La manne fiscale américaine

 |   |  319  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

On commence à avoir des indications sur l'utilisation des gains fiscaux par les entreprises américaines.

DÉLUGE D'ARGENT POUR LES ACTIONNAIRES
La baisse historique des impôts et le rapatriement d'une partie du cash stocké à l'étranger va faire pleuvoir un déluge d'argent sur les entreprises américaines. Merci Donald Trump. Si certaines entreprises ont fait des annonces volontairement spectaculaires sur des augmentations de salaires ou des chèques pour leurs employés, la masse d'argent gagné risque de revenir directement dans les poches des actionnaires. Et on commence à avoir des chiffres qui sont spectaculaires.

DIVIDENDES ET RACHATS D'ACTIONS
Sous quelle forme cet argent revient-il aux actionnaires ? Les deux formes directes classiques sont évidemment les dividendes. Et les rachats d'actions par la société, des shares buybacks. Une entreprise rachète ses propres titres à ses actionnaires et donc l'argent tombe dans la poche des actionnaires.
On parle d'un total estimé entre ces deux formes de cadeaux aux investisseurs de plus de 1000 milliards de dollars pour l'année. C'est colossal. Dont 650 milliards de rachats d'actions selon Goldman Sachs, 800 milliards selon JP Morgan. Une flambée puisque le montant des rachats d'actions en 2017 était de 400 milliards de dollars. C'est donc là que va aller la plus grande partie cette année du bonus fiscal. Les estimations sur le montant des dividendes lui s'envole au-dessus des 500 milliards de dollars. Un déluge.

LES AUTRES BÉNÉFICIAIRES
On a évidemment aussi une augmentation des investissements. Selon les estimations une augmentation de plus de 10% pour les investissements des entreprises et pour la recherche et développement. Bien mais rien de spectaculaire. ET évidemment ces montants colossaux qui vont aux actionnaires relancent le débat sur le partage salariés/actionnaires. Certains instituts pensent que 6% seulement du bonus fiscal ira aux salariés. Des montants qui...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2018 à 9:09 :
Je me demande si un jour viendra ou FIorentino comprendra quelque chose à l' économie ..?

Et cet amalgame des extrêmes qui auraient gagnés ; bein non Môsieur, ce sont des néo libéraux, des Macron pro Ue et qui ne veulent surtout pas la quitter ou en reformulant, une fausse opposition, des leurres à la FN ou Mélanchon ..
Car, ni la Ligue de Nord ni le mouvement 5 étoiles ne sont anti-européens. Ils veulent changer l'Europe. Cela sent et pue la "syrization" à plein nez. En effet, quel que soit le parti au pouvoir, puisque l'Italie appartient, comme la France, à un système supranational, cela veut dire que des transferts massifs de souveraineté ont été réalisés lors de la signature des traités européens, de l'Italie vers l'UE.
En Italie, comme en France, le droit européen, le droit dérivé européen, les dispositions des traités, s'appliquent avant le droit italien.

C'est ainsi et ces partis politiques ne pourront rien changer à la donne à moins de sortir de l'UE ..ArZen.
FREXIT, vite.
a écrit le 06/03/2018 à 10:51 :
"la masse d'argent gagné risque de revenir directement dans les poches des actionnaires."

Ce qu'ils font depuis toujours non ? Non mais vous travaillez dans la finance depuis combien de temps !? Quelle mauvaise foi.

"ET évidemment ces montants colossaux qui vont aux actionnaires relancent le débat sur le partage salariés/actionnaires"

Pauvres salariés que nos actionnaires européens aiment tant pourtant ! :D

La jalousie c'est vraiment pas beau mais oui vous vous êtes une nouvelle tous plantés, Trump est en train d'éradiquer le semblant de concurrence mondiale qui commençait à poindre le bout de son nez. Et oui la religion et les idéologies s'accordent mal avec l'économie et ça les américains ils le savent.

"Ce sont bien l'extrême droite et le mouvement 5 étoiles qui ont remporté la mise"

Emballer c'est peser, que de rancœur en cet édito quand même, puisque la réalité est différente, c'est l'union des droites qui a gagné mais au final c'est le mouvement citoyen 5 étoiles qui a fait le plus gros score. Union sacrée entre politiciens professionnels pour contrer un mouvement citoyen et votre façon de tourner les choses, amalgamant systématiquement à la sauce médiatique européenne mouvements citoyens et extrême droite est tout simplement abjecte, indigne de quelqu'un qui se dit professionnel.

Bonne nouvelle en ce qui concerne l'arrivée d'amazon dans le secteur bancaire, un souffle nouveau ne peut pas faire de mal à ce secteur qui n'a pas évolué depuis 5 siècles maintenant. Mais bon est-ce le milieu bancaire qui va perdre ou bien amazon qui ne se rend pas compte dans quel pétrin il se met à essayer de concurrencer les propriétaires du monde ? EN tout cas un combat passionnant à suivre c'est un fait.

"certains responsables républicains ont demandé à Donald Trump de calmer le jeu sur ses propositions protectionnistes."

Là encore c'est vraiment pas terrible comme raisonnement puisqu'il a encore appuyé ses mesures protectionnistes et watl street ne bronche pas et pourquoi ? Parce que tandis que les politiciens européens dépècent l'état pour le revendre à l'oligarchie européenne, état américain et investisseurs américains sont main dans la main afin d’assoir leur suprématie et pour quen os andouilles de décideurs européens ne voient rien c'est que cette europe est déjà en mort cérébrale, au secours.

"La Grèce a bien eu une croissance positive de 1.4% en 2017 et on prévoit 2.5%"

Prenez un individu et enlevez lui tout ce qu'il a, ensuite la moindre miette qu'il acquérira sera forcément une augmentation importante de ce qu'il a. Bref obscurantisme comptable afin de justifier le dépeçage de la grèce par les investisseurs européens.

Mike le poulet sans tête s'entête.

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :