Budget 2015 : Bruxelles accorderait à la France quatre mois de répit

 |   |  383  mots
L'amende qui pourrait être prononcée par Bruxelles contre la France au terme de la procédure pourrait représenter jusqu'à 0,2 % du PIB français, soit plus de 4 milliards d'euros.
L'amende qui pourrait être prononcée par Bruxelles contre la France au terme de la procédure pourrait représenter jusqu'à 0,2 % du PIB français, soit plus de 4 milliards d'euros. (Crédits : reuters.com)
La Commission européenne, qui doit se réunir vendredi, voudrait reporter au mois de mars sa décision sur une éventuelle sanction contre la France, rapporte Le Figaro. Bruxelles attendrait de voir si Paris est en mesure d'ici là d'adopter les réformes demandées, notamment via la loi Macron.

Jusqu'à mars 2015. C'est le délai supplémentaire que Bruxelles s'apprêterait à accorder à la France avant de décider si sanctionner Paris, qui a annoncé en septembre ne pas pouvoir respecter son engagement de ramener le déficit public à 3% en 2015, rapporte lundi 24 novembre Le Figaro, citant des sources européennes et parlant d'une information "quasi officielle".

Afin d'éviter de diviser la zone euro, la Commission européenne, qui doit se réunir vendredi 28 novembre, préférerait notamment attendre de voir si l'Hexagone réussit pendant ce temps à mettre en oeuvre les réformes réclamées. Elle aurait notamment les yeux rivés sur la loi croissance, qu'Emmanuel Macron va présenter à la mi-décembre en Conseil des ministres. Le texte comporte en effet des réformes demandées depuis longtemps par Bruxelles (sur les professions réglementées et les seuils sociaux notamment).

Un avis "très critique" serait adopté vendredi

La Commission Juncker déciderait donc au mois de mars, sur le fondement d'un nouvel examen de la trajectoire budgétaire ainsi que des réformes engagées, si allouer à la France un nouveau délai de deux ans pour respecter l'objectif du 3% de déficit. En cas contraire, Paris serait alors obligé de suivre un échéancier rigoureux de retour à la norme de l'UE. Pour rappel, l'amende qui pourrait être prononcée contre la France au terme de la procédure pourrait représenter jusqu'à 0,2 % du PIB français, soit plus de 4 milliards d'euros.

Vendredi, la Commission adopterait néanmoins un avis très critique sur le projet de budget 2015, qui est actuellement en discussion devant le Parlement, rapporte Le Figaro, considérant que "les comptes publics de la France, comme ceux de l'Italie, présentent 'un risque sérieux' de rupture de la discipline collective de l'euro".

Dans son édition de lundi, Handelsblatt confirme pour sa part le report de la décision de Bruxelles, ajoutant que en conséquence, l'exécutif européen ne rendrait pas cette semaine son avis sur les budgets des Etats de la zone euro, comme cela était prévu. Selon le quotidien allemand des affaires, en raison de la bagarre à Bruxelles autour du budget de la France, la réunion de l'Eurogroupe prévue le 1er décembre serait annulée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2014 à 18:36 :
Mais on s'en moque de ce que peut dire l’Europe ou plutôt le secrétariat de la droite allemande.L’Europe,l’Europe,l’Europe qui devait nous amener la richesse et la prospérité nous amène l’austérité ;l'immigration de masse non maîtrisé qui va mal se terminer,vivement un référendum!
a écrit le 24/11/2014 à 19:47 :
L'art de la politique est de savoir se ridiculiser tout en restant digne
a écrit le 24/11/2014 à 15:32 :
Dans quatre mois, elle nous en accordera plus quatre, et après plus quatre et ainsi de suite….
a écrit le 24/11/2014 à 11:12 :
Nous les français nous sommes fort en tromperie, ha, ha, ha.......
a écrit le 24/11/2014 à 10:35 :
Insupportable à double titre!
D'une part, un pays souverain, 5° puissance économique du Monde, se fait sermonner, réprimander et menacer comme un gamin par des branquignoles qui vivent à son crochet et qui se trompent régulièrement dans leurs calculs sans en rendre compte et être, eux, sanctionnés!
D'autre part, un pauvre pays souverain, incapable de mettre de l'ordre dans ses comptes et de se faire entendre!
Mais, dans les deux cas, un point commun: Branquignoles et Incapables sont des traîtres vénaux inféodés aux USA et à la Finance!
Triste France!
a écrit le 24/11/2014 à 9:54 :
Que les politiciens assument leurs erreurs ! Ils ont ruiné la France en dépensant sans compter. Qu'ils la redressent avec allègement des impôts et des charges de l'état
Réponse de le 24/11/2014 à 10:41 :
Dans les mêmes secteurs pourquoi certains réussissent et s'exportent et d'autres pas?
Pourquoi certains se sont obstineés à produire du low cost en France, souvent grâce à d'énormes aides de l'Etat ou de l'Europe?
a écrit le 24/11/2014 à 8:53 :
personne n'est dupe !!!!!!!!!!
' french promises', on sait ce que ca veut dire! on espere que l'amende sera salee, et que la france va avoir droit a son lot de critiques a l'international !
a écrit le 24/11/2014 à 8:23 :
Je dirai mieux, Bruxelles s'accorde quatre mois de répit avant de l'ouvrir...et de se mettre la France sur le "dos"!
Réponse de le 24/11/2014 à 9:17 :
bien fait pour la france c'est ca l'europe.
Réponse de le 24/11/2014 à 9:31 :
Toujours à râler ici, changer de pays, aller vivre en Allemagne si c'est si bien
Réponse de le 24/11/2014 à 10:12 :
On suspend le financement de l'UE par la France et on gagne au moins 6 milliards net
Réponse de le 24/11/2014 à 10:38 :
vivement que marine le pen soit au pouvoir
Réponse de le 24/11/2014 à 17:36 :
marine au pouvoir c'est emprunter en russie adieu les libertes
Réponse de le 24/11/2014 à 17:36 :
marine au pouvoir c'est emprunter en russie adieu les libertes
Réponse de le 24/11/2014 à 17:36 :
marine au pouvoir c'est emprunter en russie adieu les libertes
Réponse de le 24/11/2014 à 17:36 :
marine au pouvoir c'est emprunter en russie adieu les libertes
Réponse de le 24/11/2014 à 17:36 :
marine au pouvoir c'est emprunter en russie adieu les libertes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :