Démission du ministre britannique de la défense

 |   |  444  mots
Liam Fox, ministre britannique démissionnaire de la Défense - Copyright Reuters
Liam Fox, ministre britannique démissionnaire de la Défense - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Liam Fox a finalement démissionné, après une semaine de controverse sur le rôle de son ami et conseiller officieux, Adam Werritty. Politiquement, c'est un coup dur pour David Cameron.

Liam Fox a tout tenté pour se maintenir à son poste, mais il a finalement dû jeter l'éponge ce vendredi après-midi. Le ministre britannique de la Défense était bloqué dans un étrange imbroglio concernant son meilleur ami, Adam Werritty. Ce dernier n'est officiellement pas un conseiller. Et pourtant, là où Liam Fox va, Adam Werritty se trouve. A 18 reprises lors de voyages à l'étranger, les deux hommes étaient ensemble lors des 18 derniers mois, depuis l'arrivée au pouvoir de ce gouvernement. A 22 reprises, l'ami et ancien témoin de mariage du ministre avait aussi été reçu au ministère de la Défense.

Pour faire quoi? A quel titre? Qui finançait les déplacements d'Adam Werritty à l'étranger? Les réponses secouent le milieu politique britannique depuis une semaine. Aucune réponse n'est vraiment claire pour l'instant. Et c'est en l'absence d'une preuve flagrante d'un conflit d'intérêt que Liam Fox avait décidé de rester à son poste.

Sa défense ne convaincait pourtant pas grand monde. Adam Werritty s'était présenté à l'étranger à plusieurs reprises comme un conseiller de Liam Fox. Il avait même, pendant quelques semaines, distribué des cartes de visite s'attribuant ce titre. La presse britannique a multiplié les révélations ces derniers jours. En particulier, selon le Financial Times, l'un des financiers qui a indirectement payé pour les déplacements d'Adam Werritty a également un hedge fund investi dans des entreprises de défense, qui ont bénéficié indirectement de Liam Fox. Cela fait beaucoup de liens "indirects", mais les questions sans réponse s'accumulent...

Liam Fox a donc jeté l'éponge. "J'ai par erreur laissé se confondre la distinction entre mon intérêt personnel et mes activités gouvernementales", écrit-il dans sa lettre de démission.

Le départ de Liam Fox est un coup dur pour David Cameron. Le premier ministre britannique avait besoin de ce ministre très atlantiste, presque "néo-con", très à droite. Les deux hommes ne sont guère proches, mais Liam Fox apportaient deux choses au leader britannique: il aidait à faire passer le plan d'austérité auprès de l'armée; il rassurait l'aile dure des conservateurs, qui voit d'un oeil inquiet le côté trop "pro-européen" (de son point de vue) et trop peu béliqueux du gouvernement actuel.

C'est pour cela que David Cameron avait permis à Liam Fox de se maintenir à son poste au début de la semaine. Pourtant, la politique britannique est d'habitude beaucoup plus brutale et rares sont les ministres qui survivent au moindre début de scandale. Liam Fox n'aura finalement pas réussi à faire exception.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2011 à 19:13 :
digne exemple qui devrait être suivi par les politiciens français embourbés dans les affaires
Réponse de le 15/10/2011 à 12:24 :
Où exemple du niveau où est tombée la mère des Parlements et du régime démocratique. Lisez le dernier Porter "Lumière de fin" et vous comprendrez où en est une partie de l'élite britannique. Nous n'avons rien à leur envier.
a écrit le 14/10/2011 à 17:47 :
Qu'il vienne faire de la politique en France, il n'aura plus ce genre de problème.
Réponse de le 15/10/2011 à 7:36 :
+1, en France les politiciens n'ont jamais entendu parlé d'éthique ou de morale
Réponse de le 21/11/2011 à 17:33 :
+2 en France ils auraient été relaxés comme DSK dans l'affaire de la MNEF, alors que le faux en écriture avait bien été constaté. Comme les bénéficiaires du délit d?initiés d'EADS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :