Le vin "made in China" peine à percer

Le vin chinois ne séduit pas à l'étranger et ne s'exporte pas. La Chine est pourtant le 5e producteur mondial.
Vinexpo à Hong Kong le 27 mai 2014
Vinexpo à Hong Kong le 27 mai 2014 (Crédits : Reuters)

Populaire en son pays mais toujours considéré avec force suspicion ou mépris hors de ses frontières, le vin chinois ne s'exporte pas. Pourtant, en matière de vin, le pays le plus peuplé du monde bat depuis quelques années tous les records : 20 millions d'hectolitres produits par an le placent au 5ème rang mondial. La Chine est également le cinquième pays consommateur de vin et même premier consommateur de vin rouge devant la France.

Problème: "l'appétit pour les vins "made in China" en dehors de la Chine est très limité", confie à l'AFP Judy Chan de la société Grace Vineyard qui cultive 300 hectares de vigne dans les régions septentrionales du Shanxi et du Ningxia. Aussi les producteurs "ne font-ils guère d'efforts pour séduire les marchés étrangers", note Lu Wen, responsable de la production du groupe Dynasty Fine Wines. Et de poursuivre:

"Ces marchés sont matures alors que nous, nous en sommes au stade embryonnaire. On peut imaginer une demande des Chinois de l'étranger, mais on ne peut tout simplement pas espérer aller au-delà."

Un ralentissement des ventes

Le ralentissement des ventes de vin contraint les marchands à revoir leurs stratégies de vente, ont analysé les participants de la Vinexpo qui se tenait fin mai dernière à Hong Kong. De tels changements devraient induire des modifications dans la distribution, l'introduction du e-commerce ainsi que dans l'apprentissage des consommateurs de classe moyenne.

>> Vin : accord franco-chinois conclu

Un enjeu primordial pour la croissance à long terme de l'industrie du vin en Chine. Les ventes des vins de Bordeaux, chers, ont chuté en Chine de 80% a précisé à South China Morning Poste Patrice Ricard, président de Vintex et négociant français. Il a ajouté que son entreprise se focaliserait dorénavant sur des vins qui avoisineraient le prix de 5 euros la bouteille.

>> Pénalisés, les Bordeaux ne profitent pas de l'attrait croissant des Chinois pour les (bons) vins

Des progrès en qualité

Le marché du vin chinois avait pourtant fait des progrès en matière de qualité : l'arrivée de techniciens et d'investisseurs étrangers comme les Domaines Barons de Rothschild dans le Shandong (Est).

Des œnologues français ont même été embauchés pour parfaire leur savoir faire. Cependant selon un négociant français installé à Shanghai "on reste sur des objectifs de quantité". En décembre 2011 un concours de dégustation avait ainsi donné l'avantage à cinq vins chinois sur cinq Bordeaux vendus au même prix en Chine. Mais les conditions de la compétition avaient été remises en question puisque les vins français de valeur intermédiaire auraient été mis face aux meilleurs crus chinois.

>> Sacrilège : les vins chinois considérés meilleurs que les vins français !

"La Chine finira par bouleverser le monde du vin"

La Chine couvrirait en outre 80% de ses besoins même s'il est vrai que les vins importés, taxés à 50%, s'accaparent des parts de marché. A titre d'illustration un adulte chinois consommerait chaque année 1.5 litres de vin tandis qu'un adulte français en consommerait 51.9 litres chaque année, pendant qu'un américain se délecterait de 13.3 litres par an selon l'IWSR.

Rappelons enfin que les scandales à propos du marché de la contrefaçon du vin en Chine n'aident pas à l'exportation du vin chinois vers l'étranger. Selon Debra Meiburg MW, auteur primée en œnologie et 7ème dans la liste des femmes les plus puissantes dans le vin citée par l'AFP, il faudra attendre plusieurs années pour que le vin chinois devienne intéressant:

"Cela prend du temps. On ne plante pas des vignes pour tirer du bon vin l'année suivante. Les jeunes vignes produisent un vin moins flatteur, c'est la nature."

Elle prévient d'ores et déjà que la Chine "finira par bouleverser le monde du vin." En attendant que les vignes mûrissent, Angel Lee, directeur de la maison de négoce MBL basée à Hong Kong, considérant le vin comme un art de vivre, souligne que "nous aimons les produits typiques de leur région d'origine. En Chine, c'est le thé".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 04/06/2014 à 12:33
Signaler
Et pourtant le vin chinois se trouve actuellement parmi les meilleurs du monde, parole d'experts français. Il y a deux ans c'étaient des vins chinois qui ont remporté les premiers prix lors du Salon International du Vin à Bordeaux devant des crus.......

le 04/06/2014 à 14:26
Signaler
En effet, ils sont excellents, je suis obligé de le dire.

à écrit le 04/06/2014 à 11:07
Signaler
le vin chinois domine déjà le marché chinois c'est déjà pas mal pour un pays qui ne possède la tradition du vin, et qui réussis à ne pas se faire envahir par les vins étrangers.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.