Wall Street chute après les mauvais chiffres de l'emploi américain

 |   |  445  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les places américains ont nettement reculé ce vendredi, terminant la semaine dans le rouge. Les valeurs bancaires, Bank of America en tête, ont plongé.

 Wall Street est nettement à la baisse ce vendredi, abandonnant tous les gains enregistrés en début de la semaine. Déjà jeudi, les places américaines avaient reculé, nerveuses avant la publication des chiffres mensuels du marché de l'emploi en août. Très attendus, ils étaient encore plus mauvais que redouté, relançant les craintes sur la solidité de la reprise aux Etats-Unis.

A la clôture, le Dow Jones perd ainsi 2,20% à 11.241 points, le S&P 500 recule de 2,53% à 1.174 points et le Nasdaq abandonne 2,58% à 2.480 points.

Sur le front des statistiques, les Etats-Unis n'ont pas créé le moindre emploi en août ! C'est la plus mauvaise performance depuis septembre 2010. La publication de ce chiffre intervient à six jours d'un discours attendu de Barack Obama devant le Congrès américain lors duquel il doit présenter un nouveau programme pour relancer les créations d'emplois dans le pays.

Ce très mauvais chiffre va également mettre la pression sur la Réserve fédérale, qui discutera lors de son prochain Comité de politique monétaire (les 20 et 21 septembre) de la mise en place de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine. Ce matin à Wall Street, le mot "QE3" (troisième phase d'assouplissement quantitatif) était ainsi sur toutes les lèvres.

Les économistes misaient sur au moins 70.000 créations d'emplois en août. En outre, les chiffres des mois de juillet et de juin ont été abaissés, ne laissant apparaître respectivement plus que 85.000 et 20.000 postes créés. C'est, en cumulé, 58.000 de moins que les précédentes estimations. Le taux de chômage est en revanche resté stable à 9,1% de la population active.

Du côté des valeurs, Bank of America plonge de 8,34% à 7,25 dollars. La première banque américaine pourrait être poursuivie par les autorités pour avoir trompé les investisseurs sur la qualité des titres adossés aux crédits hypothécaires vendus avant la crise financière, rapporte ce vendredi le New York Times. JPMorgan (-4,60% à 34,63 dollars) et Goldman Sachs (-4,66% à 107,06 dollars) sont également concernées par cette procédure. En outre, la Réserve fédérale auraient demandé, selon le Wall Street Journal, à Bank of America de fournir des éléments sur sa solidité financière, ce qui alimente les inquiétudes.

Netflix chute de 8,64% à 213,11 dollars. Le leader du streaming video sur Internet fait les frais de l'arrêt de son partenariat avec le groupe de chaînes câblées Starz qui lui fournissait plus de 1.000 films. Les investisseurs s'interrogent de plus en plus sur la stratégie de Netflix, qui vient juste de procéder à une très forte hausse du prix de ses abonnements mensuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :