Fait-il encore bon d’être propriétaire en France ?

 |   |  320  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Il y a plus de dix ans maintenant, Nicolas Sarkozy promettait une France de propriétaires. Qu'en est-il aujourd'hui ? Les taux bas sont passés par là. Divisés par 4 en 10 ans. Et dans ce contexte, acheter sa résidence principale se présente comme une évidence. Avoir « son propre toit » et ne pas « jeter l'argent par les fenêtres dans un loyer » sont les principaux arguments pour se lancer dans la pierre, toujours considérée comme une valeur refuge. Mais à quel prix ?

LA GROSSE VACHE A LAIT ?

L'immobilier a toujours été une source intarissable de rentrées fiscales pour l'Etat. Sur l'année passée, il a empoché 32,5 milliards d'euros contre 28,4 milliards l'année précédente, selon le rapport 2017 de la Commission des comptes du logement paru le mois dernier. 32,5 milliards d'euros mais nets des versements d'aides aux logements et autres subventions. En brut, elles se montent à... 74,4 milliards d'euros, soit une progression d'un peu plus de 5%. Les taux bas ont accéléré les projets d'acquisition de biens immobiliers, notamment dans le neuf où les programmes poussent comme des champignons. Et plus de transactions, signifie plus de droits de mutation, improprement et injustement appelés « frais de notaire ». Injustement, puisque qu'il s'agit essentiellement d'impôts, de taxes qui reviennent à l'Etat et aux collectivités locales pour 6% du prix. Le notaire est juste chargé de les recouvrer pour le compte de l'Etat.

UN MILLE-FEUILLE BIEN GARNI

Mais ce n'est que le début de la belle histoire avec votre bien immobilier. Acheter sa résidence principale ne se résume pas à financer le bien en lui-même. De nombreux frais annexes viennent en supplément. Et malheureusement pour vos finances, ils ne sont pas en option. Et une fois le bien acquis, il ne faut pas mettre de côté les...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2018 à 16:41 :
Malgré la publicité des médias de masse, malgré les incitations répétées des établissements financiers et des politiciens français, les gens continuent d'investir d'abord et avant tout dans la pierre, puisque donc deux-ci ne veulent pas donner leur argent au néolibéralisme c'est le néolibéralisme (alliance hommes d'affaires et politiciens) qui vient leur prendre. Cela fonctionne d'ailleurs dans bien d'autres domaines.

"Les deux pays appliquent ce jeudi de nouveaux droits de douane réciproques sur des centaines de produits supplémentaires"

La guerre de Troie a bien lieu, Cassandre avait une fois de plus raison contrairement aux déclarations et cris d’Orphée de nos médias de masse et de macron.

"Le deuxième équipementier automobile allemand a revu en baisse hier, ses objectifs de ventes"

Sale temps pour les milliardaires allemands.

"Un couple indonésien nomme son enfant « Jeux Asiatiques »"

Juste pour la relever celle-là... En espérant que dans leur langue cela ressemble un minimum à un prénom en prononciation.

"La ministre auprès du ministre de l'Intérieur (oui, oui), Jacqueline Gourault reste inconnue pour 85% des Français"

Enfin quand même ! Heu...Jacqueline quoi ?!

"Françoise Nyssen à nouveau épinglée pour des travaux illégaux dans les locaux parisiens de la maison d'édition Actes Sud"

Mais enfin c'est quoi ces gens que l'on a au gouvernement ?

"A Saint-Nazaire, de nouveaux contrats pour STX sur fond d'affaire Kohler" http://www.liberation.fr/france/2018/06/14/a-saint-nazaire-de-nouveaux-contrats-pour-stx-sur-fond-d-affaire-kohler_1659182

Ah ça fait sérieux ya pas à dire... -_-
a écrit le 23/08/2018 à 11:48 :
le coût de l'immobilier (loyer/mensualité, impôts, énergie/eau, etc...) équivaut à 18% du revenu disponible des ménages en France (Eurostat). 28% au Danemark, 27% en Allemagne, 25% en UK/Suisse, 24% aux Pays-Bas ou 22% en Suède.
le pourcentage de ménages supportant un coût de l'immobilier excessif (plus de 40% du revenu disponible) est bas en France, à 5%. 15,5% en Allemagne/Danemark, 12% au UK et Suisse, 10% en Espagne/Italie/Pays-Bas, 9% en Norvège ou 8,5% en Suède.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :