Wall Street a progressé de 11% en 2010

 |   |  307  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les places américaines ont terminé en ordre dispersé ce vendredi. Le Dow Jones conclut l'année sur une hausse de 11%.

Pour la dernière séance de l'année, Wall Street a terminé sans direction. Contrairement à la Bourse de Paris, les marchés américains n'ont pas clôturé avant leur horaire habituel. Mais la séance est restée particulièrement calme et les volumes limités, en l'absence de nombreux opérateurs. Certains intervenants ont cependant profite de cette dernière journée pour empocher quelques bénéfices. Sur l'ensemble de l'année, le S&P 500 a progressé de près de 13% et le Dow Jones de 11%. Le Nasdaq a grimpé de 17%.

A la clôture ce vendredi, le Dow Jones gane 0,07% à 11.558 points, le Nasdaq recule de 0,38% à 2.653 points et le S&P 500 abandonne 0,02% à 1.258 points.

Du côté des valeurs, Borders chute de 22,40% à 90 cents. Le libraire a annoncé jeudi qu'il allait reporter le règlement de ses factures envers certains de ses fournisseurs, une mesure considérée comme indispensable pour redresser la société. Le groupe est victime de l'émergence des livres numériques, segment sur lequel il a tardé à se lancer. Depuis avril, le cours de son action a été divisé par trois.

Dynegy recule de 1,23% à 5,62 dollars. Le conseil d'administration du producteur d'énergie a apporté un soutien unanime à l'offre en numéraire de 665 millions de dollars lancée par milliardaire Carl Icahn, premier actionnaire du groupe. Cette offre, de 5,50 dollars par action, l'a emporté sur celle du fonds d'investissement Blackstone, qui avait initialement proposé 5 dollars par titre.

Toujours au chapitre des acquisitions, Sony pourrait lancer une offre sur Imax, qui grimpe de 4,43% à 28,05 dollars. Le géant japonais pourrait proposer 40 dollars par action du groupe canadien spécialisé dans le matériel de projection de films, affirme ce vendredi le Daily Mail. Cela représenterait une prime de près de 50%. Selon le quotidien, Walt Disney serait également intéressé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2011 à 16:09 :
Il est à peine 10% en dessous de son niveau d'avant la crise des subprimes. Tout cela m'a l'air très largement surévalué, à cause de facteurs douteux comme les interventions de la Fed. Danger !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :