Les Bourses plongent dans toute l'Europe

Les places européennes ont plongé mercredi alors que les inquiétudes se multiplient sur les perspectives macroéconomiques. Des statistiques américaines décevantes ont confirmé la tendance baissière engagée dans la matinée.

2 mn

La Bourse de Paris a touché mercredi 15 octobre en cours de séance un plus bas depuis plus d'un an. Elle a terminé sur une baisse de 3,63% à 3.939,72 points.
La Bourse de Paris a touché mercredi 15 octobre en cours de séance un plus bas depuis plus d'un an. Elle a terminé sur une baisse de 3,63% à 3.939,72 points. (Crédits : reuters.com)

Les places boursières sont grippées. La Bourse de Paris a touché mercredi 15 octobre en cours de séance un plus bas depuis plus d'un an. Elle a terminé sur une baisse de 3,63% à 3.939,72 points. Déjà la semaine dernière, elle avait enregistré sa plus mauvaise semaine depuis deux ans (-5%), pour s'inscrire à son point le plus bas depuis le début de l'année. L'inquiétude était d'autant plus grande que le seuil technique des 4.000 points a été franchi, ce qui pourrait provoquer une amplification de la baisse.

En Allemagne, le Dax abandonne 2,87%, tandis qu'au Royaume Uni, le Footsie baisse de 2,83%. C'est en Grèce que la baisse est la plus marquée, la crise politique se conjuguant aux mauvaises perspectives macroéconomiques (lire notre article): l'Athex s'écroule de 6,25%. A noter également, la Bourse de Milan dévisse de 4,44%.

Wall Street dans la déprime ?

La contagion a traversé l'Atlantique puisque Wall Street a ouvert en forte baisse (-2%) avant de rectifier le tir et limiter ses pertes sur un retrait de 0,94%. Divers indicateurs américains sont venus alimenter les inquiétudes, alors que les ventes de détail aux Etats-Unis ont régressé plus fortement que prévu en septembre et que l'activité manufacturière de la région de New York a ralenti fortement en octobre.

"Les prémices de la tendance baissière ont été posées (mardi en fin de séance) quand les prix du pétrole se sont effondrés et que les principaux indices ont rendu la majeure partie des gains enregistrés plus tôt dans la journée", a commenté pour l'AFP Patrick O'Hare, de Briefing.com.

"Les faiblesses macroéconomiques associées à l'apparente incapacité des politiques monétaires à les combattre placent actuellement le marché dans une sorte de stupeur vendeuse", a estimé Patrick O'Hare.

L'industrie et les banques dans l'oeil du cyclone

Dans le détail, les valeurs industrielles, en première ligne face aux craintes sur la croissance mondiale, tiraient le marché vers le bas, à l'image de Renault (-3,70% à 52,11 euros) et ArcelorMittal (-4,39% à 9,58 euros).

De même, le secteur bancaire souffrait, avec BNP Paribas (-3,82% à 46,83 euros), Crédit Agricole (-4,28% à 10,62 euros) et Société Générale (-4,20% à 35,50 euros).

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 16/10/2014 à 12:04
Signaler
C'est le moment de rentrer sur les marchés,on touche un point bas de l'analyse technique,il faut profiter des bonnes affaires.

le 16/10/2014 à 13:20
Signaler
Oui, allez-y en toute confiance !

à écrit le 16/10/2014 à 11:05
Signaler
Ben, comme d'hab, cela monte et cela descend, plus ou moins de manière organisée. Etant donné que tous ceux qui achètent ou vendent doivent faire un paquet de blé pour rémunérer les fonds, les actionnaires, les intermédiaires, les courtiers, il faut ...

à écrit le 16/10/2014 à 9:57
Signaler
CHAQUE FOIS QU IL Y A DES RUMEURS C EST QUE LE MARCHE SE REGULE? CERTAIN SPECULATEURS VOUS FONT PEUR. EN SUITE IL RAMASSE LES BENEFICES DUE A VOTRE PEUR? LA BOURSE CONTINUE A FAIRE DES AFAIRES L ARGENT VA ENSUITE DANS LES POCHES DE CEUX QUI SONT LE...

à écrit le 16/10/2014 à 9:44
Signaler
Il est temps de mettre les pays en quarantaine, comme pour Ebola, pour éviter toutes les contagions d'un système sans frontière! Et pourquoi pas changer de monnaie?

à écrit le 16/10/2014 à 8:22
Signaler
Je ne comprends pas: Les statistiques américaines sont décevantes, et par ailleurs on nous rebat les oreilles avec une économie américaine florissante.Sait-on vraiment où en est l'économie mondiale, ou tout le monde a la tête dans le sable pour ne p...

le 16/10/2014 à 12:27
Signaler
Les statistiques américaines et autres sont toutes bidons. La crise n'est pas fini, depuis 7 ans qu'elle a commencé le travail des politiques n'a été que de la dissimuler au yeux des peuples : les USA sont arrivés à imprimer 85 milliards de dollars p...

le 16/10/2014 à 13:18
Signaler
Pour y voir clair, il n'y a qu'à regarder le BDI, ça en dit plus long que n'importe quel discours d'économiste ou de trader.

à écrit le 15/10/2014 à 23:12
Signaler
L’austérité Européenne se repend partout, normal puisque qu'il s'agit du premier marché mondial. Le chômage et la misère imposée au nom du sacro saint 3% ne gênait pas grand monde parmi les classes dirigeantes, la baisse de la bourse va peut être déc...

le 16/10/2014 à 3:12
Signaler
La valeur des actions ne représente pas l'économie réelle mais les perspectives de croissance envisagées par les investisseurs. Cette déflation boursière indique que les investisseurs ont le moral dans leurs chaussettes et cela est mauvais signe pour...

à écrit le 15/10/2014 à 21:12
Signaler
Beau rebond de l'Euro que les "économistes" du journal avaient déjà vu mal en point dans les prochaines semaines, espérons qu'on pourra leur demander des comptes !

à écrit le 15/10/2014 à 21:01
Signaler
Mais non, il ne faut pas s'inquiéter. C'est le yoyo habituel. Certes, la croissance ne promet pas de spectaculaires développements d'entreprises mais cela n'empêche pas de faire du business. C'est peut-être surtout parcequ'il n'y a plus beaucoup d'in...

à écrit le 15/10/2014 à 20:55
Signaler
CooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooL

à écrit le 15/10/2014 à 20:46
Signaler
Elle avait une opportunité en or pour se distinguer du reste du monde. SI les gouvernants politiques avaient gères leur budget, leur dette, leur projet de relance economIque SI LES POLITIQUES avaient fait passer en priorité l'avenir des futures génér...

à écrit le 15/10/2014 à 20:42
Signaler
Bourse = Les 10% des citoyens européens et américains les plus riches et les plus aisés. Les grandes fortunes et les grands bourgeois. Tant mieux que les bourses plongent. J'en suis ravi. A force de spéculer, les spéculateurs se cassent la gueule...

le 16/10/2014 à 7:13
Signaler
Cher Mohamed, La bourse finance les entreprises. Pas de bourse, c'est pas d'investissement, et donc le chômage pour tous. En outre, les fonds de retraite comptent sur les plus values et les dividendes pour payer les pensions. Comment se réjou...

le 16/10/2014 à 7:13
Signaler
Cher Mohamed, La bourse finance les entreprises. Pas de bourse, c'est pas d'investissement, et donc le chômage pour tous. En outre, les fonds de retraite comptent sur les plus values et les dividendes pour payer les pensions. Comment se réjou...

le 16/10/2014 à 13:13
Signaler
@Momo : "La bourse finance les entreprises. Pas de bourse, c'est pas d'investissement, et donc le chômage pour tous." Ca, c'est la théorie et ça a fonctionné un certain temps. Depuis longtemps déjà, ça ne fonctionne plus. Pourquoi croyez-vous qu'o...

à écrit le 15/10/2014 à 19:38
Signaler
Début du krach attendu depuis plusieurs mois. Il était temps !

le 15/10/2014 à 20:25
Signaler
Espérons que non ! Le système risque de s'écrouler et là, ça risque de mal finir ...(on est dans la continuité de la crise de 2007 de toute façon, la crise n'est pas derrière nous comme le disait l'incompétente du FMI).

le 15/10/2014 à 20:57
Signaler
Ca risque de mal finir si ça ne s'écroule pas.... Fin du capitalisme début de l'avenir......

le 15/10/2014 à 22:58
Signaler
crise du système...... elle était attendue, rien n'ayant vraiment changer depuis la dernière crise de 2008.... le plongeon est en route.....il n'y a qu'à regarder la courbe mondiale de production industrielle depuis 1995....... rechute forte en 2002....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.