Repentin, le favori de la profession immobilière au portefeuille du Logement

 |   |  475  mots
Thierry Repentin est l'un des favoris pour succéder à Sylvia Pinel en tant que ministre du logement.
Thierry Repentin est l'un des favoris pour succéder à Sylvia Pinel en tant que ministre du logement. (Crédits : DR)
Les professionnels de l'immobilier verraient bien Thierry Repentin prendre la place de Sylvia Pinel, sur le départ, en tant que ministre du Logement. L'ancien sénateur est très respecté dans ce milieu. Le président de Century 21 Laurent Vimont est l'un de ceux qui citent nommément l'ancien parlementaire

Pressenti comme l'un des successeurs potentiels de Sylvia Pinel à la tête du ministère du Logement, Thierry Repentin a en tout cas le soutien de certains professionnels de l'immobilier, au premier rang desquels Laurent Vimont, le président de Century 21. Celui-ci a déclaré lors d'une conférence de presse ce lundi qu'il « aimerait bien » que Thierry Repentin soit nommé ministre du Logement, pour sa bonne connaissance du secteur.

Ancien président de l'USH

D'un point de vue objectif, l'ancien Sénateur de Savoie a toutes les chances de remplacer Sylvia Pinel, élue vice-présidente de la nouvelle région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, et qui préfère quitter son poste de ministre dans les prochaines semaines, afin de ne pas cumuler les mandats.
Thierry Repentin est depuis plusieurs années perçu, que ce soit par la profession ou par ses collègues, comme le parlementaire socialiste le plus expert des questions de logement. Il a, il faut dire, occupé entre 2008 et 2012 le poste de président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui rassemble les 5 fédérations du logement social, et ensuite conseillé François Hollande durant sa campagne sur les sujets d'habitat et de politiques de la ville.

Alors qu'on l'attendait ministre du Logement dès l'arrivée au pouvoir de François Hollande, il a, à la surprise générale, été nommé ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, puis ministre délégué aux Affaires européennes. Mais après un nouveau remaniement, l'ancien Sénateur est revenu en 2014 à son sujet de prédilection en tant que délégué interministériel à la mixité sociale dans l'habitat, un poste qu'il occupe toujours. Il est notamment chargé de donner un coup d'accélérateur à la mobilisation promise du foncier public afin de construire davantage de logements.

Jeux politiques

Si, au sein du camp socialiste, sa nomination apparaîtrait une nouvelle fois comme une évidence, l'avenir de Thierry Repentin est aussi lié aux alliances politiques. Car la nomination de Sylvia Pinel au poste de ministre du Logement découlait en premier lieu de son appartenance au Parti radical de gauche (PRG), un solide allié du PS. Or, son désistement pourrait entraîner son remplacement par un autre membre de son parti. En l'occurrence, le nom de Jean-Michel Baylet, le président du PRG, est cité aux côtés de celui de Thierry Repentin pour prendre la tête du ministère du Logement.

Reste à savoir, d'une part, si un « simple » poste de ministre du Logement satisfera celui qui était tout de même l'un des six candidats à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle de 2012. Et si d'autre part, son éventuelle entrée au gouvernement ne créerait pas un jeu de chaises musicales qui dépasserait le seul cadre du ministère du Logement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2016 à 16:33 :
La semaine dernière il était pourtant question de Jean-Michel Baylet, le mentor...
http://la-loi-pinel.fr/sylvia-pinel-sur-le-depart-jean-michel-baylet-pressenti/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :