Le CAC 40 rechute sous les 4.900 points

 |   |  1096  mots
Pris dans des vents contraires, Paris repasse sous les 4.900 points. A la clôture, le CAC 40 recule de 1,81% à 4.852,52 points. La flambée des cours du pétrole, les craintes de nouvelles hausses des taux et d'un ralentissement de la croissance des bénéfices des entreprises ont pesé sur la tendance.

Avis de tempête sur les marchés européens, dont les grands indices perdent entre 1,50% et 2% aujourd'hui, face à une actualité globalement défavorable. Paris perd pour sa part 1,8% pour rechuter sous les 4.900 points, pour la première fois depuis la fin juin.

La tendance a été plombée par une nouvelle flambée du pétrole sur fond de tensions géopolitiques ravivées, les craintes liées à une poursuite de la hausse des taux d'intérêt, après la publication d'un bulletin de la Banque centrale européenne, et celles liées à la saison des publications entamée cette semaine aux Etats-Unis, avant que les sociétés européennes ne prennent le relais en fin de mois. Le CAC 40 perd ainsi plus de 2% sur la semaine. La Bourse sera ouverte demain vendredi 14 juillet.

Les valeurs en hausse se comptent sur les doigts d'une main sur le CAC 40, la quasi-totalité de ses composantes en baisse accusant des pertes de plus de 1%. Carrefour et L'Oréal tirent leur épingle du jeu après des chiffres d'affaires trimestriels légèrement supérieurs aux attentes. On notera également la bonne tenue d'Arcelor, alors que l'offre de Mittal Steel s'achève ce soir. Gaz de France et EDF profitent de leurs qualités défensives pour engranger un léger rebond.

A la clôture, le CAC 40 recule de 1,81% à 4.852,52 points dans un volume d'affaires étoffé de plus de 5,5 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie perd 1,55% à 5.770 points et, à Francfort, le Dax lâche 1,94% à 5.528,59 points. A New York, le Dow Jones baisse de 0,72% à 10.933,38 points.

Le dollar cote 1,2673 pour 1 euro après avoir salué la veille l'augmentation moins forte que prévu du déficit commercial américain. Le billet vert marque par ailleurs le pas face au yen en anticipation d'une hausse des taux de la Banque du Japon demain, qui serait la première depuis six ans. Le baril de brut léger américain franchit le 76 dollars en gagnant 1,15 dollar à 76,10 dollars en réaction à la baisse nettement plus forte que prévu des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis, au renvoi devant le conseil de sécurité de l'ONU du dossier nucléaire iranien, et à de nouvelles tensions entre Israël et le Hesbollah au sud Liban.

Sur le plan macro-économique également, les chiffres hebdomadaires de l'emploi américains ont été publiés à 14 heures 30. Le Département du Travail a fait état d'une hausse de 19.000 à 332.000 des inscriptions au chômage la semaine dernière, contre 318.000 anticipées par les analystes. Le marché attend, dans la soirée, les chiffres du déficit fédéral pour le mois de juin.

Carrefour gagne 1,63% à 47,51 euros. Le numéro un européen de la distribution a réalisé un chiffre d'affaires de 41,79 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 8,7%. Sur le seul deuxième trimestre, l'activité progresse de 9,1% à 21,37 milliards. A taux de change constant, la croissance ressort à 7,3% sur le semestre et à 8,5% sur le trimestre. Pour l'ensemble de 2006, Carrefour table sur une hausse des ventes à taux de change constant supérieure à celle enregistrée en 2005. Credit Suisse a relevé son objectif de cours sur le titre de 38 à 42 euros, tandis que Merrill Lynch est passé de " neutre " à " achat " sur la valeur avec un objectif de 51 euros.

L'Oréal prend 0,75% à 73,65 euros. Le numéro un mondial des cosmétiques a fait état d'une augmentation de 8,7% de son chiffre d'affaires à 7,78 milliards d'euros au premier semestre (+5,8% à données comparables). Jean-Paul Agon, le nouveau directeur général du groupe, indique dans un entretien aux Echos que " la croissance de la reprise se confirme, en particulier en Europe, où nous regagnons des parts de marché ". Il ajoute que le groupe n'exclut pas de nouvelles acquisitions après le rachat du britannique The Body Shop. ING a porté son objectif de cours de 77,50 à 80 euros. ING a porté son objectif de cours sur le titre de 77,50 à 80 euros.

Les valeurs financières reculent alors que le recul des marchés risque de peser sur la valorisation de leurs actifs boursiers. Axa abandonne 3,64% à 24,91 euros, AGF 2,34% à 91,85 et BNP Paribas 2,38% à 73,85 euros. La Société Générale baisse de 2,75% à 113 euros alors que le placement en Bourse de la banque d'affaires américaine Cowen Group, dont la Générale cherche à se désengager par le biais d'une introduction, s'est effectué à 16 dollars par action, contre 19 à 21 dollars initialement prévus.

Alcatel perd 1,52% à 9,08 euros. Son PDG Serge Tchuruk a déclaré à La Tribune que la fusion avec Lucent Technologies aura un impact positif sur le bénéfice par action à "brève échéance", et ce en dépit de l'avertissement sur résultats lancé par le groupe américain. M. Tchuruk se dit par ailleurs confiant en termes de synergies, qui pourraient être supérieures aux 1,4 milliard d'euros d'économies par an estimés.

Renault recule de 1,86% à 81,60 euros. Son PDG Carlos Ghosn déclare dans Le Monde daté de vendredi qu'un rapprochement entre l'alliance Renault-Nissan et General Motors constitue une "énorme opportunité". Carlos Ghosn doit rencontrer Rick Wagoner, patron de GM, à Detroit demain.

En dehors du CAC 40, le certificat d'investissement Areva abandonne 7,51% à 480 euros. Le spécialiste français du nucléaire a annoncé que son résultat opérationnel du premier semestre sera en "net retrait" par rapport à la même période de l'an dernier. Le groupe ajoute qu'il va passer des provisions pour les surcoûts susceptibles de résulter du retard de la livraison du réacteur EPR à la Finlande.

Arcelor s'adjuge 0,78% à 38,52 euros. L'offre de Mittal Steel s'achèvera ce jeudi à la clôture, et le groupe a confirmé ce matin qu'il n'avait pas l'intention de la prolonger, démentant ainsi plusieurs articles de presse. Le gouvernement de la Wallonie, en Belgique, a annoncé avoir accepté l'offre du numéro un mondial de l'acier.

Chute de 3,56% à 40,69 euros pour Capgemini aujourd'hui, en queue de peloton du CAC 40. Le titre de la société de services informatiques pâtit des mauvais résultats annoncés par SAP en Allemagne. L'éditeur de logiciel allemand à présenté un chiffre d'affaires et un bénéfice d'exploitation inférieurs aux attentes. En Bourse, le titre SAP a corrigé de plus de 8%.

Enfin, Eurotunnel a annoncé qu'il allait se placer sous la protection de la justice ce jeudi faute d'accord avec ses créanciers sur la restructuration de sa dette de près de 9 milliards d'euros. L'assemblée générale prévue le 27 juillet a par ailleurs été annulée. L'action de l'opérateur du tunnel sous la Manche est toujours suspendue de cotation.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :