Municipales 2014 : les femmes d’influence courtisées

 |   |  657  mots
Hélène Mandroux et Clare Hart. / DR
Hélène Mandroux et Clare Hart. / DR (Crédits : DR)
La campagne bruisse de rumeurs à l’heure où les listes sortent du chapeau. Les hommes et les femmes d’influence sont très recherchés, notamment à Montpellier où l’on se dispute le ralliement de Clare Hart et d’Hélène Mandroux.

Montpellier : Clare Hart et Hélène Mandroux très courtisées

La présidente de Face Hérault et de la société ILO est sans doute aujourd'hui la personne la plus courtisée, dans le sens politique du terme, du microcosme montpellierain. Une information la donnait partante en deuxième position sur la liste de l'UDI voici dix jours. Elle a démenti catégoriquement.

« Je connais bien Joseph Francis et je l'apprécie, précise-t-elle. Nous avons discuté ensemble comme j'ai dialogué avec beaucoup d'acteurs de cette campagne. C'est notre rôle de discuter et de faire des propositions. Mais je ne me suis pas engagé avec l'UDI. »

Pour sa part, Joseph Francis insiste : « C'est une femme brillante. Elle a vocation, le temps venu, à occuper la deuxième place de notre liste ou bien la présidence de notre comité de soutien. » Hélène Mandroux fait aussi partie des personnalités dont on guette un engagement, le plus petit soit-il. Philippe Saurel, candidat qui se définit lui-même comme « socialiste dissident », lui a réservé la deuxième place alors qu'il annonçait les douze premiers de sa liste, dont Max Lévita et Gérard Castre.

Mais l'invitation lancée en public est tombée à plat. Hélène Mandroux a démenti catégoriquement sa présence. La maire sortante respecte pour l'instant le silence le plus total.

Jean-Pierre Moure : derniers ajustements cette semaine

L'équipe de Jean-Pierre Moure va procéder cette semaine à la finalisation des derniers accords électoraux, vraisemblablement le 14 février, avec différents partenaires. Le candidat socialiste, qui a déjà signé avec EELV et un groupe de communistes, souhaite rallier les centristes de Marc Dufour qui se revendiquent du Modem et le PRG de Philippe Thinès.

Le communiste Michel Passet a par contre décidé de sortir de la liste, sur l'invitation impérative du bureau national du PC. L'échelon local des communistes a massivement voté pour une liste séparée au premier tour conduite par Muriel Résséguier.

Le premier grand meeting organisé par Jean-Pierre Moure a rassemblé 1.500 personnes vendredi soir au gymnase René-Bougnol avec la participation de Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, et des députés européens Eric Andrieu (PS) et surtout de José Bové (EELV). L'homme du Larzac est venu rappeler l'importance de placer la gestion de l'eau en régie municipale.

Jacques Domergue convainc Perla Danan et Kader Ferhaoui

Perla Danan, jusque-là adjointe d'Hélène Mandroux aux jumelages, a décidé de rejoindre l'équipe de Jacques Domergue. Cadre supérieure du groupe Sanofi, elle est considérée comme une proche d'Hélène Mandroux. La photo de l'adjointe, qui était encore récemment en bonne position sur le compte Facebook de la maire sortante, a été retirée samedi.

Jacques Domergue a également signé Kader Ferhaoui, ancien footballeur du MHSC à la belle époque « Blanc-Passi-Julio César ». Avec son club formateur, il avait remporté la coupe de France 1990. Jacques Domergue a, en outre, annoncé une baisse des impôts locaux : moins 10 % sur la durée du mandat.

Perpignan : Le retour de Jacqueline Amiel-Donat

Jacqueline Amiel-Donat, élue socialiste d'opposition à la mairie de Perpignan, entre en campagne. Elle sera en deuxième position sur une liste qui se définit comme « à gauche de la gauche » et qui sera conduite, au nom du Parti de Gauche, vraisemblablement par Axel Bellard. Jacqueline Amiel-Donat s'était illustrée en 2008 en dénonçant le scandale de la fraude dite « à la chaussette » (un responsable de bureau de vote avait été surpris avec des bulletins dans ses chaussettes).

Cette nouvelle liste est clairement en concurrence avec celle conduite par le député PS Jacques Cresta, qui rassemble PS, PC, PRG et MRC. Le NPA envisage également de se lancer dans la bataille, ce qui pourrait donner quatre candidatures à gauche en comptant celle de Jean Codognès (EELV).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :