Club Méditerranée ne versera pas de dividende cette année

 |   |  588  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après Pierre et Vacances mercredi, c'est autour de Club Méditerranée d'annoncer souffrir de la dégradation de la conjoncture économique et touristique en Europe. Un contexte qui amène la société présidée par Henri Giscard d'Estaing à procéder à un rachat d'actions plutôt que de verser un dividende au titre de l'exercice 2012.

Le groupe de loisirs n?a pas brillé cette année. Il a publié un résultat net stable de 2 millions d'euros au titre de l'exercice décalé 2011-2012 pour un chiffre d?affaires en légère progression de 2,6% sur la période, à 1,46 milliard d'euros. Le chiffre d?affaires Villages s?élève à 1,447 milliard d?euros, en croissance de 2,2% par rapport à 2011. La zone Europe-Afrique poursuit son expansion (+2,8% dont +2,5% en France) de même que la zone Amériques avec une croissance de 4,5%. En Asie, la légère décroissance du chiffre d?affaires de 2,6% s?explique par l?impact sur le marché australien de la cession du village de Lindeman Island. Hors Lindeman Island, le chiffre d?affaires est en hausse de 2,8%, bénéficiant de la progression de 24% du nombre de clients chinois au cours de l?exercice.

L'Ebitda villages, indicateur opérationnel reflétant l'activité touristique du Club Med est également resté stable à 126 millions d'euros. La marge d'Ebitda s?est érodée à 8,7% contre 8,9% un an auparavant. En juin dernier, le groupe anticipait une marge d?Ebitda « autour de 9%. ». Le groupe a dû composer avec une accélération de la dégradation des marchés touristiques en Europe au cours de l'été.

Des réservations pour la saison d'hiver en hausse de 1,1% sur an

Un manque de visibilité qui amène le groupe à ne pas fournir de prévisions pour l'exercice en cours. Face à un contexte incertain, le groupe opte pour la prudence. Dans un contexte économique peu porteur en Europe, et tout particulièrement en France, le groupe a décidé de réduire « volontairement » de 3,7% ses capacités d'accueil pour l'hiver. Certains villages du Maghreb vont rester portes closes provisoirement. Pour l?été 2013, la capacité en Europe-Afrique a également été réduite de 6,2%. Malgré cet environnement difficile, Club Méditerranée a fait état début décembre, de réservations pour la saison d'hiver en hausse de 1,1% sur an.

Stratégie de montée en gamme

A horizon 2015, le Club Med a indiqué vouloir poursuivre son évolution vers le haut de gamme en positionnant les trois quarts de ses installations en « 4 et 5 tridents » contre deux tiers actuellement. Le luxe sera donc probablement la planche de salut de Club Med. Les nouveaux villages dont l'ouverture est prévue en 2013 s'inscriront ainsi dans cette stratégie : Pragelato Vialattea en Italie, Belek en Turquie et Guilin en Chine (le 2ème village du groupe dans le pays). Il compte également accélérer sa croissance sur les marchés à fort potentiel comme la Chine, le Brésil ou la Russie, avec comme nouvel objectif : avoir à fin 2015, un tiers de ses clients en provenance des marchés à fort développement. Cette stratégie de montée en gamme devrait permettre à Club Méditerranée de dégager des flux de trésorerie libre positifs au cours de l'exercice 2012-2013 après une hausse de 45% à 55 millions d'euros en 2012.

Mais pour l?actionnaire, l?année 2013 ne sera pas l?année d?un retour au dividende. C?est que depuis 2000, Club Med a suspendu tout versement de coupon. Il faudra donc s?armer de patience et espérer un ciel plus clément dans le ciel économique mondial. En attendant l?éclaircie, l?exploitant de villages de vacances va procéder à un rachat d'actions? En parlant d?actions, le dossier résiste tant bien que mal avec un titre qui ne redonne que 2,24% depuis le début de l?année.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :