AmEx annonce sa première perte en 26 ans, à cause de la réforme fiscale de Trump

 |   |  363  mots
Dommage collatéral de la grande réforme fiscale de Donald Trump : AmEx a été contraint de passer une lourde charge de 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre pour couvrir la nouvelle taxe ponctuelle sur le rapatriement ou la détention de fonds à l'étranger et pour ajuster la valeur de crédits d'impôts différés.
Dommage collatéral de la grande réforme fiscale de Donald Trump : AmEx a été contraint de passer une lourde charge de 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre pour couvrir la nouvelle taxe ponctuelle sur le rapatriement ou la détention de fonds à l'étranger et pour ajuster la valeur de crédits d'impôts différés. (Crédits : Kai Pfaffenbach)
Le géant des cartes de crédit américain a passé une charge de 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre pour couvrir la nouvelle taxe ponctuelle sur le rapatriement ou la détention de fonds à l'étranger et pour ajuster la valeur de crédits d'impôts différés.

American Express a annoncé jeudi sa première perte trimestrielle en 26 ans et a décidé de suspendre pour six mois ses rachats d'actions. La cause invoquée de cette contreperformance inédite est très directement la réforme fiscale récemment adoptée aux Etats-Unis.

Lire aussi : Le Sénat américain adopte la réforme fiscale de Trump

De fait, pour couvrir la nouvelle taxe ponctuelle sur le rapatriement ou la détention de fonds à l'étranger et pour ajuster la valeur de crédits d'impôts différés, AmEx a été contraint de passer une lourde charge de 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre.

Lire aussi : Le véritable impact du big bang fiscal de Trump

Légère chute en Bourse après +34% en 2017

Le titre du géant américain des cartes de crédit reculait de 2,5% à 97,20 dollars dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street. Certes, Wall Street ne semble pas apprécier, mais il faut rappeler que, sur l'année 2017, le cours de Bourse a progressé de 34,1%...

La charge a affecté les ratios de fonds propres et, pour les redresser, le groupe a fait savoir qu'il suspendait ses rachats d'actions au premier semestre 2018 tout en continuant de verser des dividendes, sans les augmenter.

Le quatrième trimestre s'est soldé par une perte nette de 1,20 milliard de dollars, soit 1,41 dollar par action, contre un bénéfice de 825 millions (88 cents/action) un an plus tôt.

Progression du chiffres d'affaires meilleure que prévu

Hors charges, AmEx a dégagé un bénéfice par action de 1,58 dollar, quatre cents de plus que le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires total, net des dépenses d'intérêts, a progressé à 8,84 milliards de dollars contre 8,02 milliards, les clients d'American Express ayant dépensé davantage pendant la période des fêtes aux Etats-Unis, principal marché du groupe. Les analystes prévoyaient en moyenne un chiffre d'affaires de 8,72 milliards de dollars.

AmEx avait averti le 3 janvier qu'il accuserait une perte au quatrième trimestre en raison d'une charge qu'il chiffrait alors à 2,4 milliards de dollars.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2018 à 9:53 :
Citoyen blasé. Vous n avez visiblement pas compris
a écrit le 19/01/2018 à 17:12 :
ce qu'il y a de marrant c'est que les usa sont en train de devenir un paradis fiscal........ on attend avec impatience les mesures de retorsion, aisni que les demandes de communication d'elements finciers et fiscaux...........
ou avais je la tete!
dans le sens suisse vers usa, ca va, mais dans l'autre sens, pas question!
a écrit le 19/01/2018 à 11:37 :
Ben oui trump fait cracher ses multinationales au bassinet tandis qu'en UE on leur conseille les paradis fiscaux, mais c'est trump qui est vraiment le "méchant" hein voyons...

En tout cas des multinationales qui donnent de l'argent aux états c'est beau à voir ! Ca faisait longtemps... Mais est-ce qu'en fait leurs actionnaires milliardaires ont déjà payé des impôts en rapport avec leurs vrais revenus une fois dans leur vie ?
Réponse de le 19/01/2018 à 15:30 :
C'est une perte comptable. Trump ne fait pas "cracher au bassinet" ces multinationales. Bien au contraire, malgré cette perte comptable immédiate, le gain lié à la baisse de l'imposition sera colossal pour ces mêmes entreprises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :