On se calme, on réfléchit

 |   |  390  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Quel début d'année! Effondrement des bourses chinoises, chute violente de tous les indices, mouvements erratiques sur les monnaies, volatilité en forte hausse et appels à la panique sur l'économie mondiale ou sur une nouvelle crise qui serait plus forte que celle de 2008. On a déjà tout lu et tout entendu. Le moment peut être de faire un petit bilan ?

L'AMALGAME CHINOIS

Début d'année brutal sur les marchés avec une semaine de panique et d'inquiétudes. Et déjà le besoin de faire un premier bilan de l'année. Je sais, c'est tôt, mais cette semaine, qui n'est pas encore terminée, est déjà très riche en enseignement. Riche en enseignement et riche en amalgames de toutes sortes. Reprenons le cas de la Chine. On a assisté cette semaine à un amalgame entre deux problèmes totalement différents. Un problème boursier et un problème économique. La Chine ralentit. Mais ça ne date pas de 2016. Cela fait 7 ans qu'elle a changé de modèle et qu'on sait que ce modèle de croissance moins forte provoque une transition longue et difficile. Et pour se relancer, elle va devoir, comme l'a fait le Japon et même l'Europe, laisser filer sa monnaie. Mais la chute de la Bourse n'est due qu'en partie à cela.

L' AMALGAME MONDIAL

À quoi est due la chute des bourses chinoises? À la possibilité pour les investisseurs à nouveau de vendre librement leurs actions après des mois de contraintes. Normal donc qu'il y ait eu panique, une panique paradoxalement amplifiée par les coupe-circuits et par les fermetures des Bourses. Donc première erreur, à mon avis, l'amalgame entre l'économie chinoise et la bourse chinoise. Deuxième amalgame : la croissance chinoise et la croissance mondiale. On nous a parlé cette semaine d'une nouvelle crise mondiale économique. En partie due à la décroissance chinoise. Nous avons déjà subi la décroissance chinoise. Son impact sur 2016 sera marginal.

UNE NOUVELLE ÉCONOMIE, PAS UNE NOUVELLE CRISE ÉCONOMIQUE

Le vrai problème de la croissance mondiale, et ça, ça date de 2008, c'est qu'avec la démographie, le poids des dettes et la technologie, on est entré dans un monde d'inflation nulle et de croissance molle durable....

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :