Les Bourses européennes incertaines, scrutent le plan espagnol

 |   |  468  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Bourses européennes ont ouvert mardi en ordre dispersé, entre inquiétude et prudence quant aux modalités du plan de sauvetage des banques espagnoles et à quelques jours des élections en Grèce qui pourraient relancer les craintes d'une sortie du pays de la zone euro.

A l'ouverture, à 09h, Paris était à l'équilibre (+0,04%) à l'instar de Francfort (+0,01%). Londres s'inscrivait en revanche en hausse de 0,18% tandis que Madrid affichait une baisse de 0,52% et Milan, un recul de 0,21%. En Asie, après son rebond de la veille, Tokyo a terminé la séance en perte de 1,02%. Lundi soir, Wall Street avait également fini dans le rouge.

Auparavant les marchés européens qui, après avoir salué dans la matinée l'aide à Madrid consentie par l'Union européenne, ont quasiment toutes fini en baisse, les questions sur les modalités de sa mise en place refroidissant les investisseurs. "Comme c'est souvent le cas, pour ce qui concerne la +ligne de crédit+ proposée à l'Espagne, le diable est dans les détails", a expliqué mardi Cameron Peacock, analyste chez IG Markets. "L'incertitude que le plan engendre a un effet négatif sur les marchés en dépit du fait que ce soit une bonne nouvelle en soi", ajoute l'analyste.

L'Espagne a conclu samedi avec ses partenaires européens un accord sur un plan de soutien à son secteur bancaire pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros. "De nombreux aspects du plan de sauvetage espagnol doivent encore être clarifiés", comme le taux et les montants, souligne Frederik Ducrozet, économiste chez Crédit Agricole CIB. Une autre question porte sur le fait de savoir qui du FESF (Fonds de secours de la zone euro) ou du MES (Mécanisme européen de stabilité, devant entrer en vigueur début juillet) aidera les banques du pays.

M. Ducrozet rappelle que contrairement au FESF, les prêts du MES seraient remboursés en priorité et au détriment des autres créanciers, un scénario qui peut entretenir les craintes du marché étant donné que les investisseurs privés se verraient reléguer derrière le MES. Le marché obligataire, où se négocie la dette souveraine des Etats, sera au centre des attentions après la remontée en flèche lundi des taux espagnols et italiens à long terme, tous deux nettement au-dessus du seuil des 6%.

Mardi, vers 9h, les taux de Madrid et de Rome étaient stables par rapport à la veille. L'Italie, au coeur de la tourmente fin 2011 avant l'arrivée au pouvoir de Marion Monti, pourrait être à nouveau considérée par certains opérateurs comme la prochaine cible en zone euro.

Les marchés gardent enfin à l'esprit la tenue dimanche des élections en Grèce, un scrutin à haut risque dont l'issue pourrait relancer les craintes d'une sortie du pays de la zone euro. Athènes doit procéder mardi vers 11H00 à une émission obligataire à échéance six mois pour 1,250 milliard d'euros. L'euro, de son côté, semblait résister au scepticisme des investisseurs concernant le plan d'aide espagnol. Vers 07H00 GMT, il valait 1,2519 dollar contre 1,2482 dollar lundi soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :