PSA revoit en baisse son objectif de rentabilité au second semestre

 |   |  521  mots
Le recul de ses ventes en Europe occidentale et la flambée du coût de matières premières ont fait chuter de plus de moitié le résultat de PSA au premier semestre. Le constructeur revoit ses ambitions pour le reste de l'année. Le titre est lourdement sanctionné en Bourse.

C'est une chute de bénéfice de 59,7% que PSA Peugeot Citroën a essuyé au premier semestre. Une correction attribuable à la fois au recul des ventes en Europe occidentale et à un impact plus fort que prévu des matières premières et des frais de restructurations. Conformément aux attentes des analystes, le bénéfice atteint donc 303 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année. Il faut dire que le résultat a été amputé de façon très prévisible de 227 millions d'euros de coûts de restructurations liés à la fermeture de l'usine britannique de Ryton, prévue en 2007, et de 107 millions d'euros de frais de restructuration de sa filiale d'équipements automobiles Faurecia.

Inférieur quant à lui aux attentes du marché, le résultat opérationnel a reculé de 44,6% sur le semestre à 691 millions, notamment sous l'effet d'un impact plus élevé qu'anticipé de l'envolée des prix des matières premières. Pour la seule activité automobile, le bénéfice opérationnel a chuté de 70,2% à 227 millions d'euros. "Les hausses de prix des matières premières ont eu un impact de millions d'euros, plus élevé qu'attendu en raison de la hausse récente des prix des métaux précieux et des métaux non ferreux, notamment l'aluminium", a souligné le groupe. Quant au chiffre d'affaires, il est resté stable (+0,3%) à 29,09 milliards d'euros, sur fond de recul de 0,7% des ventes en Europe occidentale et de forte progression sur les autres marchés automobiles.

Du coup, le constructeur a revu en baisse son objectif de rentabilité au second semestre, période où les ventes automobiles sont généralement moins élevées en Europe. "L'impact négatif des hausses de prix de matières premières sera plus élevé au second semestre 2006. Sur la base des cours actuels, il est estimé à 250 millions d'euros, après 206 millions d'euros au premier semestre. Par ailleurs, le contexte commercial devrait demeurer extrêmement tendu en Europe, dans le cadre d'une concurrence toujours accrue sur des marchés stables", indique PSA ce matin dans son communiqué.

"Dans ce contexte, et compte tenu de l'effet saisonnier des marchés plus faibles en Europe sur la seconde partie de l'année, le Groupe anticipe pour le second semestre une stabilité de la marge opérationnelle au niveau de celle du premier semestre", conclut le groupe. Jusqu'ici, PSA prévoyait une hausse de sa marge opérationnelle pour les six derniers mois de l'année, après avoir progressé de 2,4% au premier semestre... et de 4,1% un an plus tôt.

Certes, "la croissance du chiffre d'affaires du groupe devrait ainsi s'accélérer au second semestre. La poursuite du rajeunissement de l'offre de voitures va contribuer à une amélioration des marges. Par ailleurs les programmes de réduction de coûts seront maintenus au rythme annuel de 600 millions d'euros. Il s'y ajoutera la contribution croissante de la production de la nouvelle usine de Trnava", indique le groupe. Mais aucun de ces atouts ne permettra de compenser le coût des matières premières.

Le titre s'effondre de 10,11% à 41 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :