Bazooka et Hélicoptères

 |   |  322  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Ce n'est plus une lutte.

C'est la guerre.

Et les termes qu'on entend de plus en plus reflètent le changement d'ambiance.

Il faut combattre le ralentissement économique.

Il faut combattre la déflation.

Avec toutes les armes disponibles.

Et les banques centrales repartent à l'offensive.

BAZOOKA
C'est le terme le plus utilisé pour les annonces à venir de Mario Draghi qui va troquer, pour son départ, ses habits de dealer de coke monétaire, pour un uniforme de chef de guerre.
Qu'importe si ses baisses de taux et ses "quantitative easing" (le terme politiquement correct pour la planche à billets) n'ont pas fonctionné et que l'Europe s'approche à grands pas de la récession, qu'importe s'il a créé une addiction des traders et des investisseurs à l'argent gratuit, qu'importe s'il a provoqué l'éclosion de bulles partout, le voilà qui veut finir sa carrière de patron de la BCE avec une dernière offensive massive.
Son bazooka? Des nouvelles baisses des taux et un nouveau quantitative easing.
Monsieur "Whatever it takes" passe de la coke monétaire à la bombe financière nucléaire.

HELICOPTER MONEY
J'en ai déjà marre de ce sujet qui va occuper la une de tous les journaux économiques pour les mois qui viennent.
Vous savez de quoi il s'agit, on en a parlé : l'idée que les banques centrales doivent maintenant distribuer gratuitement de l'argent directement aux habitants du monde entier.
En gros, c'est Noël, tous les mois.
Qui paie ?
Ne posez pas la question, on vous répondra comme François Hollande quand il évoquait les dépenses publiques : c'est gratuit...Là ce n'est pas directement l'Etat qui paie mais les banques centrales.
Et petit à petit, tout le monde trouve cela génial.
Des adeptes de la redistribution aux ultra-capitalistes qui veulent à tout prix sauver la société de consommation...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2019 à 20:23 :
"Des adeptes de la redistribution aux ultra-capitalistes qui veulent à tout prix sauver la société de consommation et le capitalisme"

Dois je répéter que Nietzsche avait prédis ce chaos ? Naissance de l’État et donc n'importe qui pouvant devenir n'importe quoi, privatisation de cet État par les riches et forcément État partout, du coup, engendrant un État nul part du fait se sa dévaluation totale ainsi que tout ceux qui le composent dont les mégas riches.

Nous ne sommes ni dans une économie libérale ni dans une économie socialiste nous naviguons en terre inconnue dont les relents ne peuvent que nous inquiéter profondément et étrangement notre planète est menacée... Coïncidence vraiment ?
a écrit le 09/09/2019 à 18:13 :
Une guerre pour faire rentrer la réalité dans le dogme et enfin avoir des données economiques conformes aux exigences, triturer la realité jusqu'a ce qu'elle plie dans le bon sens, on va l'avoir la gredine.
Quand on regarde ce que sont les economistes, il y a seulement quelques siecles on en aurai fait du co2 en place publique, spectacle pour la foule enfin libérée du vilain.
Des gens qui parlent un langage esoterique, qui se regroupent parfois pour on ne sait quelle messe, blanche, noire, grise...Qui utilisent des formules incomprehensibles pour faire parler l'avenir. J'ai même entendu dire qu'ils faisaient des trucs avec du sang de jeunes enfants

Des gens qui croient en l'imperieuse necessite de la hausse annuelle de 2% du prix de la botte de poireaux. Notons qu'il y a quand même du progres, le 2% n'est plus annuel, 1.2 a l'année n et 2.8 a n+1 peuvent convenir, les neo economistes sont larges d'esprit, ça avance.

Espoir espoir
.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :