Nouvelle chute du Nikkei : les raisons d'une angoisse

 |   |  354  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
L'indice principal de la Bourse de Tokyo a une nouvelle fois dévissé en raison d'un léger frémissement haussier sur le yen. En réalité, les investisseurs sont fébriles et prennent leurs bénéfices après six mois de rallye boursier.

La Bourse de Tokyo est toujours très fébrile comme l'a montré le nouveau plongeon de jeudi. Le Nikkei a perdu 5,15% à 13.589 points avec d'importants volumes échangés. La légère remontée du yen a provoqué un mouvement de vente important. Il faut dire que toute la stratégie  du gouvernement de Shinzo Abe repose sur la lutte contre la déflation et un yen faible qui doit doper les exportations. Néanmoins, la hausse reste limitée avec un dollar passé de 100,8 yens, contre 101,06 yens la veille, alors que la devise nippone a perdu près de 25% de sa valeur depuis six mois.

"Les investisseurs restent choqués par les récentes turbulences du marché. Ils ne voient pas la fin du mouvement de baisse actuel", a expliqué à l'AFP Hirokazu Kabeya, courtier chez Daiwa Securities. La semaine dernière, la bourse de Tokyo avait été le théatre d'une importante chute (-7,32%) sur fond de prise de bénéfice. Lundi dernier, il a encore perdu 3%. Un incident de parcours qui n'efface pas les gains engrangés depuis six mois: l'indice a grimpé de 43%.

"Vulnérable au moindre choc"

Mais les analystes estiment que Kabuto Cho - le nom de la bourse de Tokyo - est plus fragile. Hirokazu Kabeya explique que "le marché est vulnérable au moindre choc". Ainsi, en-dehors de la question du yen, les investisseurs regardent également Wall Street qui, après avoir atteint des sommets historiques, s'interrogent sur la pérennité de la politique monétaire accomodante de la Réserve fédérale. Les mauvaises prévisions de croissance mondiale publiées par l'OCDE mercredi participent également à l'angoisse des investisseurs, et ce, malgré des perspectives optimistes pour l'archipel.

Les tensions sur les taux de rendements des obligations d'Etat ont également favorisé la baisse des marchés actions. Les obligations d'Etats étant plus rémunérateurs, les investisseurs sont détournés des marchés actions, d'autant que ceux-ci, après avoir beaucoup augmenté ces derniers mois, offrent des perspectives de croissance plus limitées.


Pour aller plus loin, retrouvez les cours du Nikkei en direct

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :