Shanghai, Tokyo, Paris... le nouveau virus enfièvre les Bourses mondiales

 |   |  1422  mots
(Crédits : Reuters)
La Chine fait face à un quatrième mort, victime d'un mystérieux virus semblable au Sras et transmissible entre humains, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprête à tenir une réunion d'urgence. Les Bourses d'Asie ont fortement dévissé mardi, victimes d'inquiétudes liées à l'épidémie de pneumonie mystérieuse en Asie, après un nombre croissant de cas et plusieurs morts recensés en Chine. Le fait que les autorités chinoises jugent désormais "avérée" la contagion entre humains a renforcé les craintes. Les Bourses européennes CAC et DAX ont chuté aussi. La Bourse de New York était fermée lundi pour cause de jour férié.

___

JAPON / TOKYO

La Bourse de Tokyo a ouvert en repli mardi, manquant de catalyseur alors que des inquiétudes font surface, dont le spectre d'une large épidémie de pneumonie mystérieuse en Asie, après un nombre croissant de cas et plusieurs morts recensés en Chine.

Lire aussi : Virus mortel chinois : la Bourse de Londres également en forte baisse (-1,17%)

Dans les premiers échanges, l'indice vedette Nikkei perdait 0,07% à 24.067,11 points, tandis que l'indice élargi Topix cédait 0,01% à 1.744,03 points. À l'issue des échanges, l'indice Nikkei des 225 principales valeurs a perdu 0,91% à 23.864,56 points, tandis que l'indice élargi Topix a cédé 0,53% à 1.734,97 points.

La Bourse de New York était fermée lundi pour cause de jour férié.

À Davos, devant l'élite économique mondiale réunie, le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu que si la signature de l'accord commercial sino-américain était certes une bouffée d'oxygène, la reprise sera "poussive" et fragilisée par la persistance de risques géopolitiques.

Du côté japonais, la banque centrale finit mardi une réunion de deux jours qui a toutes les chances de se conclure sur un énième statu quo monétaire.

  • VALEURS: les compagnies aériennes japonaises en baisse

Les neuf dixièmes des secteurs d'activité représentés dans le Nikkei ont reculé.

La peur d'une expansion de l'épidémie de pneumonie originaire de Chine a fait chuter les actions des compagnies aériennes japonaises: ANA Holdings a perdu 2,16% à 3.577 yens et Japan Airlines (JAL) 2,96% à 3.303 yens.

Ont aussi souffert les groupes de cosmétiques japonais qui encaissent d'importants bénéfices grâce aux clients chinois de passage au Japon  et dans les aéroports. Shiseido a dévissé de 3,87% à 7.500 yens et Kao de 0,93% à 8.958 yens.

L'action de Toshiba Machine, filiale de Toshiba qui produit et vend des engins industriels, a plongé de 9,58% à 3.350 yens après avoir bondi de 19% la veille, le tout sur fond de lancement d'une OPA hostile par un fonds d'investissement japonais dont le patron est coutumier des opérations coups de poing.

Le groupe d'équipements divers Mitsubishi Electric (satellites, composants, électroménager, matériel de télécoms) a reconnu avoir été victime d'attaques informatiques à compter de juin 2019, affirmant que les données les plus sensibles n'avaient pas été affectées. Le titre avait chuté lundi mais s'est redressé mardi (+0,57% à 1.572 yens), bien que le ministre de l'Industrie ait jugé tardive l'annonce du groupe.

  • Devises et pétrole à Tokyo

Le yen remontait face au dollar. Vers 08H15 GMT, 1 dollar valait 109,97 yens, contre 110,18 yens lundi après la fermeture de la Bourse de Tokyo, point de repère des investisseurs nippons. La monnaie japonaise s'élevait aussi vis-à-vis de l'euro, lequel se monnayait 121,95 yens mardi après-midi à Tokyo contre 122,29 yens lundi à la clôture de la place nippone. L'euro bougeait peu face au dollar, à raison de 1 euro pour 1,1088 dollar contre 1,1090 lundi à 10H00 GMT.

Les cours du pétrole s'affichaient en baisse en Asie: vers 08H00 GMT, le prix du baril de brut américain perdait 0,84% à 58,05 dollars et le baril de Brent de la mer du Nord lâchait 1,00% à 64,55 dollars.

___

CHINE / SHANGHAI, SHENZHEN, HONG KONG

Les Bourses chinoises ont ouvert mardi en baisse plombées par une mystérieuse pneumonie dans le pays qui fait craindre une épidémie à grande échelle en Asie, avec plusieurs cas déjà recensés en Thaïlande, au Japon et en Corée du Sud.

Dans les premiers échanges, à Hong Kong l'indice composite Hang Seng reculait de 1,855% à 28.263,64 points. En fin de séance, l'indice Hang Seng est tombé de 2,81% à 27.985,33 points, les investisseurs ayant aussi réagi à l'abaissement de note par l'agence de notation Moody's qui critique le gouvernement pour sa gestion des mois de manifestations.

De son côté, l'indice composite de la Bourse de Shanghai cédait 0,73% à 3.073,27 points. Mais à l'issue des échanges il chutait finalement de 1,41% à 3.052,14 points.

Et la Bourse de Shenzhen, deuxième place de Chine continentale, perdait 0,58% à 1.819,29 points, en début de séance, pour finir par abandonner 1,28% à 1.806,54 points.

___

FRANCE / PARIS

Paris s'inquiète de l'expansion du virus en Chine (-1,36%)

La Bourse de Paris a débuté en net baisse mardi (-1,36%), la prudence étant de mise entre la montée des inquiétudes liées à l'expansion en Chine d'un virus virus semblable au Sras et l'attente de la réunion de la BCE jeudi.

A 09H16 (08H16 GMT) l'indice CAC 40 perdait 82,91 points à 5.995,63 points. La veille, il avait fini en repli de 0,36%.

Les indices européens sont mal orientés "après un long week-end de trois jours pour les marchés américains" et "c'est la prise de bénéfice qui devrait être à l'honneur à deux jours de la première réunion de la BCE de l'année", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, "les craintes sont aussi de mise après le début de propagation en Chine d'un nouveau virus coronarien d'une rare violence".

La Chine fait face à un quatrième mort, victime d'un mystérieux virus semblable au Sras et transmissible entre humains, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprête à tenir une réunion d'urgence.

La décision de l'agence Moody's d'abaisser sa note à long terme pour Hong Kong, en critiquant le gouvernement pour sa gestion des mois de manifestations ajoutait à la morosité.

"En l'absence des marchés américains fermés pour la journée dédiée à Martin Luther King Day, les marchés européens ont connu une séance sans relief et fini en légère baisse", a noté pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"Même la décision de la France et des Etats-Unis d'attendre avant de lancer une potentielle guerre des tarifs douaniers (...) n'a pas suffi pour susciter un peu d'enthousiasme chez les investisseurs", a-t-il ajouté.

Paris a obtenu de poursuivre les négociations avec les Américains, selon une source diplomatique française qui a fait état lundi d'un accord entre Emmanuel Macron et Donald Trump pour prolonger "jusqu'à la fin de l'année" les discussions sur la taxation des géants du numérique, défendue par Paris mais qui fâche Washington.

La Banque du Japon (BoJ) a pour sa part maintenu mardi telle quelle sa politique monétaire ultra-accommodante, une décision sans surprise au vu de perspectives de croissance certes relevées mais de prévisions d'inflation abaissées et toujours très loin de son objectif de 2%.

Du côté des indicateurs, le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers allemands en janvier est attendu.

  • Le CAC entièrement rouge

L'ensemble de l'indice CAC 40 évoluait dans le rouge.

Comme la veille, le secteur du luxe était le premier affecté par les craintes suscitées en Asie, à la fois par le virus en Chine et l'abaissement de la note de Hong Kong.

LVMH perdait 3,50% à 414,70 euros, Hermès 2,26% à 700,80 euros et Kering 3,22% à 579,70 euros.

Le secteur des matières premières était également mal orienté, ArcelorMittal reculant de 2,82% à 14,19 euros, Aperam de 1,95% à 27,12 euros et Imerys de 1,68% à 40,92 euros.

___

ALLEMAGNE / FRANCFORT

Francfort ouvre en baisse, inquiétude sur le virus chinois (DAX: -0,72%)

La Bourse de Francfort évoluait mardi en baisse (Dax :-0,72%), illustrant les inquiétudes des marchés mondiaux face à l'expansion d'un nouveau virus en Chine.

A 08H11 GMT, l'indice vedette perdait 97,60 points à 13.451,34 points, tandis que le MDAX des valeurs moyenne reculait de 0,86% à 28.562,19 points.

A l'instar des autres places mondiales, l'inquiétude relative au mystérieux virus originaire de Chine a pesé sur le Dax, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprête à tenir une réunion d'urgence.

Les marchés devraient être attentifs à la publication dans la matinée de l'indice ZEW du moral des investisseurs. Les prévisions des analystes de Factset s'attendent à un indice autour de 15, contre 10,7 le mois dernier.

La réunion de la Banque centrale européenne(BCE) doit se tenir jeudi, lors de laquelle sa présidente Christine Lagarde devrait fournir quelques détails sur son grand chantier de l'année, la remise à plat de sa stratégie, tout en maintenant le statu quo monétaire dans un contexte économique apaisé.

Les VALEURS AUTOMOBILES évoluent en baisse, à l'image de VOLKSWAGEN (-1,08% à 180,06 euros), DAIMLER (-1,26% à 45,98 euros) et BMW (-0,74% à 71,11 euros).

LUFTHANSA (-2,34% à 14,60 euros) : Le syndicat allemand de personnels de cabine UFO a annulé lundi les préparatifs de sa grève prévue mercredi, après avoir reçu "une proposition de résolution" de la direction de la compagnie aérienne.

Lire aussi : Virus mortel chinois : la Bourse de Londres également en forte baisse (-1,17%)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2020 à 12:45 :
Il faut d'urgence fermer les frontières, il y a des instruments de couverture pour les actions, pas pour l'être humain face à une pandémie!
a écrit le 21/01/2020 à 10:46 :
Au sein du pays le plus pollué du monde les poumons des gens y seraient plus fragiles ?

Ah ben ça alors on y avait pas pensé hein !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :