Wall Street dans le rouge, menace de blocage sur le plan Paulson

 |   |  750  mots
Mais plusieurs sénateurs influents démocrates mais aussi républicains, dont le président de la Commission bancaire, ont fait part ce mardi de leurs réticences sur le plan de 700 milliards de dollars, destiné à racheter les actifs à risque détenus par les établissements américains.
Les indices new-yokais ont nouveau reculé ce mardi alors que le plan de sauvetage du secteur bancaire n'a pas convaincu les sénateurs. Le Dow Jones perd ainsi 1,47% à 10.854 points, le Nasdaq recule de 1,18% à 2.153 points et le S&P 500 cède 1,56% à 1.188 points.

Les espoirs suscités en fin de semaine dernière par l'annonce d'un plan de sauvetage du secteur bancaire américain ont céder leur place aux inquiétudes sur sa mise en oeuvre. Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, et Henry Paulson, le secrétaire américain au Trésor (ministre des Finances), se sont exprimés ce mardi devant la Commission bancaire du Sénat. Les deux hommes ont appelé le Congrès à adopter au plus vite ce plan de 700 milliards de dollars, destiné à racheter les actifs à risque détenus par les établissements américains.

Mais plusieurs sénateurs influents démocrates mais aussi républicains, dont le président de la Commission bancaire, ont fait part ce mardi de leurs réticences alors que les finances publiques sont déjà dans le rouge. Les deux chambres du Parlement américain, à majorité démocrate, ont commencé à examiner lundi le plan proposé par l'administration Bush.

Les marchés ont donc reculé ce mardi. Le Dow Jones perd ainsi 1,47% à 10.854 points, le Nasdaq recule de 1,18% à 2.153 points et le S&P 500 cède 1,56% à 1.188 points.

Les valeurs bancaires sont en ordre dispersé ce mardi. Washington Mutual perd 3,90% à 3,20 dollars. Selon le Financial Times, l'organe de régulation de l'Office of Thrift Supervision pousserait la première caisse d'épargne américaine à trouver un repreneur pour faire face à ses difficultés. Des rumeurs avaient circulé la semaine dernière sur un potentiel intérêt de Citigroup.

Morgan Stanley gagne en revanche 3,36% à 28 dollars. La banque d'investissement a limité les dégâts lundi alors que la première banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial a annoncé son intention de prendre entre 10 et 20% du capital. Un temps pressenti comme repreneur de l'établissement, Wachovia plonge de 11,14% à 14,75 dollars.

Meredith Whitney, l'analyste vedette d'Oppenheimer, a abaissé ce mardi ses prévisions de résultats sur cinq banques. Elle table désormais sur une perte de 36 cents par action pour Citigroup (-0,10% à 19,99 dollars), contre un bénéfice de 8 cents attendu précédemment. Bank of America (-2,49% à 33,30 dollars) n'enregistrerait qu'un bénéfice de 40 cents par action, contre 75 précédemment. Et JPMorgan (-0,59% à 40,56 dollars) qu'un BPA de 21 cents, au lieu de 40 cents. Wachovia et Wells Fargo (-2,87% à 34,17 dollars) sont également concernés par cette révision.

American International Group poursuit son regain, gagnant 5,93% à 5 dollars. Le PDG Edward Liddy cherche à vendre rapidement des actifs et à lever des capitaux pour rembourser le prêt de 85 milliards de dollars accordé par la Réserve fédérale en de 79,9% du capital, afin que le premier assureur américain puisse conserver son indépendance.

Le conglomérat General Electric, sur lequel les ventes à découvert sont interdites depuis hier, perd 4,59% à 24,95 dollars. Merrill Lynch est passé ce mardi d'"achat" à "neutre" sur le titre, revoyant également son objectif de cours, de 37,5 à 28 dollars. La banque a par ailleurs abaissé ses prévisions de résultats.

Google cède 0,20% à 429,27 dollars. L'opérateur téléphonique allemand T-Mobile a dévoilé ce mardi le premier téléphone portable équipé du système d'exploitation conçu par le géant de l'Internet. Ce mobile, concurrent direct de l'iPhone, sera disponible le 22 octobre aux États-Unis au prix de 179 dollars, moins cher donc que le modèle d'Apple.

Le groupe immobilier Lennar recule de 7,50% à 12,71 dollars. Pourtant le numéro deux américain de la construction a publié un fort repli de sa perte nette au troisième trimestre, à 89 millions de dollars. Par action, elle ressort à 56 cents alors que les analystes tablaient sur une perte de 63 cents.

Bristol-Myers Squibb perd 1,75% à 20,26 dollars. Le groupe pharmaceutique va légèrement relever son offre sur son compatriote Imclone, spécialisé dans les biotechnologies. Il propose désormais 62 dollars par action, contre 60 précédemment, valorisant sa cible à 4,7 milliards de dollars. ImClone progresse de 6,92% à 63,51 dollars.

3com prend 3,35% à 2,16 dollars. L'équipementier en télécoms a publié lundi soir un bénéfice net de 79,8 millions de dollars au titre de son premier trimestre. Hors exceptionnels, il ressort à 11 cents par action, contre 7 cents attendus par les marchés. Le groupe américain table par ailleurs que son chiffre d'affaires sera compris entre 345 et 350 millions de dollars ce trimestre, battant les prévisions des marchés.

Enfin, DuPont recule de 1,54% à 44,69. Le groupe américain de chimie a annoncé ce mardi le remplacement de son PDG Charles Holliday, en poste depuis dix ans. DuPont a par ailleurs était dégradé lundi par Soleil Securities Group, passant d'"acheter" à "conserver".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :