Les indices Standard and Poor's et Dow Jones amenés à faire cause commune ?

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Selon le Wall Street Journal, McGraw-Hill, la maison mère de Standard & Poor's Indexes et l'opérateur boursier américain CME Group seraient en discussions avancées pour placer dans une filiale commune les indices Standard & Poor's.

L'indice des industries est-elle en pleine ébullition ? Selon le Wall Street Journal, McGraw-Hill, la maison mère de Standard & Poor's Indexes et l'opérateur boursier américain CME Group seraient actuellement en discussions avancées pour placer dans une filiale commune les indices Standard & Poor's. Le quotidien précise que la société à créer pourrait être détenue à 75% par McGraw-Hill, qui conserverait de fait la gestion de l'entreprise, tandis que le marché à terme américain obtiendrait 25%. Quoi qu'il en soit, si une telle transaction devait effectivement voir le jour, elle pose la question à terme de l'avenir de Standard & Poor's et de Dow Jones Indexes. Les deux fournisseurs de benchmarks boursiers, rivaux sur le marché américain, sont-ils appelés à se rapprocher ? Il faudra probablement que CME Group obtienne un peu plus de 25% du capital de Standard & Poor's Indexes pour cela.

En février 2010, l'opérateur boursier a acquis 90% de Dow Jones Indexes. Aujourd'hui, la société qui calcule le célèbre indice Dow Jones Industrial Average est encore détenue à 10% par Dow Jones & Co (groupe News Corp) et, héritage du passé, le rédacteur en chef du Wall Street Journal siège encore au sein du comité qui décide les entrées et les sorties dans l'indice phare.

La perspective d'une entrée de CME Group au capital de la société contrôlant les indices Standard & Poor's a pesé sur l'action Chicago Board Options Exchange (CBOE). Le titre a cédé 4,86%, vendredi à Wall Street, dans un volume étoffé de plus de 1,7 million de titres. En séance, l'action avait perdu jusqu'à 8,16%. CBOE détient en effet des licences d'exploitation exclusive sur certains des indices Standard & Poor's. C'est notamment le cas sur l'indice S&P 500, et ce jusqu'en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :