Pétrole : une semaine après

 |   |  335  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Il y a une semaine, le pétrole s'envolait.

De 10%.

Après des attaques de drones sur les installations saoudiennes.

Les marchés ont peu réagi.

Le pétrole a rebaissé.

Mais une semaine après, les enseignements de ces évènements sont nombreux.

UN AUTRE MONDE
On n'avait pas vu un évènement similaire sur le marché du pétrole depuis 1990.
Mais en 30 ans tout a changé.
Et une chose en particulier.
Les États-Unis.
Les États-Unis dépendants du pétrole du Golfe en 1990 et donc des États-Unis interventionnistes.
Les États-Unis premiers producteurs de pétrole et exportateurs de pétrole aujourd'hui et donc des États-Unis isolationnistes.

CA CHANGE TOUT
Les États-Unis se désintéressent de la région.
Et c'est frappant.
Malgré les preuves qui s'accumulent contre l'Iran, les États-Unis ne réagiront pas militairement.
Ils envoient quelques soldats, pour le spectacle, mais pas question de risquer des vies américaines, l'opinion publique est contre, Trump aussi.
Et ils misent tout sur les sanctions.
Des sanctions dont l'efficacité est discutable.
Pour tous les "ennemis" des États-Unis, et de Trump, en particulier, la réaction des États-Unis cette semaine est un signe de faiblesse.

POUR L'ARABIE SAOUDITE
Ces évènements aussi sont déterminants.
Ils illustrent plusieurs points clés:
1. Malgré des milliards de dollars dépensés, l'Arabie Saoudite n'est pas capable de se défendre, ni de défendre ses installations pétrolières
2. L'Arabie Saoudite sait, depuis cette semaine en particulier, mais elle s'en doutait avant, qu'elle ne peut plus vraiment compter sur les États-Unis, son allié "historique".
3. L'Arabie Saoudite voit son grand projet d'introduction en Bourse de sa compagnie pétrolière, l'Aramco, mis à mal par ces attaques. Or, cette introduction en Bourse est un élément essentiel de la stratégie de diversification économique par rapport au pétrole, la stratégie d'un MBS de plus en plus affaibli.

PAUVRES...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 11:54 :
"Pour tous les "ennemis" des États-Unis, et de Trump, en particulier, la réaction des États-Unis cette semaine est un signe de faiblesse"

"Faiblesse" étant là à rendre au sens "refuser l'épreuve de force que l'on cherche à nous imposer" alors que la véritable faiblesse serait de tomber dans le piège iranien, théocratie à l’agonie qui n'a plus que sa brutalité pour exister.

Bref une "faiblesse" qui convaincra tous les dirigeants éclairés du monde, oui ça doit pas être la majorité mais tant que ce sont les bons c'est le principal, de renforcer leurs liens avec les USA.

En ce concerne l'AS elle ne peut que s'em prendre à elle même mais là aussi monarchie pétrolière en déclin, la preuve encore avec l'affaire de l'assassinat du journaliste de façon tellement grossière que l'on se demande bien comment des services sensés être secrets peuvent encore se comporter de la sorte en 2019.

"Et elles n'ont pas le choix. Bon, on ne va pas les plaindre..."

Plaindre ou pas ce n'est pas la question par contre il est logique que le dirigeant du pays demande à ceux qui ont tellement profité du pouvoir politique dudit pays, de mettre la main à la poche, la situation est suffisamment urgente et leur vénalité, plus on possède plus on est possédé maladive, pour le leur imposer. Exemple que devraient suivre tous les pays du monde.

"LE SCANDALE DU JOUR"

Rincé avant même d'éclater.

"Sommet sur le climat"

Climat étant un terme non adapté qui donne raison aux climatosceptiques qui ont trouvé leur marotte pour défendre leurs intérêts financiers mais qui par contre ne s'étalent jamais sur le sujet puisque le problème d'abord et avant tout étant celui de la pollution ! Mais comme il ne faut surtout pas montrer les responsables du doigt on parle de climat...

"LA NOUVELLE SURPRENANTE DU JOUR"

Ben oui ils ne peuvent plus voter allez ouste à la poubelle !

"Les anciens Premiers ministres n'auront plus droit à un secrétaire à vie mais il garde une voiture avec chauffeur, à vie;"

Alors que quand on ne sait pas conduire on ne conduit pas un pays !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :