Zodiac s'envole suite aux rumeurs de rachat par Safran

Le constructeur aéronautique Safran semble bien décidé à mettre la main sur l'équipementier Zodiac Aerospace. Après avoir un essuyé premier refus il y a un mois, le groupe prépare une nouvelle offre pour convaincre les familles actionnaires de céder l'équipementier français.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

D'après nos informations, Safran pourrait repasser rapidement à l'offensive sur l'équipementier aéronautique Zodiac Aerospace. Il devrait dans les prochains jours prendre une décision de lancer ou pas une offre. "Si on considère que l'on a plus d'une chance sur deux  on ira, si l'on a moins d'une chance sur deux, on attendra" souligne-t-on dans le groupe. Ce dossier aura toujours du sens dans six mois, un an". Selon des sources concordantes, aucune offre ne sera lancée de façon hostile.

La direction de Safran croit en ses chances de succès. Car après la série de contacts qui ont été pris au début de l'été avec plusieurs représentants des familles actionnaires de Zodiac et des membres du conseil de surveillance, elle sait que tous les membres desdites familles ne sont pas d'accord sur un refus de cession des parts.

Afin de terminer de convaincre les plus récalcitrants, le constructeur aéronautique pourrait proposer cette fois-ci une prime de 30% à 40% par rapport au cours de bourse actuel.

Du côté de Zodiac Aerospace, un porte-parole de l'équipementier aéronautique s'est refusé à tout commentaire, ce lundi, à la suite de ces informations évoquant une nouvelle offre de Safran.

Le titre Zodiac Aerospace a bondi de 10,45% à 47,89 euros. Safran, qui a démenti ces informations, a en revanche chuté de 2,30% à 18,89 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.