Un netbook chez mon coiffeur avec Weblib

 |   |  345  mots
La start-up incubée à Sciences po vend une solution d'accès wi-fi et de location de "netbooks" aux commerçants et hôtels.

Pouvoir surfer gratuitement sur le Web, même quand on n'a pas son ordinateur portable avec soi, chez le coiffeur, dans un café ou dans sa chambre d'hôtel ? C'est ce que propose la start-up Weblib, qui s'est inspirée du nom du célèbre Vélib et promet "le Web gratuit partout". La jeune société, créée il y a un an au sein de l'incubateur de Sciences po vend une solution clé en main aux professionnels, commerçants, chaînes de restauration, d'hôtels, etc, permettant à ces derniers de proposer à leurs clients le prêt d'un netbook connecté. Weblib fournit aux entreprises le point d'accès wi-fi sécurisé, la location des ordinateurs, un meuble pour les ranger, les recharger et effacer automatiquement les données personnelles pour que l'utilisateur démarre à chaque fois une session vierge, grâce à un système sous Linux de contrôle à distance des ordinateurs, développé en interne.

Weblib a équipé le Virgin Café des Champs-Élysées, une aire d'autoroute Total, des salons de coiffure, etc. Les tests étant souvent gratuits, le chiffre d'affaires de Weblib est encore modeste (15.000 euros) reconnaît le directeur général Arthur Philbé. Mais au vu des retours positifs et des négociations en cours, la société espère réaliser 440.000 euros au bout de deux ans d'activité et 1,5 million d'euro au bout de trois. Weblib est en discussion avancée avec la mairie de Paris pour équiper des bibliothèques et a répondu à un appel d'offres de la SNCF qui souhaite équiper en wi-fi des salons d'attente grands voyageurs. Pour les professionnels, c'est un moyen de fidéliser les clients, de communiquer, par l'envoi de newsletters, d'enquêtes de satisfaction.

Le netbook peut aussi servir de support publicitaire (habillage de la page de démarrage, etc). Weblib cherche des fonds pour boucler son tour de table (entre 300.000 à 500.000 euros), auprès de business angels. La start-up doit recruter un commercial pour accélérer la prospection et veut développer des applications, comme un bureau virtuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :