L'euro décroche, plombé par la récession en Europe

 |   |  424  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'économie de la zone euro a accusé au quatrième trimestre 2012 son plus fort repli depuis près de quatre ans, selon Eurostat, l'agence européenne de la statistique. Conséquence : l'euro perd du terrain.

Pour l'économie de la zone euro, il s'agit du troisième trimestre consécutif de contraction du PIB, et du cinquième trimestre consécutif d'absence de croissance dans la région. Pour l'ensemble de l'année 2012, le PIB de la zone euro est ressorti en baisse de 0,5% par rapport à 2011 et de -0,9% au quatrième trimestre en glissement annuel. En toute logique, l?euro perd du terrain après cette nouvelle, encore plus mauvaise que redoutée. Il recule de 0,87% face au dollar, et casse le seuil des 1,3330, pour revenir 1,3329 dollar. Il abandonne par ailleurs près de 1% face au yen, à 124,16 yens contre 125,94 yens dans la matinée.

Le ralentissement de l'activité économique mondiale et une forte récession dans les pays du sud de l'union monétaire ont affecté les économies moteurs de la région, comme la France et l'Allemagne, au quatrième trimestre, explique Eurostat. Le PIB de l'Allemagne, première puissance économique de la zone euro, a en effet reculé de 0,6% par rapport au troisième trimestre, en raison d'une baisse des exportations et des investissements, tandis que le PIB de la France, deuxième économie de la région, s'est replié de 0,3%. Au final, la croissance a été "nulle" sur l'ensemble de l'année dans l?Hexagone.

Le chômage record pèse sur les dépenses et la confiance des ménages

La récession s?est aggravée en Europe du Sud. Le PIB de l'Italie a reculé de 0,9% au quatrième trimestre, contre un repli de 0,2% au troisième trimestre et de 0,6% attendu par les économistes. Au Portugal, l'activité s'est contractée de 1,8% sur les trois derniers mois de 2012, une baisse deux fois plus importante qu'au troisième trimestre. Le PIB de la Grèce a chuté de 6% par rapport au quatrième trimestre 2011, selon les données d'Elstat. Malgré la violence de la récession, il faut savoir que le recul enregistré pour les trois derniers mois de 2012 est le plus faible depuis celui de 4% accusé au troisième trimestre 2011. Mais de manière générale, c?est le chômage à un niveau record qui pèse sur les dépenses et la confiance des ménages, tandis que les mesures d'austérité devraient affaiblir les dépenses publiques et l'emploi dans de nombreux pays de la zone euro cette année. Un contexte macroéconomique difficile, qui devrait persister au moins jusqu?à la fin du premier semestre 2013 et qui pèse logiquement sur la monnaie unique.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2013 à 6:34 :
Sans cesse on nous parle de '' L'économie de la zone euro '' alors que cela ne veut rien dire.
Le fait que l'économie allemande n'a fait que croître ces dernières années alors que l'économie d'autres pays de la zone euro et non des moindre baissait ne donne aucune moyenne. La zone euro n'étant pas une unité économique et fiscale comme les États-Unis ou la suisse et Canada.
En quoi la situation de l'économie allemande pourrait intéresser les 60% de jeunes chômeurs espagnols m?échappe totalement. La caisse de chômage n'est même pas la même.
Alors qu'on arrête de nous les casser avec les statistiques de '' la zone euro ''. La zone de libre échange et l'Union Monétaire Européenne n'existent que pour permettre à l'industrie allemande, parce-que la plus forte, de noyer les industries des autres pays, ''la production industrielle italienne en baisse de 25% depuis 2007 '' alors que les salaires et le coût du travail sont plus bas en Italie qu'en Allemagne.
Cela n'étonnera personne si un petit Mussolini revenait au pouvoir dans un des pays victimes de la loi du plus fort que l'axe franco-allemand a imposé aux autres pays de '' la zone euro '' qui en fait n'est qu'une réserve d'exportation privé multinationales, surtout teutonnes.
a écrit le 14/02/2013 à 19:38 :
-0.6% en Allemagne... Ça fera certainement réfléchir pas mal de monde. Il y a encore un ou deux mois, les allemands pointaient d'un doigt accusateur la faiblesse des économies de ses partenaires européens. Maintenant que l'europe a suivi la politique d'austérité imposée par l'Allemagne, l'europe s'est effondrée, et l'Allemagne commence à plonger.
L'euro baisse, et bien c'est tant mieux, on fera attention à notre consommation d'essence et on achetera moins de produits apple...
a écrit le 14/02/2013 à 18:36 :
L'Euro devrait "décrocher" davantage.... 1? = 1,33$us ...!!. 1? à 1,10/1,15? relancerait notre compétitivité.....donc nos exportations ; tanpis pour le pétrole et les carburants....et nos importations...!!
a écrit le 14/02/2013 à 17:26 :
Tant mieux, pourvu que ça dur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :