Retour au seuil des 5.050 points

 |   |  638  mots
Paris entame la semaine sur un rebond, et revient vers le seuil des 5.050 points. L'apaisement des tensions géopolitiques, avec en particulier l'entrée en vigueur du cessez-le-feu libanais et le net repli des cours du pétrole, ont soutenu la tendance. A la clôture, le CAC 40 gagne 1,23% à 5.046,93 points.

Paris entame la semaine par un rebond et, en une séance, efface ses pertes de la semaine dernière. L'apaisement des tensions géopolitiques, avec en particulier l'entrée en vigueur du cessez-le-feu au Liban et le repli consécutif des cours du pétrole sous 73 dollars le baril, a redonné de l'allant aux marchés. Le CAC 40 a pour sa part accéléré à la hausse dans la dernière demi-heure des échanges, grâce au retour dans le vert de Total, sa plus grande capitalisation.

Aucune valeur de l'indice ne termine dans le rouge. Le rebond s'est toutefois opéré dans des volumes limités caractéristiques de cette période estivale, en particulier pendant le pont du 15 août. L'actualité des entreprises réduite à son strict minimum, les investisseurs est désormais tournée vers les statistiques de la semaine.

A la clôture, le CAC 40 avance de 1,23% à 5.046,93 points, après avoir perdu 1,1% la semaine dernière. Les volumes sont toutefois limités, de l'ordre de 2,6 milliards d'euros sur l'indice. A Francfort, le Dax prend 1,10%. A Londres, le Footsie progresse de 0,79%. Le Dow Jones est en hausse de 0,87%, et le Nasdaq 1,35%.

Le marché salue en effet l'apaisement quasi généralisé sur le front géopolitique, avant la publication d'indicateurs importants sur le plan des prix outre-Atlantique, demain et après-demain, pour le mois de juillet. Alors qu'un cessez-le-feu a été mis en place entre Israël et le Liban, le ministère américain de la Sécurité intérieure a pour sa part ramené de rouge à orange le niveau de menace à la sécurité sur les vols entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Un apaisement qui permet aux cours du pétrole de se tasser. Le baril de pétrole retombe en-dessous des 74 et 73 dollars pour les contrats échéance septembre, à 72,70 dollars l'unité. Si l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a relevé vendredi ses estimations de demande de brut de la part de la Chine, le cessez-le-feu au Liban et l'annonce, par la compagnie BP, que la production du champ de Prudhoe Bay, en Alaska, va se poursuivre, à un débit certes réduit de moitié, autorisent cette détente.

La devise européenne s'établit sous le seuil de 1,28 dollar, à 1,2733 très exactement. Elle cède du terrain par rapport aux niveaux qui prévalaient vendredi à la clôture du marché parisien (1,2764 dollar).

Peu de rendez-vous ce jour au chapitre statistique. Le PIB allemand pour le deuxième trimestre est ressorti en hausse de 0,9% en estimation flash, celui du premier trimestre ayant été relevé de 0,4% à 0,7%. Le produit intérieur brut de la zone euro a pour sa part progressé de 0,9% pour le même deuxième trimestre, donnant une croissance de 2,4% sur un an. Pas de statistique aux Etats-Unis. On y attend essentiellement, cette semaine, la publication des prix à la production, demain, et des prix de détail, mercredi, pour le mois de juillet. Elles permettront de se faire une idée plus précise des risques de poussée d'inflation outre-Atlantique, indicateur très surveillé par la Fed dans le cadre de la conduite de sa politique monétaire.

Aucune publication d'envergure ce jour du côté des entreprises. L'ensemble des valeurs du CAC 40 sont en hausse, les financières tirant en particulier l'indice. Bouygues domine avec une hausse de 3,11% à 39,51 euros. L'Oréal (+2,45% à 79,60 euros) figure en bonne place au palmarès du jour. Air France rebondit de 1,97% à 19,63 euros.

A noter également que Sanofi-Aventis s'octroie un rebond technique. Le titre progresse de 1,18% à 68,60 euros, après treize séances consécutives sans hausse (le titre était en effet parvenu à terminer stable vendredi, après avoir aligné douze séances de baisse).

Les technologiques sont également assez bien orientées. Alcatel et Thomson prennent respectivement 2,4% et 1,7%, EADS progresse de 2,09% à 22,97 euros.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :