. De toute façon, quand l'immo sera au plus bas j'en aurais payé la moitié. Les problèmes de bulle se pose surtout pour des investissements locatifs. Après pour un premier achat, le tout c'est de ne pas trop s'endetter.

GRANDISSIMO  a écrit le 21/10/2009 à 10:26 :

@ grandissimo tu n'y connais rien :
non en effet la banque n'est pas mon domaine n'empêche que les taux proposés aujourd'hui pour acheter sont encore bien trop élevés et que les banques sont en train de reconstituer leur marges aujourd'hui grâce à ces taux. Cependant mon ami, la question posée par cet article n'est pas de savoir si c'est le taux de la bce ou des oat qui sert à déterminer les taux proposés par la banques mais bien de dire qu'on prend les français pour des cons avec cet article et que le prix de l'immobilier est largement déconnecté de la réalité du pouvoir d'achat des français, et pour ça je m'y connais j'ai bossé dans l'immobilier pendant 6 ans !
IL EST URGENT D'ATTENDRE LA BAISSE DES PRIX DE L'IMMOBILIER !!!
LE LOBBY DE L'IMMOBILIER EST PATHÉTIQUE, LA BAISSE NE FAIT QUE COMMENCER !!!

jerome  a écrit le 21/10/2009 à 9:07 :

toujours aussi nuls les propos de la FNAIM..je me demande pourquoi on fait appel à ces cancres de la statistique pour analyser un marché

Eleonore  a écrit le 19/10/2009 à 13:56 :

"la France est un pays socialement correct", incroyable!, il y en a qui vivent aux pays des bisounours, au pays des droits de l'homme il y a + de 2 millions d'enfants pauvres et souffrent de malnutrition, + de 7millions de pauvres, le résultat d'une politique nataliste irresponsable, des gouvernements qui depuis +de 30 ans n'ont pas anticipé, et sont incapables d'assurer l'avenir, de donner un travail aux jeunes, une formation adaptée, un logement et des perspectives d'avenir!!

desintox  a écrit le 19/10/2009 à 8:33 :

"Les Français devraient lire un peu plus les journaux : ... 54 % jugent les taux d'intérêt actuels non attractifs alors que ces derniers sont revenus au niveau de 2004."
Et alors ? j'ai le droit de trouver que c'est encore trop cher, non ?

Et ça continue : "la plupart des personnes interrogées ont le sentiment qu'il est difficile d'obtenir un crédit immobilier (80 % de l'échantillon dont 34 % estiment que « ce n'est pas du tout facile »). Ce qui fait dire à la Fnaim que, « en dépit des efforts déployés par les banques pour assouplir les conditions de crédit, il semblerait qu'un réel frein psychologique persiste".
Ah bon ? ça veut dire que la parole de la FNAIM et des banques, qui sont juges et parties dans cet article, est parole d'évangile? Faudrait pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des demeurés : que ces goinfres de banquiers et d'agents immobiliers fassent encore des efforts : c'est ça le libre marché. Allez, allez, faut baisser encore les taux et les commissions, les gars, dépêchez-vous, vous lisez pas les journaux ? Votre avidité empêche l'immobilier de repartir ...

Et pour finir : "Au-delà, c'est la confiance qui fait défaut. L'indicateur de confiance des ménages, mesuré par l'Insee, est tombé très bas. Les trois quarts des personnes sondées par l'Ifop s'estiment touchées par la crise dont 29 % de manière forte ; 18 % seulement déclarent d'ailleurs avoir l'intention d'acheter un bien immobilier".
Ah bon ? mais je croyais que c'était parce qu'ils ne lisaient pas assez les journaux, ces pov'cons de français ! comme c'est écrit tout au début de l'article ...

berci  a écrit le 18/10/2009 à 16:52 :

pour repondre à mes détracteur, je dirais que la France est un pays socialement correcte (voir plus). on peut très bien se passer de bonbons haribots ou de voiture de sport mais pas de foyer. la loi actuelle donne et donnera , dans l'avenir, un toit pour tous. cette loi à tendance à ce durcire quon le veuille ou pas. quand je parle de logement, je parle également de logement sociaux qui faudra construire en augmentant certainement les impots. l'argent, les mairies ou régions le trouveront. les prometeurs le savent... ils sont patient. manger, travailler et se loger, le peuple le réglame tous les jours et le maire qui veut se faire réélire doit satisfaie à cette demande... et tant pis si le francais moyen tringue...

non berci !  a écrit le 17/10/2009 à 11:04 :

Des classes de 30 au lieu de 22 autrefois ! MDR. C'est ça la preuve de l'EXPLOSION démographique ?? Attendez, j'ai d'autres preuves : A Disneyland les enfants sont obligés de faire la queue pendant des heures. Et l'autre jour, il n'y avait plus de bonbons Haribo chez mon boulanger.
Sérieusement, Il n'y a pas de croissance démographique à la mesure du nombre constructions récentes.

Eleonore  a écrit le 17/10/2009 à 8:25 :

@berci, vous êtes victime du formatage médiatique,
Le marché immobilier ne dépend pas pas de l'augmentation de la population, mais du pouvoir d'achat de celle ci,( s'il y a 30 élèves dans les écoles, le nombre d'enseignants a été revu a la baisse) les revenus n'ont pas suivi la courbe ascendante de 140% de l'immobilier, les entreprises pour résister a la concurrence et les patrons pour préserver leurs revenus ne sont pas prêts de changer de mentalité!
S'il y a une augmentation de la natalité, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour l'économie, la France certes a un politique qui favorise la natalité, mais elle est la plus mauvaise élève d'Europe puisque le taux de chômage des jeunes reste le plus important, et elle est incapable de loger les jeunes à des prix raisonnables, et d'offrir une formation adaptée a la mutation de la société, il faudra des années pour sortir de ce marasme, les jeunes vont payer les dettes des ainés..et un confit si rien n'est fait, de génération!
Il y a également un paramètre que l'on oublie, le vieillissement de la population et son impact sur l'économie, baisse du pouvoir d'achat des retraités, dépendance. Cette population possède le patrimoine immobilier dans ce pays, des biens immobiliers qui ne sont plus aux normes, dans les campagnes; couteux a l'entretien, et ils ne sont pas éternels, ils vont se retrouver sur le marché.
Le marché du neuf n'est pas épargné, c'est en France que les prix du BTP ont le plus augmenté, et pour certaines constructions une qualité médiocre qui ne répond pas aux normes d'économies d'énergies.
L'inflation va repartir a la hausse, les taxes et les impôts aussi, et le marché immobilier devra se mettre au diapason, c'est une question de bons sens!

berci  a écrit le 16/10/2009 à 17:43 :

le probleme avec l'immobilier, c'est quil est difficile de dire que les prix vont baissé avec une population francaise en constante hausse. 3 enfants par foyers... aujourd'hui 60000000 demain combien seront nous en france? regardé déjà dans l'école de vos enfants, il y a longtemps que celle-ci ne sont plus à 22élèves mais bien à 30 voir plus. la population explose et il y aura toujous une demande. pas tout de suite maiscertainement d'ici 2 à 4 ans. celà va redémarer et la presse pousse à se redémarrage. vous verez...

futur acheteur  a écrit le 15/10/2009 à 5:24 :

@Friggit ras le bol : Oui, le marché immobilier est un marché d'offre et de demande, mais la demande est basée sur la capacité d'acheter, donc sur le pouvoir d'achat des ménages, ce qui nous ramène à la courbe de Friggit. Presque tous les hommes aimeraient avoir une voiture de sport, ils se contentent de ce qui est dans leurs moyens.

Les chiffres de la FNAIM n'ont aucune valeur, comment faire confiance à des gens qui sont juges et partis? La correction des prix à la baisse se fera, et d'autant plus vite que la situation économique ne permet pas un plein-emploi et une hausse du pouvoir d'achat des ménages.

Galandris  a écrit le 14/10/2009 à 18:41 :

Accuser les Français d'être peu au fait de l'évolution des prix sous prétexte qu'ils pensent que les prix ont augmenté sur 6 mois, c'est leur faire un mauvais procès (paragraphe 2) : d'après le chiffres de la FNAIM, l'indicateur des prix en mars était un peu au-dessus de 180, il s'établit pour août à 189. Source: l'indice mensuel des prix de l'ancien publié par la FNAIM. Que l'on trouve, en étant informé, l'idée d'une hausse des prix saugrenue, c'est une chose, mais que la FNAIM reproche au grand public d'accorder du crédit aux chiffres qu'elle publie est d'une grande ironie. Même eux n'y croient pas, visiblement, et ils s'indignent de rencontrer des gens pour y croire.

Eleonore  a écrit le 14/10/2009 à 18:00 :

Un prix doit être surtout corrélé au pouvoir d'achat des ménages, c'est une question de bon sens, mais ils ont oublié cette règle, (vendeurs banquiers et AI)certains responsables de l'immobilier et de la finance ont utilisé les médias pour désinformer manipuler les chiffres et profiter de la crédulité des victimes de la bulle, qui n'évoluent pas dans le cercle des initiés et ont payé des biens 2 a 3 fois supérieurs a leur valeur et leur capacité d'achat.
Pour cette raison qu'on donne le droit aux acheteurs de demander en leur faveur la rescision de vente pour lésion

Deja vu  a écrit le 14/10/2009 à 17:42 :

Les français sont des veaux
les agents immo sont des cow-boys
les français ont choisi leurs maitres

phil  a écrit le 14/10/2009 à 14:34 :

Les français sont des veaux, mais ils ne vont pas à l'abattoir en suivant la FNAIM !
Il ne faut pas regarder les taux de 4% mais surtout le différentiel par rapport à l'inflation qui est de 3%, ce qui rend le crédit très cher.
De même, quelle est la valeur ajoutée des agents immobiliers pour justifier leur niveau de commission?

Grandissimo tu n y connais rien  a écrit le 14/10/2009 à 12:02 :

Les taux des banques ne sont pas liés à celui de la BCE mais aux OAT à 10 et 15 ans. La BCE ne prête qu'à 1 an maxi (ce qui est déjà un effort récent de sa part car c était 6 mois il y a peu). donc une banque se coubre en empruntant également à long terme. Sinon dès que les taux remontent elle fait faillite ! Donc avant de dire qu'une journaliste n y connait rien il faut soit même être un peu cultivé...

Friggit ras le bol  a écrit le 14/10/2009 à 11:58 :

Ras le bol que le seul argument soir la courbe de Figgit ? vous n avez rien lu d autre ? vous ne savez pas qu un prix est surtout donné par la loi de l offre et de la demande ?

adn  a écrit le 14/10/2009 à 11:31 :

Il faut juste regarder les courbes de Friggit pour voir le délire de cette bulle immo. 140 % de hausse, nous aurons donc 70% de baisse à laquelle il faudra ajouter l'inflation. La correction sera sévère et rapide (nous visons tous 50% d'ici fin 2010.
De toute façon plus la correction sera rapide et plus les ventes reprendront

Ici, ils font la même propagande que lors de la crise immo en 90, tout va bien, celà ne descendra pas plus, c'est le moment d'acheter. Sauf que maintenant il y a internet et les gens se renseignent

adn  a écrit le 14/10/2009 à 11:31 :

Il faut juste regarder les courbes de Friggit pour voir le délire de cette bulle immo. 140 % de hausse, nous aurons donc 70% de baisse à laquelle il faudra ajouter l'inflation. La correction sera sévère et rapide (nous visons tous 50% d'ici fin 2010.
De toute façon plus la correction sera rapide et plus les ventes reprendront

Ici, ils font la même propagande que lors de la crise immo en 90, tout va bien, celà ne descendra pas plus, c'est le moment d'acheter. Sauf que maintenant il y a internet et les gens se renseignent

Alex  a écrit le 14/10/2009 à 10:26 :

J'ai perdu du temps à lire cet article.
Sophie vous devriez lire d'autres articles et vous aérer un peu l'esprit...

GRANDISSIMO  a écrit le 14/10/2009 à 9:53 :

Le parti pris de ce journaliste est proprement scandaleux, c'est une propagande insuportable. Que cette journaliste se situant à des années lumières de la réalité quotidienne de ses concitoyens sorte de sa micro bulle parisienne :
NON les taux actuels ne sont pas attractifs, ils devraient être encore plus bas vu le taux directeur de la BCE (autour de 1%), les banques se renflouent sur notre dos grâce aux prets immobiliers actuels (autour de 4%), voyez un peu le différenciel !!!
De plus, cette journaliste devrait connaitre le salaire médian d'un ménage français et constater par elle même la somme que celà permet d'emprunter et par conséquent le type de bien qu'il est possible d'acheter à l'heure actuelle !!! ...C pas avec ça qu'on va faire une France de propriétaires ! IL EST URGENT D'ATTENDRE UNE BAISSE DES PRIX DE 30% MALGRE LE LAVAGE DE CERVEAU QUE LE LOBBY IMMOBILIER NOUS IMPOSE !!!

Pseudo  a écrit le 14/10/2009 à 9:19 :

Lisez ceci :
http://abcbourse.com/analyses/chronique-immobilier_le_syndrome_du_nuage_de_tchernobyl-272.aspx
Vous serez ainsi "plus au fait [de certaines] réalités économiques".

Pseudo  a écrit le 14/10/2009 à 7:49 :

"Les Français devraient lire un peu plus les journaux." C'est vous qui le dites.

Les journalistes devraient un peu plus lire les blogs et forums économiques (et notamment immobiliers).

Diabolo  a écrit le 14/10/2009 à 6:56 :

un frein psychologique sur les facilités...

vous m'en direz tant !!
Je ne savais pas que FNAIM était la parole divine et que La Tribune marchait avec
pauvre France, ou vas-tu ??

Ma chère Sophie, c'est un article de piètre qualité, qui de plus, insulte les français...

Zaz  a écrit le 14/10/2009 à 6:32 :

A Dr Khone
Ce n'est pas ce que dit l'article. C'est la solvabilité des ménages qui est revenue au niveau de 2002, autrement dit : on peut emprunter autant qu'en 2002.
bien entendu, avec la hausse des prix, on peut emprunter autant qu'en 2002, mais pour acheter une surface plus petite.

php  a écrit le 14/10/2009 à 6:23 :

cet article illustre bien le clivage entre la presse économique, les élites d'une part et la population d'autre part. "Les Français devraient lire un peu plus les journaux. Ils seraient plus au fait des réalités économiques" dites vous. La réalité économique pour la plupart des français, c'est leur budget, et les menaces sur leur emploi. Que l'on soit fonctionnaire ou dans le privé la menace de perte d'emploi (2000 licenciements/jour, impossible de s'inscrire à l'ANPE faute de personnel...) les charges incompressibles qui augmentent (loyer, énergie, taxes,santé,assurances, etc..) sans compter qu'il devient improbable que nos enfants accèdent rapidement à une autonomie financière (quel taux chômage chez les moins de 25 ans ?) même au prix d'études de plus en plus longues et couteuses." la réalité c'est ce qui résiste à l'idéologie" votre discours est idéologique les faits sont là. c'est ça le réel

Bren  a écrit le 14/10/2009 à 5:53 :

C'est vrai ça, les français ne font pas suffisamment confiance en la Fnaim. Il n'y a pas de meilleur moment pour investir dans l'immobilier : excellent perspectives de plus value à court terme, rendements édifiant (cf Paris), marché ultra liquide, prêts possibles sans apport, et sur plus de 20 ans. Il y en a marre des articles sponsorisés par la Fnaim.

Dr Khone  a écrit le 14/10/2009 à 5:23 :

Le pouvoir d'achat de 2002 ! Mais de qui se moque-t-on ? Entre 2002 et 2008, les prix ont augmentés de 50% et la première baisse enregistrée par la FNAIM de 7.8% annulerait cette augmentation. Pour information, j'ai acquis en août 2003 un appartement F2 de 52 m² dans le 95110 pour 100000 euros tout ronds financés à 100% par la banque, ce qui nous ramenait la mensualité à 660e sur 20 ans. Allez voir les prix sur des sites d'annonces et dites moi si vous pouvez vous payer la même chose avec ce budget.

MUTCH  a écrit le 14/10/2009 à 4:56 :

Les Français ne sont pas duppe les journaux c'est de la désinformation ou du fait divers la réalité c'est ce que vive les Français et celà ne va pas s'arranger l'immobilier est déjà trop taxé il y a du boulot pour le gouvernement et les taux foutaise des banques ils nous prennent pour des gogoles