Le CAC 40 s'est repris de 55 % depuis le 9 mars 2009

 |  | 519 mots
Lecture 3 min.
Crise financière oblige, l'indice parisien touchait, il y a un an, un plus-bas de 2.519,29 points. Sans avoir retrouvé ses niveaux d'avant la chute de Lehman, le CAC 40 a fortement rebondi faisant la part belle aux valeurs bancaires. Et progresse encore un peu ce mardi.

Sombre anniversaire que celui du 9 mars. En Bourse tout du moins. Il y a un an, les investisseurs étaient inconsolables. Avec une crise financière entamée quelques mois auparavant lors de la faillite de Lehman, les marchés baignaient alors dans une atmosphère de fin du monde. Rien ne pouvait sauver la planète finance et par effet de contagion - avec l'assèchement du marché de crédit -, les entreprises étaient vouées à connaître de graves difficultés.

Pourtant la baisse du CAC 40, ce 9 mars 2009, n'avait pas excédé 0,6 %, tombant, à la clôture, à 2.519,29 points, après avoir touché en séance 2.465 points. Des niveaux qu'il n'avait plus touchés depuis mars 2003, au moment de l'éclatement de la bulle Internet.

Mais cette date est symbolique à plus d'un titre, car elle correspond également au point de départ de l'un des plus importants rallys de l'histoire boursière. En l'espace d'un an, l'indice parisien s'est effectivement offert le luxe de bondir de plus de... 55 % ! En Europe, le Footsie, le DAX et l'Ibex ont largement suivi le mouvement, s'adjugeant respectivement 57 %, 59 % et 62 %. La palme revient aux indices italien et néerlandais, qui ont enregistré des hausses respectives de 77 % et 69 %.

En tête du palmarès

Côté CAC 40, le rally a commencé dès le 10 mars. Dans ses gènes, figuraient, dès le début, les gagnants du rebond. Parmi les dix plus fortes hausses de l'indice ce jour-là, six valeurs que l'on allait retrouver en tête du même palmarès annuel un an plus tard. En l'occurrence : BNP Paribas, Axa, Renault, Société Générale, Alcatel-Lucent et Dexia. "Le rebond étant corrélé à la chute enregistrée fin 2008, il est logique que les banques soient les principales gagnantes du rally", explique Claudia Panseri, responsable de la stratégie actions Europe à la Société Générale. Valeurs dites "à la casse" et au profil cyclique, les firmes automobiles se sont également distinguées, à commencer par Renault et Michelin.

À l'exception de France Télécom (+4,75%) et de Vivendi (+4,7%), aucune des quarante grandes entreprises de la cote française n'est passée à côté du rebond. Celui-ci n'en a pas moins été discriminant à l'égard des secteurs "utilities" et énergie. Et ce sont surtout les valeurs de rendement qui ont été délaissées.

Si, depuis les 2.519,29 points, le CAC 40 s'est adjugé jusqu'à 60 % en janvier dernier, ce rebond n'en reste pas moins dans la moyenne des précédents. Un an après le plus-bas du 12 mars 2003, le CAC 40 avait ainsi rebondi de 52 %. La ressemblance s'arrête là. "Les deux crises n'ont pas les mêmes fondements et surtout pas les mêmes remèdes. La politique accommodante des banques centrales devrait se poursuivre à court terme. Les marchés d'actions ne sont pas trop chers et devraient être animés par une vague de fusions-acquisitions. Dès lors, il y a tout lieu de penser que le rebond va se poursuivre", présage Claudia Panseri. Il vaudrait mieux. Un an après le rebond de 2003, de mars à décembre 2004, le CAC n'avait progressé que de 4 %...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2010 à 16:56 :
Excellent. Le CAC s"est repris de 55% après avoir perdu 140 % entre juillet 2007 et mars 2009.......Mais comme disait un banquier à une vieille dame qui avait acheté des unités de compte " ça va remonter".....il faut dire que maintenant on peut enterrer les gens avec les portables sur une "alerte profit" programmée.....mourir en bonne santé et potentiellement riche, c'est quand même mieux ..........
a écrit le 09/03/2010 à 15:57 :
La bourse est une fumisterie qui ne reflete rien de l'economie actuel! C'est le casino des capitalistes qui pensent se refaire sur le dos des pigeonns !
a écrit le 09/03/2010 à 15:08 :
tchou-bidou wouaâââhhhh !!!
CHAMPAGNE POUR TOUS, ENCORE 1 FOIS :
DÉCIDÉMENT RIEN NE REFLÈTE PLUS MAL L'ÉTAT DE NOS ÉCONOMIES MORIBONDES QUE LE CAC.
MAIS SI LA TRIBUNE VEUT FAIRE SEMBLANT D'Y CROIRE....C'EST SON DROIT PERSONNEL LE PLUS STRICT, MAIS PAS SON DROIT PROFESSIONNEL .
DES TITRES AINSI LIBELLÉS, CE N'EST PLUS DU PIPEAU , C'EST DU COR DE CHASSE EN SOLOGNE !
À BONNE ENTENDEUR .
a écrit le 09/03/2010 à 13:25 :
Autre mauvais signe des temps: +55% du CAC en moins de 3 mois malgré la situation actuelle,alors que rien n'a fondamentalement changé. Qui peut bien connaître les opportunités du Chaos?Rira bien qui rira .........Adam des Halles
a écrit le 09/03/2010 à 8:46 :

il faut à tout prix s'engoufrer dans les secteurs porteurs ,et se reconvertir dans ceux qui offrent du travail : il faut etre mobile et s'adapter ,le plus malin ,est celui qui saisit les oportunitées!!
a écrit le 09/03/2010 à 7:51 :
C'est bien là le problème ! +55% et 10% de chômage, il n'y a rien qui vous choques ?!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :